IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Max Hodak, cofondateur de Neuralink, quitte la société d'implants cérébraux d'Elon Musk,
Dont un produit permettra à un patient paralysé « d'utiliser un smartphone avec son esprit »

Le , par Stan Adkens

62PARTAGES

9  1 
Max Hodak, le président de Neuralink, une société visant à connecter le cerveau humain aux ordinateurs qui a été cofondée par le PDG de Tesla et SpaceX, Elon Musk, a déclaré avoir quitté la société. Il a précisé qu'il n'y travaillait plus depuis quelques semaines, mais n'a pas révélé les circonstances de son départ ni les éventuels différends ou problèmes survenus sous sa direction, notamment à l'égard d'un autre employé ou de la société Neuralink elle-même. Dans un tweet, Hodak a déclaré qu'il restait un "grand supporter" de Neuralink, ce qui signifie qu'il ne s'agit probablement pas d'un départ amer.

Hodak, président et cofondateur de Neuralink, a officiellement quitté l'entreprise. Dans un message publié samedi sur Twitter, il a déclaré avoir appris « une tonne » de choses au sein de l'entreprise et être resté un « grand supporter » de celle-ci. Bien que Hodak n'ait pas révélé sa prochaine destination ni les circonstances de son départ, il a mentionné qu'il se lance dans une nouvelle aventure qui l'obligerait à quitter la populaire société cérébrale.

« Je ne suis plus chez Neuralink (depuis quelques semaines) », a-t-il tweeté. « J'ai appris une tonne là-bas et je reste un énorme cheerleader pour l'entreprise ! En avant vers de nouvelles choses ».


L'un des followers de Hodak sur Twitter lui a demandé quelle serait la prochaine mission et il a répondu : « Pas Jurassic Park », rayant cette option. La boutade était une référence à une discussion fantaisiste antérieure sur la plateforme de micro-blogging dans laquelle Hodak avait rêvé : « Nous pourrions probablement construire Jurassic Park si nous le voulions. Il ne s'agirait pas de dinosaures génétiquement authentiques, mais... peut-être 15 ans de reproduction et d'ingénierie pour obtenir de nouvelles espèces super exotiques ».

Neuralink se concentre sur le développement d'interfaces cerveau-machine. Le mois dernier, la société a publié une vidéo sur YouTube qui semblait montrer un singe avec un implant Neuralink dans le cerveau déplaçant un curseur sur un écran d'ordinateur en utilisant uniquement son esprit.

Musk et Hodak ont fondé Neuralink avec plusieurs autres personnes en 2016, et Musk a investi des millions de dollars de son propre argent dans l'entreprise. L'année dernière, le site Web d'informations médicales Stat News a rapporté que certains anciens employés ont décrit une culture interne chaotique chez Neuralink, affirmant que ses scientifiques ne disposaient pas toujours du temps nécessaire pour mener à bien leurs projets.

Il n'est pas certain de savoir dans quelle mesure ce départ va nuire à Neuralink, bien que le moment ne soit pas idéal. La récente démonstration de sa technologie d'implantation sur un singe est censée se rapprocher d'un produit fini. Cela ne signifie pas nécessairement que la société est en difficulté, mais le départ de Hodak pourrait compliquer les tentatives de traduire les travaux de Neuralink en produits pratiques.

Les années 2019 à 2020 ont été marquées par un engouement massif pour Neuralink, notamment en raison des tweets constants d'Elon Musk et du teasing des projets et des travaux de l'entreprise via les médias sociaux. Ces teases ont promis beaucoup de choses au public, notamment avec ses objectifs d'avoir une technologie d'implant cérébral qui changerait le monde et élèverait le domaine médical.

Bien que Neuralink n'ait pas inventé les interfaces cerveau-machine, sa technologie comprend des fils fins et flexibles et davantage d'électrodes que d'autres dispositifs, ce qui pourrait fournir davantage de données. Musk a déclaré que la technologie de Neuralink pourrait un jour être utilisée pour permettre aux paraplégiques de remarcher et aux humains d'atteindre la "symbiose IA", c'est-à-dire la fusion du cerveau humain avec une intelligence artificielle.
Musk – qui est également le PDG du constructeur de voitures électriques Tesla et de l'entreprise de défense aérospatiale SpaceX – a déclaré que les dispositifs de Neuralink pourraient permettre une "cognition surhumaine", permettre aux personnes paralysées de faire fonctionner des smartphones ou des membres robotiques avec leur esprit un jour, et "résoudre" l'autisme et la schizophrénie.


Controverse autour de Neuralink

Certains membres des communautés scientifique et médicale ont critiqué Neuralink et sont sceptiques quant à ses revendications scientifiques. Après la démonstration, en août 2020, d'un cochon auquel un dispositif Neuralink avait été implanté dans le cerveau, MIT Technology Review a qualifié le nouveau projet de Musk de « théâtre des neurosciences ». Affirmant « qu'aucune de ces avancées n'est à portée de main, et que certaines sont peu susceptibles de voir le jour », a déclaré MIT, ajoutant : « il n'y a encore rien que quiconque puisse acheter ou utiliser de Neuralink ».

L'article affirmait même que Musk faisait preuve d'indécision quant aux échéances et aux objectifs de l'entreprise. « Musk a habilement évité de donner des échéances ou de s'engager à respecter des calendriers sur des questions telles que la date à laquelle le système Neuralink pourrait être testé sur des sujets humains », a écrit MIT dans sa critique cinglante, ajoutant : « À ce jour, quatre ans après sa création, Neuralink n'a fourni aucune preuve qu'il puisse (ou a même essayé) de traiter la dépression, l'insomnie ou une douzaine d'autres maladies que Musk a mentionnées dans une diapositive ».

L'article poursuit en dénonçant le fait que le simple développement de microfils capables de survivre à l'environnement corrosif du cerveau pourrait prendre des années. La question devient alors : est-ce pour ces raisons que Hodak a quitté le navire ? L'entreprise ne progressait-elle pas assez vite pour le dirigeant ?

Musk n'a pas de formation en neurosciences ou en dispositifs médicaux, mais, selon un directeur de projet de Neuralink cité dans un rapport en 2019, il a été « actif pour essayer d'aider à résoudre les défis d'ingénierie auxquels Neuralink est confronté ».

Sur StatNews, une neuro-éthicienne et médecin nommée Anna Wexler a écrit dans une tribune libre le 7 avril 2021 : « Dans ce nouveau monde de développement neurotechnique privé, les démonstrations des entreprises sont diffusées en direct sur YouTube et ont la saveur d'un techno-optimisme qui implique des proclamations sur un avenir que nous n'avons pas encore vu – mais dont on nous assure qu'il se réalisera. Les données sont rares ; la rhétorique visant à rendre le monde meilleur est lourde ».

Deux jours après cette tribune, Musk a écrit dans une série de tweets, toujours sans fournir de preuves : « Le premier produit @Neuralink permettra à une personne paralysée d'utiliser un smartphone avec son esprit plus rapidement qu'une personne utilisant ses pouces ». Avant d’ajouter dans un second tweet : « Les versions ultérieures seront capables de dériver les signaux des Neuralinks dans le cerveau vers les Neuralinks dans les groupes de neurones moteurs/sensoriels du corps, permettant ainsi, par exemple, aux paraplégiques de marcher à nouveau ».


« Le dispositif est implanté au ras du crâne et se recharge sans fil, de sorte que vous avez l'air tout à fait normal et vous vous sentez normal », a-t-il dans un autre tweet.

Le PDG multitechnique est désormais seul dans son aventure avec Neuralink et son avenir, au milieu des récentes découvertes et expériences qui ont fait date. En dehors de la réparation de ce qui doit être amélioré ou réparé dans les maladies humaines, Neuralink est devenue une entreprise plus audacieuse qui vise à améliorer la vie humaine grâce à un implant cérébral. Cette initiative vise à améliorer la capacité d'une personne à traiter davantage et à débloquer une plus grande partie du cerveau qui reste inutilisée.

Neuralink est l'une des nombreuses entreprises de technologie médicale qui travaillent sur ce que l'on appelle les « interfaces cerveau-machine ». Ses concurrents comprennent ceux qui développent des implants et des dispositifs non invasifs comme des casques. Parmi eux figurent Kernel, Synchron, Neurable et même Facebook aux États-Unis, CereGate en Allemagne et Mindmaze en Suisse.

Le mois dernier, les chercheurs de BrainGate ont publié avoir démontré la première utilisation humaine d'un émetteur sans fil capable de délivrer des signaux neuronaux à large bande passante, signant une avancée dans le domaine. Selon la récente étude publiée dans la revue IEEE Transactions on Biomedical Engineering, les participants à l'essai clinique de BrainGate souffrant de tétraplégie – une condition médicale dans laquelle les personnes sont incapables de bouger les parties inférieures et supérieures de leur corps – ont démontré avec succès l'utilisation d'une interface cerveau-ordinateur sans fil intracorticale, via un émetteur sans fil externe.

Source : Max Hodak

ET vous ?

Que pensez-vous de ce départ alors même que Neuralink va de l’avant avec ces expériences ?
Pensez-vous aussi que l'entreprise ne progresse pas assez vite ?

Voir aussi :

Neuralink d'Elon Musk a implanté une puce dans le cerveau d'un singe, et il peut maintenant « jouer à des jeux vidéo en utilisant son esprit »
Elon Musk annonce qu'un singe est capable de jouer à des parties de Pong par la pensée, grâce à une interface cerveau-machine conçue par sa société Neuralink
Neuralink : Elon Musk fait une démo de la puce connectée à portée médicale sur des truies, les essais cliniques sur un petit nombre de personnes atteintes de paraplégie auront bientôt lieu
Des chercheurs démontrent la première utilisation humaine d'une interface cerveau-ordinateur sans fil à large bande passante, une percée pour les personnes souffrant de paralysie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/05/2021 à 10:07
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
L'article affirmait même que Musk faisait preuve d'indécision quant aux échéances et aux objectifs de l'entreprise. « Musk a habilement évité de donner des échéances ou de s'engager à respecter des calendriers sur des questions telles que la date à laquelle le système Neuralink pourrait être testé sur des sujets humains », a écrit MIT dans sa critique cinglante, ajoutant : « À ce jour, quatre ans après sa création, Neuralink n'a fourni aucune preuve qu'il puisse (ou a même essayé) de traiter la dépression, l'insomnie ou une douzaine d'autres maladies que Musk a mentionnées dans une diapositive ».
C'est la stratégie "Fake it until you make it" qu'on retrouve très souvent dans les nouvelles entreprises.
On promet des choses qu'on est pas certains de pouvoir livrer un jour, afin de motiver des investisseurs à investir.
Plus t'as d'argent plus t'as de chance d'y arriver.

Là il y a un exemple de Fake it until you make it qui a mal tourné :
3  0