IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« L'IA est en fait inutile et elle a créé une bulle "faire semblant jusqu'à ce que ça marche" qui pourrait se solder par un désastre »,
Prévient un observateur chevronné des marchés

Le , par Mathis Lucas

7PARTAGES

14  0 
De plus en plus d'experts craignent que l'IA ne tienne finalement pas ses promesses et que le battage médiatique n'ait contribué qu'à créer une bulle critique d'investissement. Ils pensent que la résorption de la bulle de l'IA pourrait avoir des conséquences dévastatrices sur l'économie mondiale. James Ferguson, associé fondateur de MacroStrategy Partnership, un cabinet de recherche macroéconomique basé au Royaume-Uni, craint que la folie spéculative se solde par un désastre. L'analyste affirme que l'hallucination des grands modèles de langage (LLM) pourrait s'avérer un défi insoluble, ce qui conduirait l'IA à avoir beaucoup moins d'applications viables.

Le battage médiatique autour de l'IA a permis d'injecter énormément de capitaux sur le marché en un court laps de temps. De nombreux rapports prédisent que l'IA ajoutera des milliers de milliards à l'économie mondiale en stimulant la productivité comme jamais auparavant dans l'histoire. Bank of America a publié un rapport selon lequel l'IA entraînera des changements radicaux et stimulera l'économie mondiale de 15 700 milliards de dollars d'ici les sept prochaines années. Et d'après Goldman Sachs, la technologie entraînera une augmentation de 7 000 milliards de dollars du PIB mondial d'ici la fin de cette décennie.

Mais un nombre croissant d'analystes de l'économie et de scientifiques de renom se montrent sceptiques quant à ces prédictions. Ce groupe estime que la surestimation des possibilités de l'IA a créé une bulle spéculative, car les valorisations se détachent de la réalité. Cela serait comparable à la bulle Internet de la fin des années 1990, dont quelques entreprises seulement ont survécu. Les experts craignent que la même chose se produise aujourd'hui, compte tenu de la récente montée en flèche des actions liées à l'IA. Pour James Ferguson, l'IA pourrait s'avérer "inutile" dans les années à venir et créer beaucoup de désillusions.


« Historiquement, ces bulles finissent mal. Quiconque est un peu vieux jeu et a déjà vu ce genre de choses est donc tenté de croire que cela finira mal », a souligné Ferguson à Merryn Somerset Webb, de Bloomberg, dans le dernier épisode du podcast Merryn Talks Money. L'analyste chevronné a fait valoir que les hallucinations pourraient s'avérer un problème plus "insoluble" que prévu initialement, ce qui conduirait l'IA à avoir beaucoup moins d'applications viables. (L'hallucination désigne la tendance des LLM à inventer des informations et des sources. Ils présentent ensuite ces informations comme des faits avérés).

« Je dirais que l'IA n'a toujours pas fait ses preuves. Faire semblant jusqu'à ce qu'on y arrive peut fonctionner dans la Silicon Valley, mais pour le reste d'entre nous, je pense que l'expression "une fois mordu, deux fois timide" est plus appropriée pour l'IA. Si l'on ne peut pas faire confiance à l'IA, alors l'IA est effectivement, à mon avis, inutile », a déclaré Ferguson. Il a ajouté que la technologie pourrait finir par être trop "gourmande en énergie" pour être un outil rentable pour de nombreuses entreprises. De nombreux rapports ont déjà tiré la sonnette d'alarme sur les besoins énergétiques sans cesse croissants de l'IA.

À cet égard, une étude récente de l'Amsterdam School of Business and Economics a révélé que les applications d'IA pourraient à elles seules consommer autant d'énergie que les Pays-Bas d'ici 2027. « Si Nvidia ne facture pas ses puces de plus en plus chères, vous devez également payer de plus en plus cher pour faire fonctionner ces puces sur vos serveurs. Vous vous retrouvez donc avec quelque chose de très cher qui n'a pas encore prouvé, en dehors de quelques applications étroites, qu'il est rentable », a déclaré Ferguson. Les acteurs du secteur de l'IA espèrent des percées majeures dans la production énergétique.

Pour les investisseurs qui s'enthousiasment pour l'IA, Ferguson a mis en garde contre l'engouement excessif pour les technologies, fondé sur des promesses douteuses, qui ressemble beaucoup à la période précédant le krach des dotcoms. Il fait remarquer que durant ces deux périodes, les rendements du marché se sont concentrés sur les actions technologiques qui se négociaient sur la base des estimations de croissance des bénéfices très élevées de Wall Street. Mais en dépit de ces prévisions optimistes, les géants du matériel informatique de l'ère des dotcoms, Cisco et Intel, ont largement déçu les investisseurs depuis lors.

À la fin des années 1990, Cisco était la principale entreprise d'infrastructure informatique. La croissance d'Internet nécessitait un déploiement important d'infrastructures. Il fallait construire des serveurs et les connecter les uns aux autres à l'aide de routeurs, puis au système de télécommunications au sens large. L'hypothèse était que tout le monde allait transférer ses communications et son commerce sur Internet et que, pour ce faire, un déploiement rapide était nécessaire. En conséquence, le prix de l'action Cisco a augmenté de plus de 450 % au cours des deux années qui ont précédé la fin de l'année 1999.

Cela a précédé toute augmentation significative des bénéfices, ce qui signifie que son évaluation a atteint 120 fois ses bénéfices prévisionnels à un an. La croissance des bénéfices ne s'est pas concrétisée aussi rapidement que prévu et, moins d'un an après le pic de valorisation atteint en mai 2000, la valeur de l'action avait chuté de 70 %. Il est intéressant de noter que Cisco a connu une croissance régulière de ses bénéfices au cours de la décennie suivante. Ferguson estime que le héros actuel du matériel d'IA, le fabricant de puces Nvidia, pourrait connaître un sort similaire, notamment en raison de sa valorisation élevée.

Dans une récente analyse, Michael Atleson, un avocat de la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis, a dénoncé le comportement des entreprises d'IA. Atleson a écrit : « certaines de ces entreprises comparent leurs produits à de la magie (ce qui n'est pas le cas), parlent de produits dotés de sentiments (ce qui n'est pas le cas) ou admettent qu'elles veulent simplement que les gens aient l'impression que leurs produits sont magiques ou dotés de sentiments ». Atleson s'interroge sur la capacité des entreprises à développer ces technologies et à faire en sorte qu'elles répondent de manière sûre aux besoins de clients.

Ben Rogoff, gestionnaire principal du Polar Capital Technology Trust (PCT) et investisseur dans les sociétés technologiques depuis 25 ans, constate certaines similitudes la période des dotcoms : « l'hypothèse nulle est qu'il s'agit de la même période que celle des dotcoms et je m'en inquiète, car je suis payé pour m'en inquiéter ». La difficulté consiste à évaluer l'ampleur de la demande pour l'IA générative et la quantité d'infrastructures nécessaires pour y répondre. Les entreprises informatiques ne veulent pas rester à la traîne et investissent massivement dans les centres de données pour l'IA en prévision de la croissance future.

Malgré son argument selon lequel les valeurs technologiques liées à l'IA sont fortement surévaluées, Ferguson a admis que personne ne peut prédire la fin d'une bulle. Selon lui, cette dynamique conduit de nombreux investisseurs baissiers à se sentir "obligés de jouer" sur les marchés même lorsque les actions semblent chères. « C'est certainement ce qui s'est passé lors de la bulle Internet, où presque tous ceux qui n'étaient pas des parieurs au détail regardaient ces choses et se disaient : "cela ne peut pas durer, mais cela dit, si cela dure encore un trimestre et que je ne joue pas, je perdrai mon emploi" », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Ferguson affirme que la bonne nouvelle, c'est que la bulle boursière actuelle est tellement concentrée sur les actions liées à l'IA qu'il y a encore de la valeur. Bien entendu, l'éclatement de la bulle de l'IA entraînera une douleur généralisée pour les investisseurs. Mais après cela, Ferguson recommande de s'intéresser aux petites capitalisations américaines actuellement mal aimées, qui pourraient bénéficier de baisses de taux d'intérêt et ne sont pas très valorisées.

« Le problème, c'est que cette valeur doit être trouvée de la bonne vieille manière, en parcourant les petites capitalisations et en recherchant des entreprises qui se développent de manière régulière, à l'ancienne », a-t-il déclaré. En somme, les experts pensent que le résultat de la normalisation des valorisations des actions liées à l'IA après la folie spéculative risque d'être dévastateur à la fois pour les entreprises et pour les investisseurs qui investissent dans l'IA sans aucun recul.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
L'industrie est-elle en mesure de résoudre le problème de l'hallucination de l'IA ?
Quels pourraient être les impacts de la résorption de la bulle de l'IA ?
L'IA tiendra-t-elle ses promesses ? Les produits d'IA actuels sont-ils utiles ?

Voir aussi

Le succès de l'IA a permis d'injecter énormément de capitaux sur le marché en un court laps de temps, un comportement similaire à celui observé en l'an 2000 avec la période des "dot com"

Pourquoi certains experts sont-ils si convaincus que le boom de l'IA va s'essouffler ? Ils voient des similitudes avec l'ère des dotcoms et affirment que les capacités de l'IA générative sont surestimées

L'IA fera augmenter les dépenses dans les centres de données de 28,5 % et deviendra la principale charge de travail des serveurs d'ici à 2027, selon un rapport du cabinet d'analyse Omdia

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de RenarddeFeu
Membre actif https://www.developpez.com
Le 10/07/2024 à 12:22
Un peu comme le cloud en fait. Les entreprises ont investi des centaines de milliards pour changer les feuilles Excel utilisées par 10 personnes en webapps sans qu'on sache vraiment pourquoi.
16  1 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 12/07/2024 à 15:59
Avec l'IA, nous commençons à avoir quelques années de recul :
- elle hallucine
- le contenu web généré par l'IA entraîne d'autres IA donc la qualité va probablement se dégrader pour la recherche web
- pour les voitures autonomes, je pense que l'on y arrivera pas... sinon quelle sera la puissance nécessaire pour l'ordinateur de bord pour tout traiter)... quelle prix vont coûter les voitures qui intégreront des IA fiables ?
- beaucoup parlent d'IA mais dans de nombreux cas, des modèles statistiques existants font la même chose
6  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 10/07/2024 à 15:08
Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
Un peu comme le cloud en fait. Les entreprises ont investi des centaines de milliards pour changer les feuilles Excel utilisées par 10 personnes en webapps sans qu'on sache vraiment pourquoi.
Pour refaire des tableurs Excel en cachette ou à la demande de la direction ensuite
3  0 
Avatar de CosmoKnacki
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 11/07/2024 à 0:29
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
Pour refaire des tableurs Excel en cachette ou à la demande de la direction ensuite
Il existe même une secte qui les refait sous Quattro Pro.
3  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 15/07/2024 à 0:43
Citation Envoyé par AlexWest Voir le message
La question d'une bulle spéculative peut et doit se poser. [...]
Pour voir beaucoup de cas d'usage, je ne peux pas douter que nous assistons à une révolution, la problématique économique vis à vis de l'IA est plutôt l'impact sur l'emploi et le modèle de société qui s'ouvre. Je vois peu de professions qui ne seront pas rapidement remplaçables par l'IA. Et avec l'arrivée de la robotique, dont on ne parle pas encore beaucoup...
La bulle spéculative, OK.

1) Dans l'histoire à chaque fois qu'une profession disparaît à cause des évolutions techniques, le % de population correspondant (pas forcément les individus) est réaffecté à d'autres tâches précédemment vacantes, ce qui augmente la productivité globale de la société. Ex : Lors de la révolution industrielle l'apport de la patate a rendu inutile une grosse partie de la main d'oeuvre agricole (la patate a une productivité 2x supérieure au blé. 2x !!!) Cette population a pu devenir ouvrier et fabriquer les machines qui ont exploité l'énergie pour fabriquer ce qui été fait à la main, ce qui a encore libéré plus de main d'oeuvre, etc. Est-ce que quelqu'un veut faire gardien de chèvres, faucheur de blé, tisserand etc ?

2) Quelles professions sont rapidement remplaçables par l'IA ? Les boulangers pâtissiers ? Les maçons ? Les chaudronniers ? Les mecs qui font la plonge ou qui turbinent aux cuisines ? Comme dirait l'autre, il suffit de se mettre dans la rue pour trouver plein de gens qui la traversent pour chercher du boulot.
Je connais un chirurgien (thoracique) qui affirme que sa clinique a acheté un robot chirurgien mais que le robot coûte 2 millions d'euros à l'achat et 150k par an en maintenance, et qu'en plus il faut un chirurgien dans la salle pour faire les trous, plus lui dans la salle pour manipuler le robot (et qu'en plus l'opération dure plus longtemps et le patient ne sort pas plus tôt). Certes, la robotique a fait des progrès, mais ça reste très très cher.

En informatique, c'est bien les LLM pour générer des bouts de code (avec des hallu), mais c'est pas lui qui va faire l'architecture du projet et la vision globale.

Les théoriciens des LLM rappellent quand même que l'intelligence générale ne viendra pas de cette technologie qui n'est qu'un générateur statistique de texte sans compréhension.

Est-ce que les gens rapidement remplaçables par GPT n'occupaient pas des bullshit job en fait ?

PS : c'est pas moi qui a moinsé.
0  0 
Avatar de AlexWest
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 10/07/2024 à 20:23
La question d'une bulle spéculative peut et doit se poser. Nous sommes dans une période où pour différentes raisons il y a beaucoup de liquidités financières disponibles et l'IA semble pour de nombreux opérateurs un secteur dans lequel investir au risque peut-être d'un surinvestissement. Néanmoins je ne pense pas qu'aujourd'hui on puisse mettre en cause la révolution que représente l'IA. Ce serait comme, dans les débuts du moteur, on se disait "c'est bruyant, peu fiable, ça consomme beaucoup, bref, aucun avenir".
Pour voir beaucoup de cas d'usage, je ne peux pas douter que nous assistons à une révolution, la problématique économique vis à vis de l'IA est plutôt l'impact sur l'emploi et le modèle de société qui s'ouvre. Je vois peu de professions qui ne seront pas rapidement remplaçables par l'IA. Et avec l'arrivée de la robotique, dont on ne parle pas encore beaucoup...
2  3