IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Bresil engage OpenAI pour réduire les coûts des procès dans un contexte de débats sur l'adoption de l'IA
Capable de gagner contre des avocats humains et d'inventer des cas de jurisprudence comme ChatGPT

Le , par Patrick Ruiz

10PARTAGES

7  0 
Le Brésil a apparemment engagé OpenAI dans le but d'aider les procureurs à mieux traiter les affaires et à faire économiser de l'argent à l'administration via l’intégration de ChatGPT à leur flux de travail. La décision intervient dans un contexte de débats autour de l’adoption de l’intelligence artificielle dans la filière. En effet, l’intelligence artificielle est capable de gagner contre des avocats humains mais de l’autre côté d’inventer des cas de jurisprudence.

C’est Microsoft qui se chargera de fournir lesdits services d’intelligence artificielle au travers de sa plateforme d’informatique dans le nuage – Microsoft Azure. Ce type d’adoption est une espèce de redite étant donné que la Chine a procédé à la présentation d’une intelligence artificielle juge aux apparences d’une femme en 2019. Ce sont plutôt les avantages et les inconvénients de telles décisions qui font désormais l’objet de débats.

[Tweet] <blockquote class="twitter-tweet"><p lang="en" dir="ltr">Brazil to employ OpenAI for cost-effective legal analysis<br><br>Brazil plans to hire OpenAI to assist in its legal proceedings, aiming to reduce substantial court-related expenditures that burden the federal budget. This initiative will see AI technology deployed to screen and analyze…</p>&mdash; CoinNess Global (@CoinnessGL) <a href="https://twitter.com/CoinnessGL/status/1800597569883832827?ref_src=twsrc%5Etfw">June 11, 2024</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> [/Tweet]

Vingt avocats expérimentés perdent face à une intelligence artificielle lors d’un test détection de problèmes juridiques

En effet, une étude a soumis une vingtaine d’avocats à un test au cours duquel ils devaient déceler les problèmes dans cinq accords de non-divulgation qui constituent une base contractuelle pour la plupart des transactions commerciales. Pour le test, les vingt avocats experts en révision de contrats se sont retrouvés opposés à une intelligence artificielle, LawGeex AI. Ladite intelligence artificielle à laquelle les avocats ont été confrontés, a réussi à atteindre un taux de précision moyen de 94 %, un chiffre largement supérieur à celui des avocats qui s’élevait à 85 %. Il a fallu en moyenne 92 minutes aux avocats pour mener à bien la recherche contre 26 secondes pour l’intelligence artificielle.

Au nombre des vingt avocats, certains ont souhaité se faire entendre après le test. « Le test a mis en évidence les problèmes généralement contenus dans les accords de confidentialité et les problèmes auxquels les avocats doivent prêter attention lors de la rédaction et de la révision des accords de confidentialité. En ce qui concerne l'automatisation, je pense que cela aiderait les clients à obtenir de meilleurs prix et permettrait aux avocats de se concentrer sur des projets plus complexes. Cependant, je pense que le test et la technologie d'intelligence artificielle doivent être très approfondis pour y parvenir, et que les clients professionnels préfèrent peut-être qu'un avocat spécialiste des droits humains examine et prenne soin de leurs préoccupations professionnelles », avait déclaré Samantha Javier, une diplômée de la Lewis & Clark Law School autorisée à pratiquer le droit en Oregon.

« Participer à cette expérience m'a vraiment fait prendre conscience à quel point il est ridicule que les avocats consacrent leur temps (ainsi que l'argent de leurs clients) à créer ou à réviser des documents tels que des NDA qui sont si fondamentalement similaires. Disposer d'un outil capable d'automatiser ce processus permettrait aux avocats qualifiés de consacrer leur temps à des tâches de niveau supérieur sans avoir à faire appel à un technicien juridique (ce qui rendrait les services qu'ils offrent plus compétitifs à long terme) », avait déclaré Grant Gulovsen, avocat avec plus de 15 ans d'expérience.

« Nous assistons à des perturbations dans de nombreux secteurs par des utilisations de plus en plus sophistiquées de l'intelligence artificielle. Le domaine du droit ne fait pas exception. L'identification correcte des principes juridiques de base dans les contrats est le type de tâche routinière susceptible d'être automatisée. Utiliser l'IA pour repérer les problèmes courants dans les accords de non-divulgation pourrait constituer un développement utile, qui permettrait de gagner du temps et d'économiser de l'argent pour le secteur juridique dans son ensemble », selon Seun Adebiyi, ancien avocat d'entreprise chez Goldman Sachs.

« Bien que la catégorisation des clauses rende le processus d’examen de la NDA un peu plus rapide dans mon propre cabinet, je ne pense pas que le véritable examen juridique puisse être réalisé par Amnesty International. Cependant, je considère l'application de l'IA comme un outil utile permettant de gagner du temps », avait indiqué Abigail Peterson, avocate auprès du fabricant américain de dispositifs médicaux DeRoyal Industries.

« L’intelligence artificielle a un potentiel énorme en ce qui concerne la réduction du temps nécessaire pour passer en revue les contrats standard et rendre les conseils juridiques accessibles et abordables pour tous. LawGeex m'a demandé d'examiner l’accord de non-divulgation de manière logique et crédible, à l'instar de la façon dont j'ai examiné des documents en tant qu'ancien avocat dans un cabinet d'avocats international », avait souligné Hua Wang, cofondatrice de SmartBridge, ex-avocate chez K & L Gates et Proskauer, avocate interne chez Cisco Systems et boursière mondiale à la Kauffman Foundation.

« En tant qu'administrateur de contrats, je pense que l’intelligence artificielle sera utile et réduira le temps passé sur les révisions de contrats. Si ce n'est déjà fait, des modèles ou des clauses de contrat standard devraient être insérés dans la base de données du logiciel et provoquer des divergences dans les documents à examiner en fonction des moyens du contrat. Bien que les contrats puissent être très similaires les uns des autres, ils ont tous un objectif spécifique, ce qui appelle une attention particulière pour l'utilisation de balises. Je trouve que l'IA est logique et crédible dans le but de réduire le temps d'examen des contrats, ce qui permet de hiérarchiser d'autres tâches fastidieuses », avait indiqué Deja Colbert, administratrice de contrats chez Omega Rail Management.

[Tweet] <blockquote class="twitter-tweet"><p lang="en" dir="ltr">Is there such a thing as too much <a href="https://twitter.com/hashtag/AI?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#AI</a>?<br><br>In the latest episode of the <a href="https://twitter.com/hashtag/LadyJusticePodcast?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#LadyJusticePodcast</a>, Prof. Amy Cyphert from <a href="https://twitter.com/wvulaw?ref_src=twsrc%5Etfw">@WVUlaw</a> highlights the significance of human input in law and its progress. She warns against excessive dependence on <a href="https://twitter.com/hashtag/GenAI?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#GenAI</a>. <a href="https://t.co/SsR8yAm3r1">pic.twitter.com/SsR8yAm3r1</a></p>&mdash; National Center for State Courts (@StateCourts) <a href="https://twitter.com/StateCourts/status/1800875705452163163?ref_src=twsrc%5Etfw">June 12, 2024</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> [/Tweet]

Le juge de la Cour suprême US met néanmoins en garde contre les dangers de l’IA dans le travail judiciaire

« L’IA a évidemment un grand potentiel pour améliorer considérablement l’accès aux informations clés pour les avocats et les non-avocats. Mais cela risque tout aussi évidemment de porter atteinte aux intérêts de la vie privée et de déshumaniser la loi », déclare-t-il.

En plus de ces risques, les chatbots LLM populaires comme ChatGPT et Bard de Google peuvent produire de fausses informations, ce qui revient à dire que les utilisateurs s'en remettent à la chance chaque fois qu'ils font confiance aux robots sans vérifier leur travail au préalable.

Roberts a souligné que « toute utilisation de l’IA nécessite prudence et humilité ». Il a mentionné un cas où les hallucinations de l'IA ont conduit des avocats à citer des cas inexistants dans des documents judiciaires, ce qui, selon le juge en chef, est « toujours une mauvaise idée ». Roberts n'a pas donné plus de détails en dehors d'indiquer que le phénomène « a fait la une des journaux cette année ».

La semaine dernière, par exemple, Michael Cohen, ancien conseiller et avocat de Donald Trump, a déclaré dans des documents judiciaires qu'il avait donné par erreur à son avocat de fausses citations générées par un programme d'IA qui ont été citées dans un dossier officiel du tribunal. D’autres cas d’avocats incluant des cas inventés par l’IA dans des mémoires juridiques ont également été documentés.

La 5e Cour d'appel américaine de la Nouvelle-Orléans semble être d'accord avec le point de vue de Roberts selon lequel l'assistance juridique assistée par l'IA peut produire un travail moins que satisfaisant. Le tribunal a proposé une règle qui obligerait les avocats à certifier qu'ils ne s'appuient pas sur un logiciel d'IA pour rédiger des mémoires, ou qu'un humain a vérifié et édité tout texte généré par un chatbot.

Les avocats qui déclarent faussement qu'ils respectent la règle pourraient être confrontés à la possibilité que leurs dossiers soient radiés et sanctionnés, selon la règle proposée.

Et vous ?

Quelle est votre opinion sur l’utilisation de l’IA dans le domaine du droit ? Pensez-vous qu’elle soit bénéfique ou nuisible pour la justice ?
Quelles sont les limites que vous voyez à l’application de l’IA au travail judiciaire ? Comment les définir et les respecter ?
Que pensez-vous du cas de l’avocat qui a cité une affaire judiciaire fictive que lui a communiqué ChatGPT ? Quelles sanctions devrait-il encourir ?
Comment vérifier la fiabilité et la validité des sources juridiques générées par l’IA ? Quels sont les critères et les outils à utiliser ?
Comment préserver les valeurs et les principes qui fondent le droit, face à l’évolution rapide de la technologie ? Quel est le rôle et la responsabilité des juges et des avocats dans ce contexte ?

Voir aussi :

Un avocat cite des affaires juridiques fictives inventées par ChatGPT, provoquant la fureur du juge et des sanctions potentielles. ChatGPT avait assuré à l'avocat que ces affaires étaient réelles

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/06/2024 à 14:08
26 secondes pour que l'IA analyse le contrat et 94 minutes pour un avocat. OK, combien de temps passés à programmer l'IA pour qu'elle soit aussi efficace sur ce segment spécifique d'une analyse de documents ? Remplacer le contrat de non divulgation par un babar l'éléphant et le truc ne sait déjà plus ou il habite non ?

Quoiqu'il en soit ça laisse songeur. J'aimerais bien pouvoir passer moins de temps à la rédaction et la vérification et si l'IA pouvait s'assurer que je fasse pas de bourde dans les chiffres ou une clause particulière c'est vrai qu'au final ce serait pas mal.

Après comme d'habitude ça soulève plus d'interrogation que de solution et évidemment tout le monde se lance dedans tête baissée
0  0