IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'IA générative ne remplacera pas les développeurs de sitôt, d'après des chercheurs
Qui concluent que le développement de logiciels va bien au-delà des tâches de complétion de code

Le , par Patrick Ruiz

29PARTAGES

11  0 
Les discussions battent leur plein à propos de l’intelligence artificielle dans le domaine du génie logiciel. Un sujet central : son impact dans la filière. La technologie divise. Linus Torvalds la considère comme un outil qui n’a rien de révolutionnaire en comparaison aux compilateurs. Il rejoint Bill Gates qui est d’avis que l’intelligence artificielle servira d’outil pour améliorer la productivité des tiers qui s’en servent. Ce sont des sorties à controverse quand on sait qu’elles viennent en opposition à celles de plusieurs acteurs du domaine qui laissent penser que l’intelligence artificielle a même déjà pris le pouvoir dans la filière. Une récente publication de recherche vient raviver le débat en arrivant à la conclusion que l’IA générative ne remplacera pas les développeurs de sitôt.

Des chercheurs de l'université de Princeton ont développé un cadre d'évaluation basé sur près de 2300 problèmes courants de génie logiciel montés à partir de rapports de bogues et de feature requests soumis sur GitHub afin de tester la performance de divers modèles de grands langages (LLM).

Les chercheurs ont fourni à différents modèles de langage le problème à résoudre et le code du dépôt. Ils ont ensuite demandé au modèle de produire un correctif réalisable. Ce dernier a ensuite fait l’objet de tests pour s'assurer qu'il était correct. Mais le LLM n'a généré une solution efficace que dans 4 % des cas.


Leur modèle spécialement entraîné, SWE-Llama, n'a pu résoudre que les problèmes d'ingénierie les plus simples présentés sur GitHub, alors que les LLM classiques tels que Claude 2 d'Anthropic et GPT-4 d'OpenAI n'ont pu résoudre que 4,8 % et 1,7 % des problèmes, de façon respective.

Et l’équipe de recherche de conclure : « le génie logiciel n’est pas simple dans la pratique. La correction d'un bogue peut nécessiter de naviguer dans un grand référentiel, comprendre l'interaction entre des fonctions dans différents fichiers ou repérer une petite erreur dans du code alambiqué. Cela va bien au-delà des tâches de complétion de code. »

C’est la raison pour laquelle Linux Torvalds a tenu à se désolidariser de tout le battage médiatique autour de l’intelligence artificielle. Il la considère comme un outil au stade actuel de son évolution. Il suggère d’ailleurs la révision de code comme domaine d’application de l’intelligence artificielle. La capacité de l’intelligence artificielle à « deviner » l’intention du développeur lui sera utile pour obtenir du code fiable en un temps réduit. Une condition demeurera toutefois nécessaire : le développeur devra à son tour examiner ce que l’intelligence artificielle lui propose.


En fait, « le développeur reste l'expert, qui comprend le code et vérifie que ce qui a été synthétisé par l'intelligence artificielle correspond bien à l'intention du développeur », comme le souligne le CEO de GitHub. Grosso modo, l’intelligence artificielle est à un stade d’évolution tel qu’elle ne saurait servir de raccourci à des personnes qui pensent ne plus avoir à faire usage de leur créativité ou de leur esprit critique.

Même Google le confirme lors de l’annonce selon laquelle son IA Bard peut désormais aider à coder et à créer des fonctions pour Google Sheets : « Bard est encore au stade expérimental et peut parfois fournir des informations inexactes, trompeuses ou fausses tout en les présentant avec assurance. En ce qui concerne le codage, Bard peut vous générer du code qui ne produit pas le résultat escompté, ou vous fournir un code qui n'est pas optimal ou incomplet. Vérifiez toujours les réponses de Bard et testez et examinez soigneusement le code pour détecter les erreurs, les bogues et les vulnérabilités avant de vous y fier. »

Certains acteurs laissent pourtant penser que l’on n’a plus besoin de développeurs informatiques spécialisés dans la programmation des jeux vidéo en raison de la montée en puissance de l’intelligence artificielle

C’est le cas du propriétaire de la forge logicielle FRVR. Il l’illustre avec l’échantillon de jeu Space Aliens à propos duquel il déclare dans un débat contradictoire : « Il n’a fallu que 8 minutes pour le réaliser et 8 minutes supplémentaires pour la gestion du côté artistique. »


Ce type de production s’appuie sur la forge FRVR à propos de laquelle le propriétaire déclare : « Elle permet à quiconque de créer des jeux juste en les décrivant. L’objectif est de mettre sur pied une plateforme où créer, jouer et partager des jeux est aussi facile que d'enregistrer, de regarder et de partager des vidéos sur des plateformes telles que TikTok et Instagram. » Une démonstration (d’une dizaine de minutes) des possibilités offertes par la plateforme est disponible. Elle montre les étapes de l’implémentation d’un jeu de tir spatial en s’appuyant sur ladite forge.


Une étude de l’OIT liste les programmeurs parmi les métiers sous la menace de l’intelligence artificielle même si Linus Torvalds laisse penser le contraire

Environ 21 millions d’emplois occupés par des femmes et 9 millions d’emplois occupés par des hommes sont susceptibles d’être remplacés par l’intelligence artificielle. C’est ce qui ressort d’un récent rapport de l’Organisation Internationale du Travail. Ce dernier précise pour ce qui est de la filière des technologies de l’information les programmeurs d’applications font partie des professions menacées par l’automatisation.


ChatGPT a réussi à l’édition 2022 de l’examen d’informatique pour élèves du secondaire désireux d’obtenir des crédits universitaires US. Un internaute a proposé une compilation des réponses proposées par le chatbot après avoir souligné que l’intelligence artificielle a pris 32 points sur les 36 possibles. ChatGPT a en sus réussi l’examen de codage Google pour un ingénieur de niveau 3 avec un salaire de 183 000 $. Ce sont des raisons pour lesquelles certains observateurs sont d’avis que les travailleurs de la filière du développement informatique sont sous la menace de l’intelligence artificielle. Emad Mostaque, PDG de Stability AI en fait partie et prédit qu’il n’y aura plus de programmeurs dans 5 ans.


Et vous ?

La comparaison de Linus Torvalds de l’intelligence artificielle aux compilateurs vous paraît-elle appropriée pour déboucher sur la conclusion que l'intelligence artificielle restera un outil ?
Le développeur restera-t-il toujours l'expert qui comprend le code et vérifie que ce qui a été synthétisé par l'intelligence artificielle correspond bien à l'intention du développeur ? L'intelligence artificielle peut-elle finir par atteindre un stade d'évolution qui soit tel que l'intervention humaine ne soit plus requise ?
Quelles évolutions du métier de développeur entrevoyez-vous dès 2024 au vu de l'adoption de l'intelligence artificielle dans la filière ?

Voir aussi :

« ChatGPT est appelé à changer l'éducation telle que nous la connaissons, pas la détruire comme certains le pensent », affirme Douglas Heaven du MIT Technology Review

ChatGPT rédige désormais les dissertations des étudiants et l'enseignement supérieur est confronté à un grave problème, la détection des contenus générés par l'IA semble de plus en plus difficile

51 % des enseignants déclarent utiliser ChatGPT dans le cadre de leur travail, de même que 33 % des élèves, et affirment que l'outil a eu un impact positif sur leur enseignement et leur apprentissage

Un professeur surprend un étudiant en train de tricher avec le chatbot d'IA ChatGPT : « je suis terrorisé », il estime que ces outils pourraient aggraver la tricherie dans l'enseignement supérieur

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Mister Nono
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/02/2024 à 17:22
Citation Envoyé par bathrax Voir le message
Eh oui, on nage en plein dans le monde d'Isaac Asimov et de ses robots. Le complexe de Frankenstein commence déjà à s'installer, les développeurs, analystes et compagnie vont disparaître (le travail va disparaître peu à peu de toute façon), et il ne restera plus aux IA qu'à inventer sans cesse de nouvelles distractions pour occuper des humains de plus en plus amorphes - à moins qu'elles ne jugent préférable de faire disparaître ces inutiles... Il y a des jours où l'on est heureux d'être à la retraite...
Moi aussi bientôt à la retraite : marre de cette informatique pourrie qui ne fait plus rêver, qui ne sert plus l'humain comme il se devrait, mais qui sert bien souvent des désirs égoïstes.
2  0 
Avatar de melka one
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 20:03
L’IA générative ne remplacera pas les développeurs de sitôt, d’après des chercheurs
serait ce la fin de la mode de l'IA ? on vas s'ennuyer sur developpez
0  0 
Avatar de Dhafer1
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 31/01/2024 à 10:04
L'IA générative ne remplacera pas les devs, mais elle boostera tellement leur productivité qu'elle fera baisser le besoin en dev supplémentaires.
0  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 31/01/2024 à 11:28
la crise économique actuel a été bien plus néfaste sur le marché de l'emploie (les grands licenciements de la tech de 2023 et ca continue encore en 2024) que chatgpt.

quand l'économie repartira en occident, le besoins en dev va de nouveau augmenter.

n'oublions pas néanmoins que la masse de dev a énormément augmenter pendant le covid, on parle de au moins 30%...
il faut donc relativiser les licenciements par rapports au nombres de devs en 2019.

Maintenant en asie par contre, moteur de croissance mondial (singapour, inde, chine), les besoins en it ne font qu'augmenter chaque années et pas qu'un peu.

perso, sur linkedin c'était le calme plat en novembre-décembre mais depuis début janvier je reçois une demande d'un recruteur par semaine. Je pense que la demande repart.
J'ai un ancien collègue en freelance en france (lille) qui bosse pour un client en allemagne en full remote (long contrat, ca fait 3ans qu'il bosse pour ce client), il a connu une baisse d'activité, son client l'a mis off 2 mois l'été et 2 mois en fin 2023, pour faire face à la baisse d'activité. Mais pas de licenciement/rupture de contrat pour lui et les autres équipes.

Donc c'est morose par rapport à l’euphorie durant le covid mais pas catastrophique.
j'ai pas vu de vagues de licenciements en France ou en Allemagne et au global les salaires "augmente" (moins que l'inflation mais bon...)
0  0 
Avatar de Mister Nono
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/02/2024 à 17:26
Citation Envoyé par onilink_ Voir le message
Encore de la futurologie à deux balles.

Y aura peut être plus tous les pisseurs de javascript embauchés pour trois francs six sous mais les projets sérieux auront toujours besoin de programmeurs humains, même pour ceux qui comptent sur les générateurs de code pour "améliorer" leur productivité (et ça je demande encore à voir dans des projets sérieux).
Ne serais ce pour guider les générateurs dans la bonne direction. Faut un minimum de bagage technique quand on s'attaque à un gros projet.

Puis même dans 5 ans je suis sur qu'il faudra encore vérifier la pertinence du code généré, qu'il n'y a pas d'erreurs grossières ou de failles béantes.
Voir du code sous licence GPL

On va pas changer de paradigme du jour au lendemain et tous les modèles d'IA sont basés sur plus ou moins le même système, qui a ses avantages ET ses inconvénients.

Et je n'imagine aucun secteur critique faire confiance à la soupe que nous sortent ces modèles, qui ont aucune stabilité et ne comprennent pas eux même ce qu'ils pondent.
Par contre il est clair que le métier va évoluer, ainsi que les langages de programmation, comme cela à toujours été le cas dans l'histoire de l'informatique.
Pendant de nombreuses années les moteurs de code ont essayé de générer des applications prêtes à l'emploi à partir d'analyses UML. Le résultat est assez décevant et on n'en parle plus trop aujourd'hui.
0  0 
Avatar de Mister Nono
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/02/2024 à 17:38
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
...un fabricant fait beaucoup de bénéfice sur un gros SUV mais pratiquement rien sur une voiturette entrée de gamme à moins de 15 milles euro)!
Et en plus les états donnent souvent des milliers d'euros d'aides publiques par véhicule pour soutenir ce marché fou.
0  0