IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'IA va-t-elle entraîner une nouvelle révolution industrielle ? Certains pensent qu'elle va détruire mais aussi créer des emplois
S'appuyant entre autres sur ce que nous enseigne l'histoire

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

15  0 
Avec toutes les incroyables avancées récentes de l'IA, nombreux sont ceux qui pensent qu'un jour l'IA pourra remplacer presque toutes les formes de travail. Pour d’autres, à l’instar de la révolution industrielle, l’IA va transformer les emplois et en créer de nouveaux.

Oui, l'IA va va conduire à la fin du travail comme on le connaît

Le premier groupe est pessimiste. Pour lui, l'IA va se faufiler dans presque toutes les couches de métiers, les rendant obsolètes. Pour justifier leurs points de vue, ils s'appuient sur les avancées technologiques qui ont eu lieu au cours de ces dernières années et des remaniements effectués dans les entreprises. Ils brandissent également certaines études qui semblent aller dans leur sens.

Près d'un emploi sur deux à « haut risque » d'être automatisé

Fin 2013, une étude universitaire d’Oxford a prédit que 47 pour cent des emplois américains sont à « haut risque » d’être automatisés au cours des 20 prochaines années. L’étude portait sur 702 professions. Elle était basée sur les données du ministère du Travail, et a permis d’attribuer une probabilité d’automatisation à chacune de ces professions.

Selon l’étude d’Oxford et d’autres recherches, si tous les emplois semblent être menacés, les impacts varient considérablement selon l’industrie. Ainsi, dans les industries où l’interaction humaine est essentielle, l’automatisation menace moins d’emplois qu'elle ne le fait sur le marché du travail dans son ensemble. C’est le cas par exemple des soins de santé. D’autre part, les métiers de chauffeurs de taxi et de camion pourraient faire face à un avenir sombre étant donné les progrès récents dans les voitures autonomes.

Les IA génératives

Nous pouvons aussi citer les prouesses dans les IA génératives, comme DALL-E et ChatGPT. La première permet de générer des images à partir d'une commande textuelle. La deuxième permet de générer du texte (voire même des lignes de code). Les IA génératives suscitent déjà la controverse dans plusieurs cercles (artistes, écoles, scientifiques, santé mentale, etc.). Le média Cnet teste d'ailleurs ChatGPT depuis novembre pour générer une vague d'articles explicatifs financiers.


L'emploi de l'IA au sein de l'entreprise

Des employeurs ont fait appel à des systèmes de recrutement s'appuyant sur l'intelligence artificielle. Conçu par la société de technologie de recrutement HireVue, le système utilise des caméras d’ordinateur ou de téléphone portable des candidats pour analyser leurs mouvements faciaux, leur choix de mots et leur voix avant de les classer par rapport à d’autres candidats sur la base d’un score « d’employabilité » généré automatiquement.

Selon le Washington Post, les « évaluations appuyées par l'IA » de HireVue sont devenues si omniprésentes dans certains secteurs, notamment l'hôtellerie et la finance, que les universités s'efforcent de former les étudiants à la recherche des meilleurs résultats. Plus de 100 employeurs utilisent désormais le système, y compris Hilton, Unilever et Goldman Sachs, et plus d'un million de demandeurs d'emploi ont été analysés.

McDonald's a commencé à tester son tout premier restaurant robotisé au Texas, suscitant à la fois débat et intrigue. À Fort Worth, au Texas, la succursale est entièrement automatisée et ne nécessite aucun contact humain pour récupérer votre commande et vous donner votre repas. Les clients peuvent utiliser des écrans pour commander et vont récupérer la commande grâce à une machine.


Certains veulent tirer les leçons du passé

Il est certain que la technologie de l’IA s'attaquera aux emplois. La destruction et la création d’emplois sont une caractéristique définissant la révolution industrielle. Moins certain est le type de nouveaux emplois - et combien - qui prendront leur place.

Certains chercheurs divisent la révolution industrielle en trois étapes : la vapeur, qui a commencé vers 1770 ; l’électricité, en 1870 ; et l’information en 1950. Pensez à l’industrie automobile qui remplace le commerce des calèches au début du 20e siècle, ou aux services informatiques qui supplantent les secrétariats ces dernières décennies. Dans tous ces cas, certaines personnes sont laissées pour compte. Les nouveaux emplois peuvent être très différents par nature, nécessitant des compétences nouvelles et peut-être une réinstallation, comme partir de la ferme pour s'installer en ville lors de la première révolution industrielle.

Alors que les actions des entreprises impliquées dans l’industrie de l’IA ont grimpé en flèche, les préoccupations concernant la sécurité de l’emploi ont augmenté. L’IA trouve sa place dans tous les aspects de la vie, des chatbots à la chirurgie en passant par les drones de combat. L’IA était au centre des conflits de travail les plus médiatisés de cette année, impliquant des industries aussi diverses que les constructeurs automobiles de Detroit et les scénaristes d’Hollywood.

Les progrès de la technologie de l’IA sont rapides, certains prédisant la « singularité » - le point théorique où les machines évoluent au-delà du contrôle humain - qui arriverait dans quelques années. Si c’est vrai, les pertes d’emplois seraient le moindre des soucis. « Atténuer le risque d’extinction par l’IA devrait être une priorité mondiale aux côtés d’autres risques à l’échelle de la société tels que les pandémies et la guerre nucléaire », ont écrit cette année dans une lettre ouverte un groupe de dirigeants de l’industrie, de technologues et d’universitaires.

Entre-temps, la troisième révolution industrielle a sonné le glas des standardistes, des compositeurs de journaux et de presque tous ceux dont le travail pouvait être effectué par ordinateur. Ces emplois perdus ont été remplacés, en grande partie. L’essor de l’informatique personnelle et d’Internet a directement entraîné la perte de 3,5 millions d’emplois aux États-Unis depuis 1980, selon le McKinsey Global Institute en 2018. Dans le même temps, les nouvelles technologies ont créé 19 millions de nouveaux emplois.

Pour l’avenir, McKinsey Global Institute estime que les progrès technologiques pourraient contraindre jusqu’à 375 millions de travailleurs dans le monde, sur un total de 2,7 milliards, à changer de métier d’ici 2030.

Une enquête menée par LinkedIn pour le Forum économique mondial donne des indications sur l'origine potentielle de la croissance de l'emploi. Parmi les cinq domaines d’emploi connaissant la croissance la plus rapide entre 2018 et 2022, tous sauf un impliquent des compétences relationnelles : ventes et engagement client ; ressources humaines et acquisition de talents; marketing et communications; partenariats et alliances. L'autre : la technologie et l'informatique. Même les robots auront besoin de leurs maîtres humains.


...qui a eu son lot de réfractaires

Considérons la première révolution industrielle, où les mortels ont façonné leurs propres machines rudimentaires. Fonctionnant sur le charbon bon marché et abondant de la Grande-Bretagne et manœuvrés par sa main-d’œuvre non qualifiée bon marché et abondante, les machines à vapeur ont alimenté les trains, les navires et les usines. Le Royaume-Uni est devenu une puissance manufacturière. Tout le monde n’a pas accueilli favorablement la concurrence mécanique. Une affiche « recherchés » de janvier 1812, à Nottingham, en Angleterre, offre une récompense de 200 livres pour des informations sur des hommes masqués qui ont fait irruption dans un atelier local et « brisé et détruit cinq cadres à bas (machines à tricoter mécaniques) ».

Les vandales étaient des Luddites, des artisans du textile qui ont mené une campagne de destruction contre la fabrication entre 1811 et 1817. Ils n’étaient pas tant opposés aux machines qu’à un système d’usine qui ne valorisait plus leur expertise. Le bris de machines était une forme précoce d’action syndicale, « la négociation collective par "émeute" », comme l’a dit l’historien Eric Hobsbawm. C’était un précurseur de nombreux conflits de travail à venir. La deuxième révolution industrielle, lancée par l’achèvement du chemin de fer transcontinental en 1869, a propulsé les États-Unis à la domination mondiale. Des percées telles que l’électricité, la production de masse et la société ont transformé le monde avec des merveilles comme les voitures, les avions, les réfrigérateurs et les radios. Ces avancées ont également suscité une réaction de la part des personnes dont les emplois étaient menacés.

Conclusion

Michael Chui de McKinsey Global suggère que les gens ne seront pas tant remplacés par la technologie à l’avenir, mais plutôt qu’ils s’associeront plus profondément avec elle. « Nous sommes presque tous des cyborgs de nos jours, dans un certain sens », a-t-il déclaré, en désignant les écouteurs qu'il portait lors d'une discussion sur Zoom.

Dans L’Iliade, il y a 28 siècles, Homère décrit des « esclaves » robotiques fabriqués par le dieu Héphaïstos. Chui ne s’attend pas à ce que des robots humanoïdes, comme les créations d’Homère, « descendent et fassent tout ce que nous faisions autrefois ».

« Pour la plupart d'entre nous », dit-il, « ce sont des parties de notre travail que les machines vont réellement prendre en charge ».

Chaque vague de la révolution industrielle a apporté une plus grande prospérité (même si elle n’a pas été partagée également) des progrès dans les domaines de la science et de la médecine, des produits moins chers et un monde plus connecté. La vague de l’IA pourrait même faire plus.

« Je l'ai décrit comme nous donnant des super pouvoirs, et je pense que c'est vrai », dit Chui.

Sources : archives nationales anglaises, Libcom, McKinsey

Et vous ?

L'IA est-elle, selon vous un véritable destructeur d'emplois ? Pourquoi ?
Quels sont les avantages et les inconvénients de l’IA pour les travailleurs et les employeurs ?
Quelles sont les compétences et les qualifications nécessaires pour s’adapter aux nouveaux emplois créés par l’IA ?
Quel est le rôle des gouvernements, des syndicats, des organisations internationales, pour réguler et encadrer le développement de l’IA ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/02/2024 à 8:05
Citation Envoyé par petitours Voir le message
oui apprécier ne rien faire est un beau fantasme sauf que au delà de ça il y a le sens même de la vie qui est sur la balance.
J'observe une transformation intéressante chez mes parents, plus si jeunes retraités.
Les deux étaient très fiers de leur travail et de ce qu'ils "apportaient au monde" (plus ou moins grand suivant le cas).
Ils ne travaillent plus et ils sont encore plus fiers de leur vie, leurs loisirs apportent encore plus au monde d'après eux.
Ils ne travaillent plus mais leur vie a encore plus de sens pour eux (parce qu'ils choisissent ce qu'ils apportent).

Si demain je n'ai plus besoin d'être salarié pour vivre je ne m'arrêterais pas pour autant de travailler, mais je choisirais mes travaux (parce que je me disperserais surement plus qu'aujourd'hui).
Et je pense que ma vie aurait encore plus de sens pour moi.

Et je peux te présenter un paquets de caissiers, de femmes de ménage, d'opérateurs, de transporteurs dont le sens de la vie aujourd'hui est de se buter au travail pour espérer donner une vie digne à leurs enfants.
Je met ma main à couper que ces personnes auraient le sentiment que leur vie a 1000 fois plus de sens s'ils avaient les moyens de choisir leur travail. Et certains feraient le même travail, pas de la même façon, pas pour les mêmes personnes.
4  0 
Avatar de RenarddeFeu
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 13:41
L'IA est surtout une bonne excuse pour licencier sans avouer que l'entreprise connait des difficultés, très vrai actuellement dans la tech américaine.
3  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/02/2024 à 22:45
Perso, j'ai hâte de me faire remplacer. Ca voudrait dire qu'une majorité de gens se serait fait remplacé, et la mise en place d'un revenu de base ne serait alors plus une option mais un besoin sociétal pour éviter la guerre civile.
3  1 
Avatar de unanonyme
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 06/02/2024 à 9:22
du coup, vous n'êtes pas d'accord pour servir de chair à canon au théâtre d'ombre biden/putin/xi
mais vous dites tout même que c'est le "mieux qui puisse nous arriver"
que les autres aillent se faire trucider pour "resetter" le système.

Intéressant.

Du coup, vous êtes quand même du camp des stanislas ?
Je crois qu'il y a un mot pour nommer ce genre de personnes chez les stanislas.
Je vous laisse y réfléchir.
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 27/11/2023 à 20:01
il y aura toujours des inégalités, des injustices, des guerres, etc... mais il y aura peut-être moins de famines, plus de pouvoir d'achat (réduction des coûts de production) et plus de libertés dans le monde.
J'espère mais je ne pense pas que ça sera le cas, les richesses n'étant pas redistribuées.
1  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/02/2024 à 22:04
Je suis impatient de lire les interventions des "spécialistes" de ce forum qui n'ont de cesse d'affirmer qu'il n'y aucun risque de perte d'emploi... Des emplois vont disparaître mais plein de nouveaux métiers vont apparaître pour compenser ces pertes qui finalement n'en seront pas
2  1 
Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/02/2024 à 23:01
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Perso, j'ai hâte de me faire remplacer. Ca voudrait dire qu'une majorité de gens se serait fait remplacé, et la mise en place d'un revenu de base ne serait alors plus une option mais un besoin sociétal pour éviter la guerre civile.
oui apprécier ne rien faire est un beau fantasme sauf que au delà de ça il y a le sens même de la vie qui est sur la balance.

Perso je n'ai absolument pas envie d'un revenu universel ou plus personne ne fait et sert à rien, le tout dans une immonde société toute lisse.
3  2 
Avatar de unanonyme
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 06/02/2024 à 13:09
@calvaire, votre suggestion, c'est la théorie schumpeterrienne appliquée à la folie.
1  0 
Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/02/2024 à 12:37
Citation Envoyé par petitours Voir le message
oui apprécier ne rien faire est un beau fantasme sauf que au delà de ça il y a le sens même de la vie qui est sur la balance.

Perso je n'ai absolument pas envie d'un revenu universel ou plus personne ne fait et sert à rien, le tout dans une immonde société toute lisse.
C'est bien triste de penser qu'on à besoin d'un travail pour faire quelque-chose.

Au contraire, c'est les jobs vide de sens qui épuisent les gens qui ensuite ne font rien en rentrant.
1  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 08/02/2024 à 19:35
J'en connais aussi, mais le problème n'est pas qu'ils touchent le rsa, mais qu'avec un petit salaire,que tu as en début de carrière ou avec un travail peu qualifié tu ne puisses pas vivre décemment. surtout que l'inflation rapproche beaucoup de gens vers le SMIC, vu que les salaires n'évoluent pas au même niveau.

Et l'idée de base du RMI, ancêtre du RSA c'est que ça devait être payé par l'ISF.

Un vrai revenu universel serait un sacré changement de paradigme. Le boulots durs ou "dégradants" comme un éboueur confronté à quelqu'un qui jette un papier par terre devant lui ne trouverait preneur que payé à la hauteur de ses contraintes. Le cout de la main d’œuvre exploserait, cout répercuté sur les produits/services vendus, sans compter que ce sont les impôts qui financerait ce revenu universel.

Les gens au revenu universel ne serait pas forcément oisif, il pourrait s'impliquer dans la vie associative par exemple, ce qui permettrait peut-être de récupérer une partie des subventions.

C'est peut-être techniquement faisable, mais vu les dirigeants qu'on se tape, je pense qu'il faut attendre la faillite du pays.
1  0