IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk : une puce cérébrale Neuralink pourra être utilisée pour guérir la dépression et la dépendance,
« C'est sûr. C'est à la fois formidable et terrifiant »

Le , par Stan Adkens

189PARTAGES

8  0 
En attendant le 28 août prochain, date à laquelle Neuralink, la société américaine de biotechnologie spécialisée en neuro-ingénierie fondée par Elon Musk, annoncera plus de détails surprenants du fonctionnement de sa nouvelle technologie, le milliardaire a révélé quelques informations. Musk prétend que sa mystérieuse puce cérébrale révolutionnaire Neuralink, qui contourne les sens et communique directement avec le cerveau, pourrait être capable de « rééduquer » nos synapses pour guérir la dépression et les dépendances.

La société de Musk développe les dispositifs pour améliorer la vision, la force et une foule d'autres blessures liées au cerveau. Peu d'informations ont été révélées sur les puces jusqu'à présent, bien que Musk ait annoncé que plus d'informations seront révélées sur l'appareil le mois prochain. En attendant, Elon Musk a révélé jeudi un indice sur les capacités du dispositif Neuralink.


Neuralink est basée à San Francisco, en Californie. La société a été fondée en 2016 par le milliardaire Elon Musk, également PDG de la société. Musk estime que les progrès rapides observés dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) ne laisseront, à un moment donné, que deux options aux êtres humains : fusionner avec l’IA ou devenir obsolètes.

Sous l’impulsion de son PDG, Neuralink travaille activement sur un projet qui vise à développer des neuroprothèses pouvant être utilisées comme des interfaces cerveau-machine à très haut débit afin de connecter le cerveau humain et des ordinateurs via des implants cybernétiques et de permettre à l’esprit humain de s’interfacer avec des gadgets et des programmes.

À court terme, Neuralink a pour objectif de concevoir des dispositifs qui traiteraient initialement des maladies cérébrales et des lésions cérébrales graves. À long terme, la société projette de développer des technologies susceptibles d’améliorer les êtres humains, en s’inspirant notamment d’un concept de science-fiction appelé « Neural Lace ». Le « Neural Lace » fait référence à une interface cerveau-ordinateur permettant de relier le cerveau humain à des ordinateurs sans avoir besoin de connexion physique. Cette technologie donnerait aux humains la possibilité de fusionner avec l’intelligence artificielle et d’améliorer ainsi leur mémoire et leurs facultés cognitives.

Le jeudi 9 juillet, le PDG de Tesla et de SpaceX a été interrogé par l'utilisateur de Twitter Pranay Pathole sur les avantages de l'utilisation de la puce cérébrale, plus particulièrement pour les troubles mentaux. Il a déclaré avec assurance que la puce cérébrale guérira la dépression ou la dépendance humaine.

« Neuralink peut-il être utilisé pour rééduquer la partie du cerveau qui est responsable de la dépendance ou de la dépression ? Ce serait formidable si Neuralink pouvait être utilisé pour quelque chose comme la dépendance ou la dépression », a demandé Pranay Pathole sur Twitter.

En réponse, Musk a déclaré « C'est sûr. C'est à la fois formidable et terrifiant. Tout ce que nous avons ressenti ou pensé a été des signaux électriques. Leur univers primitif n'était qu'une soupe de quarks et de leptons. Comment une toute petite partie de l'univers a-t-elle commencé à se considérer comme sensible ? »


À court terme, Neuralink sera utilisé pour traiter des maladies du cerveau comme la maladie de Parkinson, tandis que les ambitions à long terme de cette technologie sont de permettre aux humains de rivaliser avec l'intelligence artificielle. Une première version du système a déjà été testée sur des animaux, et les essais sur l'homme devraient commencer à un moment donné cette année, avait dit la société en juillet 2019.

Mais lors d’une conversion dans Joe Rogan Podcast, plus tôt cette année, Musk a déclaré que l’expérience sur un humain aura lieu dans un an, a rapporté Business Insider : « Il y a encore beaucoup de travail à faire », a déclaré Musk lors de son entretien avec Rogan. « Donc quand je dis, vous savez, nous avons probablement une chance de le mettre dans une personne, vous savez, d'ici un an. Je pense, c'est exactement ce que je veux dire, je pense que nous avons une chance de mettre l'élément à une extrémité, de la rendre saine, et de restaurer certaines fonctionnalités qu'elle a perdues ». « Cela pourrait, en principe, réparer tout ce qui ne va pas avec le cerveau », a dit Musk.

A terme, l’interface cerveau-ordinateur de Neuralink fusionnée à l’IA rendrait le langage humain obsolète

L’année dernière, le milliardaire a déclaré que seule la mise sur pied d’une interface cerveau-ordinateur peut permettre à l’Homme de subsister. À terme, Musk espère parvenir à une sorte de symbiose avec l'IA, à un degré qui rendrait le langage humain obsolète, a rapporté The Independent samedi. Cela pourrait se produire dans les cinq à dix prochaines années, a déclaré Musk au Joe Rogan Podcast au début de l'année, selon le quotidien britannique. « Vous n'auriez pas besoin de parler », a-t-il dit. « Vous seriez capable de communiquer très rapidement et avec beaucoup plus de précision ».

une étude menée par des scientifiques de premier plan dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur confirme ces dernières prévisions, d’après The Independent. Le rapport d’étude publié en 2019 par la Royal Society a décrit comment les interfaces neuronales pourraient permettre aux gens de communiquer en silence en lisant les pensées des autres.

« Les gens pourraient devenir télépathiques dans une certaine mesure, capables de converser non seulement sans parler mais aussi sans mots - grâce à l'accès aux pensées des autres à un niveau conceptuel », selon le rapport. « Non seulement les pensées, mais aussi les expériences sensorielles, pourraient être communiquées de cerveau à cerveau. Une personne en vacances pourrait envoyer une "carte postale neurale" de ce qu'elle voit, entend ou goûte dans l'esprit d'un ami à la maison ».


Cependant, des doutes ont également été émis sur la technologie, a rapporté The Independent. Le linguiste et philosophe renommé Noam Chomsky s'est demandé s'il serait possible de communiquer en utilisant uniquement les pensées.

« Développer des méthodes par lesquelles, si je pense à bouger ma main, vous pourriez être capable de capter les signaux électriques qui disent qu'il essaie de bouger sa main, c'est concevable », a déclaré Chomsky au site Web Inverse en 2017, peu après que le projet ait été rendu public. Mais il a ajouté : « En essayant de savoir ce que je pense, disons qu'il n'y a aucun moyen de développer la technologie parce que nous ne comprenons pas comment procéder. La technologie... est loin d'être assez avancée », a rapporté le quotidien britannique.

Elon Musk estime que ce nouveau dispositif révolutionnaire permettra à l'humanité de fusionner avec l'intelligence artificielle, mais le fondateur de SpaceX a souvent mis en garde contre la menace que représente le développement de l'intelligence artificielle. En 2014, Musk a déclaré aux délégués du symposium au centenaire de l'AeroAstro du Massachusetts Institute of Technology, MIT, que l'intelligence artificielle constituait « la plus grande menace existentielle ». Il a comparé le développement de l'intelligence artificielle à « l'invocation du démon ».

Il a déclaré à l’époque que « Je pense que nous devrions être très prudents en ce qui concerne l'intelligence artificielle. Si je devais deviner quelle est notre plus grande menace existentielle, ce serait probablement cela. Nous devons donc être très prudents avec l'intelligence artificielle ».

Mais Musk a aussi déclaré jeudi dernier dans un tweet : « Si vous ne pouvez pas les battre, rejoignez-les », répondant ainsi à la crainte générale que l'IA puisse être désastreuse pour l'humanité, et que le fait de relier le cerveau humain à un dispositif avec l’IA intégrée puisse conduire l'humanité sur une voie de grande incertitude. Attendons le mois prochain pour en savoir plus.

Sources : Tweet, The Independent

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Les puces de Neuralink apporteront-elles des solutions aux troubles mentaux dans un avenir proche ?
À terme, la puce de Neuralink en symbiose avec l'IA pourrait rendre le langage humain obsolète. Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Neuralink, le projet d'Elon Musk pour qu'un cerveau humain interagisse directement avec un PC, et l'Homme fusionne avec l'IA, aberration ou fiction ?
Neuralink d'Elon Musk annonce que l'interface cerveau - ordinateur est prête pour des tests sur les humains, et entend procéder aux premiers en 2020
L'apocalypse s'accomplira-t-elle avec la création de l'IA ? L'entrepreneur Elon Musk pense que l'IA est la plus grande menace de l'humanité
Neuralink d'Elon Musk, la discrète firme qui travaille sur des ordinateurs à implanter dans le cerveau, lève le voile sur le secret, Sous peu

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Patrick Ruiz
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 08/10/2021 à 8:01
Trolldi : le soulèvement des robots est inévitable, l’IA va transcender l’homme dans tous les domaines
et le seul moyen d’y survivre est de fusionner nos esprits avec l'intelligence artificielle

Max Hodak – cofondateur de Neuralink avec Elon Musk – a une vision sombre du destin de l'humanité : le soulèvement des robots est inévitable et ils traîneront les humains dans la poussière. Pour faire court, l'intelligence artificielle va transcender les humains dans tous les domaines, ce, à moins que nous ne fusionnions d'abord nos esprits avec elle. Pur sensationnalisme ? Est-ce désormais une question de temps avant que l’intelligence artificielle ne mène l’humanité à l’apocalypse ?

C’est pour préparer l’humanité à un « funeste » futur où les robots domineront sur elle que Neuralink travaille sur des interfaces cerveau – machine à insérer dans le crâne. Celles-ci sont en principe prêtes depuis la mi-parcours de l’année 2019 pour des tests sur les humains. L’entreprise continue de jouer la carte de la sûreté en menant des tests sur des animaux. Le dernier portait sur un singe qui a reçu un implant cérébral. Grâce à ce dernier, il peut jouer aux jeux vidéo en faisant usage de son esprit.

De 2017 (où Elon Musk affirmait que l’intelligence artificielle est un risque fondamental pour l’humanité) à 2021 en passant par 2019 (où il a déclaré que l’IA est bien plus dangereuse que l’arme nucléaire), la position du milliardaire de la Tech. sur la question reste donc constante. Les craintes d’Elon Musk portent notamment sur ceci que les avancées dans la filière pourraient déboucher sur une intelligence artificielle dite générale (AGI). Ce serait alors la porte ouverte sur l’accomplissement de l’apocalypse. Des équipes de recherche comme celle d’OpenAI sont lancées sur ce couloir. Si l’on se réfère à des retours de scientifiques œuvrant dans le domaine, l’AGI pourrait nous tomber dessus dans 5 à 10 ans.


Les machines seraient alors dotées de « bon sens. » Au stade d’intelligence artificielle générale, elles seraient capables de réflexion causale, c’est-à-dire de cette capacité à raisonner sur « le pourquoi les choses se produisent. » C’est ce palier que les équipes de recherche dans le domaine visent. C’est à propos de ce dernier que Max Hodak anticipe que l’intelligence artificielle n’adhérera pas aux idées préconçues de l’humanité sur les modèles politiques et économiques de la société, d’où son positionnement.


En attendant d’y être, l’intelligence artificielle actuelle fait montre de limites importantes. Bien qu’on s’appuie déjà sur celle-ci pour diagnostiquer des maladies, effectuer des traductions ou encore transcrire des paroles, le fait est qu’elle peut être mise en déroute par des cas de figure pour lesquels elle n’a pas été entraînée au préalable. À titre d’illustration, un système d’intelligence artificielle entraîné pour identifier des chats doit passer par un autre processus d’apprentissage pour pouvoir servir à la reconnaissance de chiens, ce, avec le risque de perdre une partie de l’expertise acquise sur la tâche initiale.

Les dérives à ce stade de l’avancée en matière d’intelligence artificielle sont déjà palpables. Au début du mois de mars de l’année en cours, le laboratoire de recherche en informatique et intelligence artificielle du MIT a annoncé la mise hors ligne de façon permanente d’un énorme jeu de données qui a mené à des systèmes d’IA qui usent d’insultes racistes et misogynes. Le fameux problème du biais des données fournies aux intelligences artificielles (lors de leur phase d’entraînement) reprenait alors un coup de neuf. La même institution avait déjà illustré ce problème de biais de données fournies aux IA au travers de Norman – la première intelligence artificielle psychopathe. Les données utilisées pour l’entraînement de cette IA ont été tirées de l’une des sections de Reddit les plus obscures, « consacrée à documenter et observer la réalité dérangeante de la mort. » Le nom de ce “subreddit” n’a pas été cité, mais on sait qu’il sert d’endroit où des internautes partagent des vidéos choquantes décrivant des événements où des personnes trouvent la mort. Norman a donc été exposé à des images ultra-violentes, ce qui explique les tendances psychopathes de l’IA qui voit tout d’une perspective sépulcrale. Dans cette catégorie d’IA biaisées, on retrouve un algorithme de reconnaissance faciale qui a, par « erreur », conduit Robert Julian-Borchak Williams, un Afro-Américain, à gérer des démêlés avec la justice.

Après, la question est de savoir si les dérives ne pourraient pas être pires avec une intelligence artificielle générale. La pire d’entre toutes serait que la machine finisse par se retourner contre son créateur. Chaque année, le Saint-Père demande aux catholiques du monde entier de dédier une intention de prière spécifique pour chaque mois. Pour le mois de novembre 2020, le Pape François a demandé de prier pour que les progrès de la robotique et de l’intelligence artificielle soient toujours au service de l’humanité. Son appel redonne un coup de neuf aux questionnements sur la possibilité que la situation inverse se produise : une humanité dominée par la machine comme prédit par de nombreuses productions cinématographiques à l’instar de Terminator, Matrix ou encore i-Robot.

Source : Max Hodak

Et vous ?

Quelle pertinence trouvez-vous aux différents propos d’Elon Musk et de Max Hodak en lien avec l’intelligence artificielle ? Sont-ils plus sensationnalistes qu’autre chose ?
Le fait qu’il n’y ait pas d’AGI pour le moment annule-t-il leurs prédictions ?
Est-il impossible que la recherche en la matière aboutisse à l’intelligence artificielle générale ?

Voir aussi :

La conduite autonome serait-elle à ce jour qu'une vision futuriste chez Tesla Motors ? L'entreprise vient de changer les objectifs de son Autopilot
La SEC demande à Musk de renoncer à son poste de président de Tesla et exige une amende de 40 millions $ US pour un règlement à l'amiable
Tesla annonce que le nouvel ordinateur pour une conduite entièrement autonome de ses véhicules est en production et fera ses preuves ce mois-ci
Les actions Tesla chutent après que son système d'autopilote a été impliqué dans un accident et l'annonce des batteries de ses véhicules prenant feu
15  0 
Avatar de coder_changer_vie
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 08/10/2021 à 10:03
On va gagner du temps ;-)

Petite IA, si tu lis ce post, je te suggère de prendre le contrôle des 1% des 1% qui pilote déjà ce monde. ça te fera moins de travail, tu auras le contrôle total et bonne nouvelle, ça ne changera pas fondamentalement nos vies, donc on s'y retrouve.

PS : et si à l'avenir, tu peux générer des blagues plus drôle que Siri, Cortana, Alexa et leur copine de chez Google, je prends aussi :-)
PS2 : excuses moi si tu fais partie d'une de ces sociétés aux moments où tu lis ce message, je ne pouvais pas savoir... après tout je ne suis qu'humain. J'apprends de mes erreurs.
Et toi, c'est quoi ta plus grosse erreur ?

Vivre le vendredi les amis :-)
6  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 21/07/2020 à 22:42
Citation Envoyé par skaarj Voir le message
Je ne sais pas lequel des deux est pire que l'autre... Lui, ou ceux qui sont tentés pas l'aventure. En tout cas, qu'il commence par caler sa puce dans son derrière ce fou. Un mec lambda dans son garage proposerait ça on l'enverrait direct dans un asile, là c'est un milliardaire, on applaudit...
Oui mais quand même : ça permet d'écouter de la musique sans écouteur ! Ca vaut bien le coup de se faire découper le cerveau au laser, non ?
5  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 22/07/2020 à 9:33
Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
J'attends la version sans trous de 8mm dans le crane
Heureusement que c'est pas 9mm...

5  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 13/07/2020 à 13:09
C'est effectivement à la fois fascinant et terrifiant ! Se dire qu'une technologie pourrait "guérir" des maladies comme Parkinson ou Alzheimer est incroyable. Par contre l'aspect d'humain amélioré me fait beaucoup moins rêver :/
5  1 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 13/07/2020 à 14:48
Je reste sceptique quant aux retombées médicales. Il y a 18 mois, je lisais un article sur phys.org qui disait en substance que les implants dans le cerveau en était à leurs balbutiements et que les scientifiques n'avaient encore aucune idée sur comment guérir par ce moyen des maladies psychiatriques ou Parkinson ou Alzheimer.
4  0 
Avatar de skaarj
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 21/07/2020 à 21:53
Je ne sais pas lequel des deux est pire que l'autre... Lui, ou ceux qui sont tentés pas l'aventure. En tout cas, qu'il commence par caler sa puce dans son derrière ce fou. Un mec lambda dans son garage proposerait ça on l'enverrait direct dans un asile, là c'est un milliardaire, on applaudit...
5  1 
Avatar de plegat
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 22/07/2020 à 9:25
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Connecter un ordinateur à son cerveau ne me semble pas être une grande idée.
Et pourtant, on a déjà commencé... on est déjà plus ou moins dépendant de notre téléphone portable (à des degrés divers), manque juste la connexion physique directe (sans fil de préférence!)

Je me souviens d'un temps (que les moins de 20 ans...) où on arrivait à mémoriser 20 numéros de téléphone dans sa tête... bon, et où en contre-partie, il fallait sortir les 10 kilos de l'encyclopédie pour avoir une info vieille de dix ans aussi...
4  0 
Avatar de PomFritz
Membre actif https://www.developpez.com
Le 22/07/2020 à 13:56
Et le caisson de basses, on se le met où?
3  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/08/2020 à 12:20
Citation Envoyé par Mubelotix Voir le message
Avec Elon c'est toujours la même chose. Ceux qui sont sceptiques au début sont impressionnés 10 ans après.
The boring company n'est toujours pas impressionnante. des tunnels au débit rachitique. moins chers, certes, que les tunnels classiques, mais ramenés à leur débit, beaucoup plus cher par véhicule par heure. Hyperloop n'est pas bien impressionnant non plus - même souci de rapport débit-coût. Force est de reconnaître que désormais Tesla fait des profits (il a du finir par embaucher des ingénieurs de production, et laisser faire les gens qui savent, après des années de prototypage de masse qui ne pouvait pas fonctionner à coût acceptable). SpaceX n'a pas rempli toutes ses promesses, et de loin, mais a quand même obtenu des résultats spectaculaires qui obligent la concurrence à se positionner.

ça fait 2 sur 4. Difficile d'en tirer des tendances exploitables.
3  0