IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Kling, un nouvelle modèle d'IA chinois de création de vidéos, fait l'objet de comparaisons avec Sora d'OpenAI
Et vient allonger la liste d'outils d'IA susceptibles de bouleverser la filière du cinéma

Le , par Patrick Ruiz

0PARTAGES

3  0 
Le célèbre acteur et réalisateur américain Tyler Perry a décidé de mettre en pause son ambitieux projet d’agrandissement de son studio à Atlanta, qui devait ajouter 12 plateaux de tournage à la propriété de 330 acres (environ 1,33 km2). La raison de ce revirement ? La découverte de Sora, le nouveau modèle d’OpenAI qui permet de créer des vidéos à partir de textes. Kling, un modèle d’IA chinois de création de vidéos, vient de faire surface et fait l’objet de comparaisons avec Sora. Comme son prédécesseur, il intègre la liste d’outils susceptibles de créer des bouleversements dans la filière cinématographique.

Kling semble offrir un grand nombre des caractéristiques qui ont permis à Sora d'OpenAI de se démarquer lors de son annonce pour la première fois au début de l'année.

Mis par la société chinoise Kuaishou, spécialisée dans les plateformes vidéo, Kling propose notamment des générations de vidéos plus longues, des mouvements améliorés, un meilleur suivi des messages et des séquences à plusieurs plans. Contrairement à Sora, il semble que Kling soit déjà mis à la disposition des utilisateurs par le biais d'une liste d'attente.

OpenAI a dévoilé Sora en février et un nombre croissant de créateurs ont commencé à en faire usage, y compris cinq cinéastes primés qui présenteront des courts métrages réalisés par Sora au prochain Festival du film de Tribeca. Néanmoins, Sora n'est pas encore largement accessible au public.

Selon Kuaishou, Kling peut générer jusqu'à deux minutes de vidéo à partir d'une seule invite en 1080p à 30 images par seconde. Il simule en sus « avec précision la physique du monde réel », selon les rapports y relatifs, ce que la plupart des modèles d'IA ne parviennent pas à faire. Sora en comparaison peut créer des vidéos d’un maximum d’une minute.

Outre les fonctions génératives, Kling est capable de reconstruire le visage et le corps en 3D afin d'améliorer l'expression et le mouvement des membres dans la vidéo, selon les explications de la société sur son site web.

L’entreprise derrière Kling ne parle pas de le rendre disponible à l’extérieur de la Chine pour le moment. La manœuvre aurait néanmoins le mérite de booster pour la créativité et l’innovation à l’échelle globale.

OpenAI doit également faire face à la concurrence d'acteurs existants tels que Runway et Pika Labs, qui intensifient tous deux leur jeu. Il y a aussi de nouveaux venus comme Haiper, LTX Studio et Higgsfield, qui adoptent chacun une approche différente de l'IA vidéo, et Google avec son nouveau modèle Veo.


De Sora à Kling en passant par Veo : Quel impact dans la société ?

La mise à contribution de l’intelligence artificielle peut permettre une réduction des coûts de production comme l’illustre le cas du film de science-fiction The Creator. Alors qu'une future guerre entre la race humaine et l'intelligence artificielle fait rage, l'ancien agent des forces spéciales Joshua est recruté pour traquer et tuer le Créateur, l'insaisissable architecte de l'IA avancée. Le Créateur a développé une arme mystérieuse qui a le pouvoir de mettre fin à la guerre et à l'humanité entière. Mais le soldat découvre que l’arme n’est autre qu’une petite fille hybride humaine/IA, dotée d’une IA si avancée qu’elle semble « plus humaine que les humains eux-mêmes », comme le raconte la voix qui narre l'histoire. Si une machine dotée d’une intelligence suffisante ne peut être distinguée des humains, ne devrait-elle pas alors être considérée sur un pied d’égalité avec l’humanité ?

Le film a été tourné avec un budget modeste, comparé à d’autres films de même envergure, grâce à l’utilisation de techniques de guérilla, de caméras légères et de décors naturels. Le cinéma de guérilla, ou cinéma guérilla, désigne des films produits sans ou avec très peu d'argent par des équipes très petites filmant avec des équipements légers et, dans la plupart des cas, utilisant des accessoires fabriqués à partir de tout ce qui est à portée de main. On tourne vite en lieux privés ou publics sans autorisation. Le cinéma de guérilla est en règle générale pratiqué par des cinéastes indépendants qui ne peuvent pas travailler avec des budgets confortables ni construire des décors coûteux.

Edwards a ensuite fait appel à Industrial Light and Magic pour ajouter les éléments de science-fiction, comme les robots, les explosions et les effets spéciaux. Le résultat est un film spectaculaire, qui mêle action, émotion et réflexion sur la nature de l’humanité et de l’IA.

Le Huffington Post a reconnu que The Creator est « l'une des expériences théâtrales de science-fiction les plus étonnantes ». IndieWire, pour sa part, a déclaré : « Ce film a l'air vraiment incroyable. À un degré qui fait honte à la plupart des superproductions qui coûtent trois fois son budget ». Le média a estimé qu'il s'agit d'une « épopée de science-fiction qui devrait changer Hollywood pour toujours » :

« Une fois que le public aura vu comment "The Creator" a été tourné, il suppliera Hollywood de fermer le livre sur l'époque la plus laide et la moins transportante du cinéma à succès. Et une fois que les dirigeants auront compris combien (ou combien peu) "The Creator" a été tourné, ils se démèneront pour répondre à cette demande aussi vite que possible. Dites adieu aux films de super-héros à 300 millions de dollars qui ont été projetés sur écran vert à quelques centimètres de leur vie et qui ont besoin de rapporter le PIB de la Grenade juste pour atteindre le seuil de rentabilité, et dites bonjour - croisons les doigts - à une nouvelle ère de tarifs multiplex judicieusement budgétisés qui est de très loin beaucoup mieux que ce à quoi nous avons été soumis au cours des 20 dernières années tout en permettant simultanément aux studios de dépenser de l'argent sur les petites fonctionnalités qui les maintenaient à flot. Pouvez-vous l'imaginer ? Quelle ironie qu'un tel nouvel espoir pour l'avenir du divertissement multiplex artisanal provienne d'un film si optimiste à l'idée du remplacement de l'humanité par l'IA. »


Le revers de la médaille est que l’intelligence artificielle perturbera de nombreux emplois dans la filière. Certains emplois dans les secteurs de l'animation et des effets spéciaux seront plus touchés que d'autres. Par exemple, parmi le quart des entreprises qui ont déjà mis en œuvre des programmes GenAI, 44 % utilisent la technologie pour aider à générer des modèles 3D, tandis que 39 % génèrent des tâches de conception de personnages et d'environnements.

En outre, 33 % des personnes interrogées prévoient que les modeleurs 3D seront touchés au cours des trois prochaines années, tandis que 25 % pensent que les compositeurs seront vulnérables au cours de la même période. Seuls 15 % ont déclaré que les story-boards, les animateurs, les illustrateurs et les artistes de l'apparence, de la surface et des matériaux connaîtraient un déplacement d'emplois d'ici à 2026.

La façon dont les entreprises de divertissement prévoient d'utiliser la GenAI est tout aussi révélatrice. Près de la moitié des personnes interrogées (47 %) prévoient de l'utiliser pour développer des actifs en 3D, tandis que 38 % l'utiliseront pour les dessins conceptuels et les story-boards en 2D. Trente-cinq pour cent veulent l'utiliser pour créer des personnages animés (acteurs synthétiques, selon leur terminologie) pour le cinéma ou la télévision, tandis que 31 % veulent l'utiliser pour écrire des scénarios.

Source : Site web du projet

Et vous ?

Un modèle d'IA chinois tel que Kling peut-il résoudre la crise de confiance qu'inspire l'intelligence artificielle en matière de confidentialité et de vie privée ?
Que pensez-vous de l’utilisation de l’IA par les studios dans leurs projets cinématographiques ?
Comment l’industrie du cinéma peut-elle s’adapter à l’émergence de l’IA et protéger les emplois et les droits des créateurs ?
Quel impact potentiel pourrait avoir l’IA dans le domaine de l’art et de la culture ?

Voir aussi :

Sam Altman tente de convaincre Hollywood que Sora, l'outil de génération vidéo d'OpenAI, ne détruira pas l'industrie du cinéma. Mais des critiques tentent déjà de dénoncer une forme d'hypocrisie

Sora : OpenAI lance un modèle d'IA qui serait capable de créer une vidéo avec des scènes réalistes et imaginatives à partir d'instructions textuelles, mais la durée est limitée à 60 secondes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !