IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'intelligence artificielle a entraîné une baisse de 50 à 70 % des salaires,
Créant ainsi des inégalités de revenus et menaçant des millions d'emplois

Le , par Stan Adkens

175PARTAGES

13  0 
L’intelligence artificielle devrait changer l’univers des emplois à l’échelle mondiale avec des robots de plus en intelligents. Certains pensent que la technologique sera là l’origine de la destruction de la plupart des emplois, tandis que pour d’autres, l’IA ne pourra jamais vraiment remplacer l'homme et restera juste un assistant. Selon une nouvelle d’étude, l’IA est déjà à l’origine de l'inégalité des revenus aux États-Unis au cours des 40 dernières années. Le rapport d’étude universitaire affirme que 50 à 70 % des variations des salaires américains, depuis 1980, peuvent être attribuées à la baisse des salaires des travailleurs cols-bleus qui ont été remplacés ou déclassés par l'automatisation.

Selon le rapport, publié par le National Bureau of Economic Research, les chercheurs ont pu démontrer qu’une grande partie des changements dans la structure des salaires aux États-Unis a été causée par les entreprises qui ont automatisé des tâches qui étaient auparavant effectuées par des personnes. Cela inclut « les machines à commande numérique ou les robots industriels qui remplacent les ouvriers dans le secteur manufacturier ou les logiciels spécialisés qui remplacent les employés de bureau », lit-on.


Le fossé creusé dans l'inégalité des richesses et des revenus par l'intelligence artificielle, la robotique et les nouvelles technologies sophistiquées devrait s'accélérer. Les classes moyennes et ouvrières ont vu leur sort se dégrader de façon constante, selon le rapport. L'envoi d'emplois à l'étranger, l'évidement du secteur manufacturier, le pivotement vers une économie de services et l'affaiblissement des syndicats ont également été rendus responsables des difficultés rencontrées par une majorité d'Américains.

Les systèmes d'intelligence artificielle sont omniprésents. Au lieu qu'un employé humain s'occupe d'un problème, les assistants vocaux numériques d’entreprise alimentés par l'IA vous obligent à vous engager avec eux. La technologie de l’IA est remarquable. Elle aide à diagnostiquer le cancer et les problèmes de santé. Les banques utilisent des logiciels sophistiqués pour détecter les fraudes et les mauvais comportements. Les voitures sans conducteur, les flux d'informations, les médias sociaux et les demandes d'emploi sont tous contrôlés par l'IA.

Les chauffeurs de camion et de taxi, les caissiers, les vendeurs au détail et les personnes qui travaillent dans les usines de fabrication ont été et continueront d'être remplacés par la robotique et la technologie. Les véhicules sans conducteur, les kiosques dans les fast-foods et les scans rapides de téléphones dans les magasins élimineront bientôt la plupart des emplois à salaire minimum et peu qualifiés.

Les craintes que les nouvelles technologies perturbent la main-d'œuvre et entraînent des pertes d'emplois existent depuis longtemps. D'un côté, l'argument est que l'automatisation créera de nouveaux et meilleurs emplois et supprimera le besoin de travail physique. D'autre part, les personnes ne possédant pas les compétences appropriées seront déplacées et n'auront pas leur place dans ce nouvel environnement.

Une étude publiée par McKinsey en 2017 confirme cette tendance. Le cabinet de recherche a estimé que jusqu’en 2030, entre 400 et 800 millions d’emplois seront automatisés. Les emplois les plus menacés par l’automatisation étant les travaux physiques dans des environnements prévisibles, tels que l’utilisation de machines ou la préparation dans la restauration rapide comme les fast-foods. La collecte et le traitement des données seraient également touchés par ce problème, avec des implications pour les activités de prêts hypothécaires, les parajuristes et les services administratifs.

Les cols blancs épargnés par l’impact de l’IA sur les salaires

Selon un rapport publié en octobre par le Forum économique mondial (WEF), « Une nouvelle génération de machines intelligentes, alimentée par les progrès rapides de l'IA et de la robotique, pourrait potentiellement remplacer une grande partie des emplois humains existants ». La robotique et l'IA provoqueront une grave « double perturbation », car la pandémie a poussé les entreprises à accélérer le déploiement de nouvelles technologies pour réduire les coûts, améliorer la productivité et être moins dépendantes des employés humains.

Le WEF a affirmé que l'automatisation supprimera environ 85 millions d'emplois jusqu’en 2025. Dans sa prédiction désastreuse, le WEF va plus loin en déclarant : « Alors que certains nouveaux emplois seraient créés comme par le passé, le souci est qu'il pourrait ne pas y en avoir assez pour tous, en particulier parce que le coût des machines intelligentes diminue au fil du temps et que leurs capacités augmentent ».

Mais selon cette dernière étude, les professionnels cols-blancs ayant fait des études supérieures ont été largement épargnés par le sort des travailleurs sans diplôme, du moins pour l'instant. Les personnes titulaires d'un diplôme de troisième cycle ont vu leur salaire augmenter, tandis que « les travailleurs peu instruits ont vu leur salaire baisser de manière significative ». Selon l'étude, « les revenus réels des hommes sans diplôme d'études secondaires sont aujourd'hui inférieurs de 15 % à ce qu'ils étaient en 1980 ».

Si les cols blancs ne sont pas menacés, selon la nouvelle étude, un rapport de Wharton School de l'Université de Pennsylvanie a déclaré en décembre que ce sont les cadres, et non les employés de niveau inférieur, qui voient leurs rangs diminuer avec l'apparition de l'intelligence artificielle et des robots. « Il est moins nécessaire pour les managers de superviser, de s'assurer que les travailleurs se présentent à l'heure, d'inspecter leur travail, etc. », d’après les chercheurs. « Les robots peuvent enregistrer précisément le travail qu'ils ont effectué, il n'y a donc pas de frais d'agence, pas de falsification des chiffres ».

Selon un autre rapport de recherche, celui de Wells Fargo, les robots élimineront 200 000 emplois dans le secteur bancaire au cours des dix prochaines années. Cette évolution a déjà eu un impact négatif sur les professionnels hautement rémunérés de Wall Street, notamment les négociants en actions et en obligations, selon le rapport. Ces personnes travaillaient dans les salles de marché des banques d'investissement et négociaient des titres pour leurs banques, leurs clients et eux-mêmes. Il s'agissait d'une profession très lucrative jusqu'à ce que les algorithmes, les logiciels et les programmes de trading quantique perturbent le secteur et rendent leurs compétences inutiles – par rapport à la technologie à action rapide.

Il est impossible de se cacher des robots. Selon un rapport du cabinet PricewaterhouseCoopers, les médecins bien formés et expérimentés seront écartés par des robots sophistiqués capables d'effectuer des opérations chirurgicales délicates avec plus de précision et de lire les radiographies avec plus d'efficacité et de précision pour détecter les cellules cancéreuses que l'œil humain ne peut pas voir facilement.

L'essor de l'intelligence artificielle rendra même les ingénieurs en logiciels moins recherchés. En effet, l'intelligence artificielle écrira bientôt ses propres logiciels, selon Jack Dorsey, le patron milliardaire de Twitter et de Square. Cela mettra certains ingénieurs en logiciel débutants dans une situation difficile. Lors d'une discussion sur la façon dont l'automatisation remplacera les emplois occupés par des humains, Dorsey a déclaré dans un épisode du podcast Yang Speaks : « Nous parlons beaucoup des camions à conduite autonome et autres ». « [L'IA] arrive même pour les [emplois] de programmation. Une grande partie des objectifs de l'apprentissage automatique et de l'apprentissage profond est d'écrire le logiciel lui-même au fil du temps, donc beaucoup d'emplois de programmation de premier niveau ne seront tout simplement plus aussi pertinents », a-t-il ajouté.

Acquérir de nouvelles compétences pour échapper à l’impact de l’IA sur les emplois

Amazon, Google, Microsoft, Apple, Zoom et d'autres géants de la technologie ont largement profité financièrement de la pandémie. L'épidémie de virus a accéléré les tendances, notamment le choix de la technologie au détriment des personnes. Cependant, on a toujours besoin des humains. Par exemple, bien qu'Amazon ait investi massivement dans l'automatisation de ses entrepôts, le géant de la vente au détail en ligne a quand même dû embaucher plus de 427 000 personnes en 10 mois pendant la pandémie. Toutefois, cela soulève la question de la mise à niveau des employés moins qualifiés dont les postes sont menacés par l’automatisation.

Acquérir de nouvelles compétences devient nécessaire pour rester en tête de la courbe. Selon selon une étude d'IBM, « plus de 120 millions de travailleurs dans le monde devront se recycler au cours des trois prochaines années en raison de l'impact de l'intelligence artificielle sur les emplois ». Le nombre de personnes qui seront touchées est immense.

Selon Oliver Wyman, un cabinet de conseil en gestion, les métropoles les plus avancées du monde ne sont pas prêtes à faire face aux perturbations de l'intelligence artificielle. On estime que plus de 50 millions de travailleurs chinois pourraient avoir besoin de se recycler, suite au déploiement de l'IA. Les États-Unis devront réoutiller 11,5 millions de personnes pour qu'elles acquièrent les compétences nécessaires à leur survie sur le marché du travail. Au Brésil, au Japon et en Allemagne, des millions de travailleurs auront besoin d'aide pour faire face aux changements provoqués par l'IA, la robotique et les technologies connexes.

Pour ceux qui risquent d'être laissés pour compte, il est demandé d'offrir un revenu de base universel (RBI). Les partisans de l’idée du revenu de base universel disent que cela donne aux gens la sécurité financière nécessaire pour trouver de bons emplois et éviter les dettes. Mais les critiques ont fait valoir que l'argent gratuit serait une désincitation au travail, créant une société dépendante de l'État.

Les partisans de l'IA affirment qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter, car nous avons toujours su nous adapter aux nouvelles technologies. Cependant, les entreprises – qu'il s'agisse de McDonald's, qui introduit des kiosques en libre-service et licencie des travailleurs horaires pour réduire les coûts, ou de banques d'investissement de premier plan qui s'appuient sur des logiciels plutôt que sur des traders pour faire des paris de plusieurs millions de dollars sur le marché boursier – continueront à mettre en œuvre la technologie et à réduire les effectifs, dans le but d'augmenter les profits.

Toutefois, selon un commentateur, « La stagnation des salaires n'a pas du tout à voir avec l'IA ». Il se justifie en écrivant : « Cela n'explique vraiment pas comment, par exemple, un casino paie pratiquement le salaire minimum, mais engrange des profits ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

Source : Rapport d’étude

Et vous ?

Que pensez-vous des conclusions de cette étude ?
Les travailleurs moins diplômés sont-ils plus menacés par l’impact de l’IA que les cadres supérieurs ?
L’acquisition de nouvelles compétences va-t-elle régler le problème de l’impact de l’IA sur les emplois et salaires ?

Voir aussi :

Les travailleurs col-blanc bien rémunérés et bien éduqués seront lourdement touchés par l'IA, l'IA étant douée dans les tâches qui exigent de la planification, du raisonnement, selon un rapport
L'IA constitue-t-elle une menace contre l'emploi ? Non, elle en créera des millions de plus qu'elle n'en détruira selon Byron Reese, voici comment
Jack Dorsey, PDG de Twitter, à Andrew Yang : « L'IA vient pour les emplois de programmation informatique », car elle va bientôt créer ses propres logiciels
Ce sont les cadres, et non les travailleurs, qui perdent leur emploi à cause de l'IA et des robots, grâce aux vastes gains d'efficacité introduits dans des processus qui nécessitaient la supervision

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Fagus
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 29/06/2021 à 13:43
Je trouve que cette étude mélange allégrement :
  • l'automatisation (mécanisation du travail manuel)
  • le drame social de la délocalisation de masse de l'emploi
  • ce qu'on appelle pompeusement l'IA (apprentissage profond)
  • des fantasmes sur ce que l'IA n'est pas prête de faire.


Que des métiers disparaissent par l'automatisation, c'est inéluctable tant que la machine est économiquement avantageuse. On avait le même débat au temps du tissage manuel.
Autre exemple, il n'y a presque plus de vélo fabriqués en France. Ils sont soit fabriqués à taiwan par des ouvriers qualifiés au salaire pas beaucoup moindre qu'ici dans des usines où des chaînes de montage automatiques font l'essentiel du boulot ; soit en Inde dans des conditions dignes de Zola par des ouvriers.
Dans cet exemple, l'"IA" n'y est pour pas grand chose : c'est juste un choix économique d'avoir sabordé l'emploi industriel en France.

Pour les fantasmes sur l'IA qui code toute seule ou remplace un ingénieur complètement, c'est de la S-F actuellement. Notre IA n'a aucune idée de ce qu'elle fait, n'a pas de bon sens ni de connaissances sur le monde. Ce sont juste des équations mathématiques aux paramètres bien ajustés sur un jeu de données.

Je défie une IA de discuter avec un client des spécifications de son programme (spécifications dont le client n'a pas forcément une idée claire ou adaptée au problème).
Je défie une IA de réparer mon four des années 75, ce que n'importe quel col bleu fera dans l'heure .
9  1 
Avatar de fredinkan
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 30/06/2021 à 16:20
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Super... Dommage pour les auteurs de l'étude mais l'IA n'existe pas depuis 40 ans... Mieux encore, son utilisation dans le monde professionnel ne fait que débuter! Alors les conclusions de cette étude n'est qu'une vaste rigolade!!!
Leur terme bateau IA n'est que du marketing pour dire "informatisation" ou "automatisation".
Je te promet que je l'entends très souvent quand on parle rien que d'envoi automatiques de rapports via des publications data-driven... C'est parfois à mourir de rire (ou à pleurer, c'est selon)...
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/06/2021 à 14:00
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Les travailleurs moins diplômés sont les plus menacés car ils sont moins à même de se recycler que les cadres supérieurs.
Le nombre de cadre supérieur finira lui aussi par diminuer.
On ne peut pas créer une infinité d'entreprises qui bossent dans l'IA et/ou la robotique. Il suffit de développer quelque bonnes solutions.
Imaginez que dans 35 ans il existe une IA capable de remplacer des ingénieurs, la même IA sera présente dans des dizaines de milliers d'entreprises dans le monde entier.
C'est pareil avec les robots, le même modèle peut exister en une infinité d'exemplaires. Quelque part plus il y a de robots moins il y a de conception. (au début il y a beaucoup de prototypes, puis c'est la production de masse)

L'IA est peut-être bonne pour chose l'environnement :
- elle va détruire énormément d'emplois
- les gens qui auront perdu leur travail n'en retrouveront pas
- leurs revenus vont baisser
- leur consommation va baisser
- la production mondiale va diminuer (ça ne sert à rien de produire si tu ne peux pas vendre)
- il y aura moins de produits à concevoir (donc moins de jobs d'ingénieurs)

Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Les travailleurs moins diplômés sont-ils plus menacés par l’impact de l’IA que les cadres supérieurs ?
Pour l'instant…
Mais sur le long terme on ne sait pas.

Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
L’acquisition de nouvelles compétences va-t-elle régler le problème de l’impact de l’IA sur les emplois et salaires ?
Non.
Les gens qui auront perdu leur travail n'auront plus de place dans ce nouvel environnement.
3  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/06/2021 à 16:03
Selon une nouvelle d’étude, l’IA est déjà à l’origine de l'inégalité des revenus aux États-Unis au cours des 40 dernières années.
Super... Dommage pour les auteurs de l'étude mais l'IA n'existe pas depuis 40 ans... Mieux encore, son utilisation dans le monde professionnel ne fait que débuter! Alors les conclusions de cette étude n'est qu'une vaste rigolade!!!
2  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 28/06/2021 à 13:03
Les travailleurs moins diplômés sont-ils plus menacés par l’impact de l’IA que les cadres supérieurs ?
Les travailleurs moins diplômés sont les plus menacés car ils sont moins à même de se recycler que les cadres supérieurs.

L’acquisition de nouvelles compétences va-t-elle régler le problème de l’impact de l’IA sur les emplois et salaires ?
Ce sera très inégalitaires car les cadres supérieurs peuvent s'adapter plus facilement qu'un caissier à cette évolution. De plus, la pénurie de compétences dans le domaine de l'IA ne sera pas comblée par des chauffeurs de poids lourd. Donc le phénomène est en cours mais ne sera pas aussi rapide qu'on le pense.

Que pensez-vous des conclusions de cette étude ?
Il s'agit d'une étude faites aux Etats-Unis donc qui a ses biais. Je pense que la même étude en Afrique ne donnerait pas les mêmes résultats. Donc, au niveau global, des inégalités vont naître avec un RBI qui ne sera pas forcément instauré en tout point du globe, par exemple. Ou des pays manufacturiers qui n'automatiseront pas placés en concurrence avec ceux l'ayant fait.
3  2 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/06/2021 à 16:36
Citation Envoyé par fredinkan Voir le message
Leur terme bateau IA n'est que du marketing pour dire "informatisation" ou "automatisation".
Je crois que vous vous trompez tous, apparemment "intelligence artificielle" ça veut plus ou moins dire "algorithme" :
Bot informatique
Selon Andrew Leonard, un bot est « un programme informatique autonome supposé intelligent, doué de personnalité, et qui habituellement, mais pas toujours, rend un service ». Le terme « personnalité » est justifié par l'auteur par l'anthropomorphisme plus ou moins prononcé dont le bot est l'objet. La supposée intelligence du bot renvoie à la notion d'intelligence artificielle proposée par Marvin Minsky et qui consiste à « fabriquer des machines qui font des choses qui, accomplies par l'homme, demanderaient de l'intelligence ». Le (ou les) programmeur(s) du bot ont donc bien conscience de l'absence d'intelligence humaine pour leur bot, alors que les autres humains, comme les internautes, ne sont pas nécessairement dans ce cas.
On a toujours parlé d'intelligence artificielle dans le jeu vidéo. Par exemple on dit que Inky, Pinky, Blinky, Clyde sont des IA.
Il faudrait trouver une autre expression, pour votre IA qui n'existe pas encore. Mais officiellement un bot dans un jeu est une IA.
0  0 
Avatar de gledil
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 01/07/2021 à 9:37
titre accrocheur, qui m'a accroché, et puis...il y a quand même un monde entre ces 2 lignes :

Titre
L'intelligence artificielle a entraîné une baisse de 50 à 70 % des salaires

(ne correspond pas au titre original très différent)

et plus loin
...affirme que 50 à 70 % des variations des salaires américains, depuis 1980, peuvent être attribuées à...

reprend une bonne traduction du texte
0  0