IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les artistes commencent à vendre des œuvres d'art générées par IA sur des sites Web de photos
En utilisant un logiciel qui crée de l'art à la demande, certains artistes tentent d'en tirer profit

Le , par Stéphane le calme

2PARTAGES

11  0 
Face à l'afflux d'œuvres d'art générées par des intelligences artificielles, certaines communautés artistiques en ligne ont pris des mesures radicales pour interdire ou limiter leur présence sur leurs sites, notamment Newgrounds, Inkblot Art et Fur Affinity. D'autres, comme Shutterstock, n'ont encore rien décidé à ce sujet. Et pendant que les plateformes d'art généré par l'IA explosent en popularité, les communautés en ligne qui se consacrent au partage de l'art généré par l'homme sont obligées de prendre une décision : l'art généré par IA doit-il être autorisé ?

L'arrivée de modèles de synthèse d'images largement disponibles, tels que Midjourney et Stable Diffusion, a provoqué une intense bataille en ligne entre les artistes qui considèrent les œuvres assistées par l'IA comme une forme de vol et ceux qui accueillent avec enthousiasme ces nouveaux outils de création. Les communautés d'artistes établies sont à la croisée des chemins car elles craignent que les œuvres non IA ne soient noyées dans une offre illimitée d'œuvres générées par l'IA, alors que ces outils sont devenus très populaires parmi certains de leurs membres.

En interdisant l'art créé par synthèse d'image sur son portail d'art, Newgrounds a écrit : « Nous voulons garder l'accent sur l'art fait par des personnes et ne pas inonder le portail d'art avec de l'art généré par ordinateur ». Fur Affinity a cité des préoccupations concernant l'éthique de la façon dont les modèles de synthèse d'images apprennent à partir d'œuvres d'art existantes, écrivant : « Notre objectif est de soutenir les artistes et leur contenu. Nous ne pensons pas qu'il soit dans l'intérêt de notre communauté d'autoriser du contenu généré par l'IA sur le site ». Ce ne sont que les derniers mouvements dans un débat qui évolue rapidement sur la façon dont les communautés artistiques (et les professionnels de l'art) peuvent s'adapter à un logiciel qui peut potentiellement produire des œuvres illimitées d'art magnifique à un rythme qu'aucun humain travaillant sans les outils ne pourrait égaler.

Parmi ces outils, nous pouvons citer DALL-E 2, le système d'IA d'OpenAI qui peut générer des images à partir de quelques mots ou éditer et affiner des images existantes par le même moyen. Par exemple, l'invite « un renard dans un arbre » ferait apparaître une photo d'un renard assis dans un arbre, ou l'invite « astronaute avec un bagel à la main » montrerait… eh bien, vous voyez où cela mène. Le logiciel ne se contente pas de créer une image dans un style unique, vous pouvez ajouter différentes techniques artistiques à votre demande, en entrant des styles de dessin, de peinture à l'huile, un modèle en pâte à modeler, tricoté en laine, dessiné sur un mur de grotte, ou même comme une affiche de film des années 1960.

En plus de la capacité de la technologie à produire des images uniquement sur des invites textuelles, Dall-E 2 dispose de deux autres techniques intelligentes : l'inpainting (le nom donné à la technique de reconstruction d'images détériorées ou de remplissage des parties manquantes d'une image) et les variations. Ces deux applications fonctionnent de manière similaire au reste de Dall-E, juste avec une touche.

Avec l'inpainting, vous pouvez prendre une image existante et y ajouter de nouveaux éléments ou en modifier des parties. Si vous avez une image d'un salon, vous pouvez ajouter un nouveau tapis, un chien sur le canapé, changer le tableau au mur ou même faire apparaître un éléphant dans la pièce… parce que quelqu'un pourrait y penser, voyez vous.

Variations est un autre service qui nécessite une image existante. Insérez une photo, une illustration ou tout autre type d'image et l'outil de variation de Dall-E créera des centaines de ses propres versions. Vous pouvez lui donner une image d'un des télétubbies, et il la reproduira, créant des versions similaires. Une vieille peinture d'un samouraï créera des images similaires, vous pouvez même prendre une photo de certains graffitis que vous voyez et obtenir des résultats similaires.

D'ailleurs, le Cosmopolitan s'est servi de DALL-E 2 pour faire sa première de couverture


Shutterstock, un eldorado pour les images générées par IA ?

Cherchant des moyens de « monétiser » l'art généré par l'IA, certains artistes ont déjà commencé à soumettre leurs œuvres générées par l'IA à des sites Web de photographie de stock comme Shutterstock. Les recherches sur «*générée*par IA » ou «*Midjourney*» (un service de synthèse d'images populaire) produisent des milliers de résultats sur le site.

Dans certains cas, une partie de l'œuvre qui n'est pas étiquetée comme « générée par IA » semble également correspondre clairement au style artistique de Midjourney, qui semble être l'outil de synthèse d'images le plus populaire sur le site pour le moment. Pour l'heure, les conditions d'utilisation de Shutterstock n'interdisent pas la soumission d'illustrations générées par l'IA. Les contributeurs de Shutterstock reçoivent un pourcentage des frais de licence qui varie de 15 à 40 % de ce que Shutterstock tire du contenu.

Citation Envoyé par Shutterstock
En tant que contributeur Shutterstock, vous gagnerez un pourcentage du prix que Shutterstock reçoit pour la licence de votre contenu. Il existe 6 niveaux de revenus distincts pour les images et pour les vidéos, allant de 15*% à 40*%. Vous pouvez les parcourir indépendamment en fonction de votre nombre de téléchargements dans chaque catégorie. Plus les clients achètent de contenu dans votre portefeuille, plus vous progressez rapidement dans les niveaux, ce qui augmente le pourcentage que vous gagnez sur chaque licence.

Tableau des revenus pour les photos, les illustrations et les images vectorielles

Un didacticiel vidéo récent d'une photographe de portrait canadienne nommée Vanessa sur YouTube explique son processus pour essayer de trouver quels sites Web de stock ont ​​autorisé les illustrations d'IA créées par Midjourney, à s'installer sur Shutterstock. Elle décrit la nécessité de mettre à l'échelle ses illustrations générées par IA avant de les soumettre, car la plupart des sorties de synthèse d'images à l'heure actuelle ne sont pas suffisamment haute résolution pour répondre aux normes de Shutterstock.


Cela survient dans le contexte d'un débat féroce en ligne sur l'éthique des œuvres d'art assistées par IA au cours des derniers mois. Certaines communautés d'artistes prennent des mesures contre les soumissions qui ont inondé leurs sites en raison de la facilité avec laquelle elles peuvent être générées en quantité presque illimitée. Pendant ce temps, les artistes qui adoptent les nouveaux outils d'IA continuent de pousser leur art dans des directions nouvelles et intéressantes (regardez cet exemple), et la technologie continue d'avancer sans entrave.

Ce n'est un secret pour personne que des modèles de synthèse d'images comme Stable Diffusion ont été formés, en partie, à l'aide de sites Web de photographies de stock. Avec l'apparition de l'art de l'IA sur des sites comme Shutterstock, si les futurs modèles d'images d'IA formés sur des images récupérées sur Internet apprennent de leur propre production, l'avenir de l'art pourrait en effet être très récursif.

Mais alors, que signifie le fait de pouvoir générer n'importe quel type de contenu visuel, image ou vidéo, avec quelques lignes de texte et un clic sur un bouton ? Qu'en sera-t-il lorsque vous pourrez générer un scénario de film avec GPT-3 et une animation de film avec DALL-E 2 ? Et si l'on regarde plus loin, que se passera-t-il lorsque les algorithmes des médias sociaux ne se contenteront pas de sélectionner du contenu pour votre flux, mais le généreront ? Qu'en sera-t-il lorsque, dans quelques années, cette tendance rencontrera le métavers et que des mondes de réalité virtuelle seront générés en temps réel, rien que pour vous ?

Ce sont toutes des questions importantes à considérer. Certains pensent qu'à court terme, cela signifie que la créativité humaine et l'art sont profondément menacés. Peut-être que dans un monde où tout le monde peut générer n'importe quelle image, les graphistes tels que nous les connaissons aujourd'hui seront superflus. Cependant, l'histoire montre que la créativité humaine trouve un chemin. Le synthétiseur électronique n'a pas tué la musique, et la photographie n'a pas tué la peinture. Au contraire, ils ont catalysé de nouvelles formes d'art.

L'utilisation de l'IA sonne-t-elle le glas pour annoncer le début de la fin des artistes ?

Andy Baio, de Waxy.org, qui suit de près l'éthique de l'IA, a déclaré : « L'impact des technologies de l'IA sera multidimensionnel : nous ne pouvons pas le réduire à un seul axe, bon ou mauvais. De nouvelles formes d'art apparaîtront, tout comme de nouvelles voies d'expression créative. Toutefois, je pense qu'il existe également des risques. Midjourney, DALL-E et d'autres outils de conversion texte-image ne sont qu'une des façons dont l'IA s'est immiscée dans le processus de création. Il suffit de penser à la brève, mais controversée, existence du rappeur AI FN Meka ou à l'apparition d'une société de deepfake dans "America's Got Talent". L'IA est-elle une nouvelle technologie qui va créer le prochain grand mouvement artistique ? Ou annonce-t-elle la destruction de l'artiste ? Il s'avère que la réponse n'est pas si simple ».

« Il est important d'être attentif aux implications de l'automatisation et à ce que cela signifie pour les humains qui pourraient être "remplacés". Mais cela ne nécessite pas nécessairement d'avoir peur de devenir obsolète. Au contraire, la question que nous devrions nous poser est de savoir ce que nous voulons des machines et comment nous pouvons les utiliser au mieux au profit des humains », explique Cansu Canca, professeur associé de recherche à Northeastern, et fondateur et directeur du AI Ethics Lab.

Les préoccupations concernant l'incursion de l'IA dans l'art vont au-delà des accusations de plagiat numérique. Derek Curry, professeur associé d'art et de design à Northeastern, n'est pas convaincu que l'art de l'IA remplacera un jour le travail créatif des humains. Par sa nature même, la technologie a ses limites. « Elle ne peut rien produire qui n'ait déjà fait l'objet d'un entraînement, il lui est donc impossible de créer des choses légitimement nouvelles », explique Curry.

C'est loin d'être la première fois que les nouvelles technologies suscitent la controverse dans la communauté artistique. « Une grande partie du battage médiatique est très similaire à ce qui s'est passé à la fin du 19e siècle avec la photographie », explique Curry, qui a une formation de photographe. Comme pour la photographie, Curry estime que les humains jouent un rôle beaucoup plus important dans la création d'œuvres d'art générées par l'IA que la plupart des gens ne le pensent.

Le cycle de la peur et de l'acceptation s'est produit avec chaque nouvelle technologie depuis l'aube de l'ère industrielle, et il y a toujours des victimes qui viennent avec le changement. « Il existe des moyens réels par lesquels une activité qui était réalisée d'une certaine manière par un humain peut maintenant être réalisée d'une manière différente, nécessitant moins d'humains pour faire ce travail qu'auparavant », explique Deirdre Loughridge, professeur associé de musique à Northeastern. Si l'art généré et assisté par l'IA devient plus communément accepté, les artistes devront repenser radicalement la façon dont ils travaillent, passent leur temps et structurent leur processus créatif, explique Loughridge.

Mais elle affirme également qu'il existe un manque général de connaissances technologiques en matière d'IA, ce qui conduit à des perceptions erronées de ce qu'elle peut apporter aux artistes. Dans le domaine de la musique, l'intelligence artificielle a été utilisée pour le transfert de timbre ou de tonalité, permettant aux chanteurs d'utiliser leur voix comme synthétiseur en chantant dans un logiciel qui transforme la tonalité en le son d'un instrument différent.

Comme tout autre élément technologique, l'utilisation de l'IA change lorsqu'elle se retrouve entre les mains des artistes, et non l'inverse. Loughridge compare l'IA à Auto-Tune, un processeur de correction de la hauteur du son qui était autrefois controversé mais qui est devenu un standard de l'industrie musicale.

Pour Jennifer Gradecki, professeur associé d'art et de design à Northeastern, l'IA a également un potentiel en tant qu'aide à la création, en partie à cause de ce qu'elle ne peut pas faire. Selon Jennifer Gradecki, l'intelligence artificielle peut aider à trouver les réponses les plus génériques aux dilemmes artistiques, ce qui l'oriente vers des voies plus créatives. « Nous essayions de trouver un nom collectif à l'aide de l'IA et c'était amusant de voir les combinaisons qu'elle proposait, mais rien n'était bon. Rien n'était aussi créatif que ce que nous serions capables de générer », explique Gradecki.

Source : conditions d'utilisations Shutterstock

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?
Êtes-vous pour ou contre l'introduction des photos générées par IA sur les sites de photographies ? Pourquoi ?
Que pensez-vous des craintes soulevées par les artistes et les sites qui s'inquiètent de l'avenir de la profession et ont décidé de fermer la porte aux images générées par IA ?
Que pensez-vous des outils comme DALL-E 2 ou Midjourney ?

Voir aussi :

Une œuvre d'art générée par l'IA a remporté la première place à un concours de beaux-arts à une foire d'État et les artistes sont furieux
Dall-E 2 permet de générer des images à partir de quelques mots, mais le produit est-il votre ? Votre illustration numérique générée par l'IA pourrait ne pas être protégée par le droit d'auteur

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de chevket
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 19/09/2022 à 11:16
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
En réalité, je dirais depuis 40 ans, qu'est-ce que les artistes ont inventé de nouveaux en terme de style? Perso je ne vois rien, à part quelques innovations autour du numérique justement.
C'est étonnant, mais peut être qu'il faut s’intéresser au monde de l'art pour identifier des nouveaux courants ? En tant qu'artiste, il me semble avoir identifié de nombreuses évolutions dans le monde de l'art, mais bon.

Ce qui est singulièrement étonnant, sur un forum de développeur, c'est de voir comment l'IA est traitée. L'IA est identifié comme un système qui génèrerait de la donnée. Mais à la base, l'IA c'est avant tout un algorithme de traitement de grands volumes d'information avec pour vocation, toujours via un algorithme à en soustraire une certaine forme d'information. Et à la base, les algorithmes sont produits par des développeurs. Ces algorithmes sont soumis aux limites intellectuelles, aux formes de pensée, aux biais cognitifs, de ceux qui les produisent.

Vous dites que l'IA produit de l'art, non, l'IA produit ce que l'algorithme lui dit de produire.

De plus l'IA se nourrit de ce qui a déjà été produit. Au niveau artistique, nous voyons rapidement arriver la limite du système, c'est à dire que l'IA ne va produire que des formes d'art ressemblant aux formes d'art produites par les artistes choisis pour alimenter le moteur d'IA. Il n'y a pas d'IA qui soit en capacité à ce jour de produire les formes d'art que je produit moi-même.

A titre perso, j'utilise les outils informatiques pour me produire des supports qui me servent dans ma production traditionnelle (peinture à l'huile, acrylique, etc). J'ai développé mes propres outils au départ pour finir par trouver un programme qui répondait grosso modo à mes besoins. A ce jour, quelque soit le niveau de ce qu'est capable de produire l'IA, je n'ai rien vu qui s'approchait de ma manière de travailler. La seule solution serait d'alimenter un moteur d'IA par ma propre production pour arriver à en sortir quelque chose, mais quelque chose me dit qu'entre la quantité de ma production et la complexité de gérer un algorithme d'IA, ce n'est pas gagné, même si j'ai commencé à travailler sur le sujet....
4  0 
Avatar de onilink_
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 21/09/2022 à 10:01
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Dans le cas que tu me cites à la fin, celui qui est à l'origine de l'œuvre, c'est l'artiste, et l'IA ne fait qu'améliorer la vision de l'artiste.
Et dans le cas ou une personne passe plusieurs jours voir semaines à améliorer une "prompt" pour que l'image générée corresponde à sa vision des choses?
Qu'en penses tu?
Je pense notamment à https://intelligence-artificielle.de...-sont-furieux/

Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Donc je n'en démords pas quant au fait qu'une œuvre, générée de A à Z par une IA, est la propriété soit de l'IA, soit du créateur de l'IA.
Dans le cas contraire, une œuvre générée par un artiste, s'appuyant sur l'IA pour la réaliser, est la propriété de l'artiste.

Et donc en finalité, il ne devrait pas être légal, de vendre une œuvre générée par une IA de A à Z, comme ton exemple avec MidJourney, sans l'accord des créateurs de MidJourney.
Donc si je prend le modèle de Stable Diffusion (qui est open source), et que je le modifie et que je l’entraîne moi même sur des images qui ne m'appartiennent pas, tout ce qui sera généré par cette IA m'appartiendra?

N'est ce pas immoral envers les artistes dont j'ai utilisé les créations pour entraîner mon IA?

Note que donner les droits d'auteur à une IA n'est juridiquement pas valable vu qu'il ne s'agit pas d'une personne. Cela a déjà été discuté/tranché.
Je crois que pour l'instant, le droit considère tout ce qui est généré par l'IA comme dans le domaine publique.
Un article au pif en haut de recherche: https://www.village-justice.com/arti...lle,35738.html

Du coup vendre des créations faites par IA serait possible, mais il n'y aurait aucune protection si quelqu'un redistribue gratuitement la même chose.

Moi ce qui me gène avec cette histoire, c'est que des IA comme MidJourney ou SD peuvent avoir tendance à "plagier" les images d'entrée.
J'ai vu plusieurs artistes se plaindre que certaines images générées étaient presque un copier coller de leur œuvre.
Dans ce cas, aucune raison ne permettrait de mettre ces images dans le domaine public...
1  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 10:02
C'est rigolo ce concept, visiblement craiyon ne parle pas latin encore
1  0 
Avatar de joelnguela
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 10:30
Intéressant, les points de vue sont en train d'évoluer.
1  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre averti https://www.developpez.com
Le 20/09/2022 à 17:44
"elle serait incapable de générer ses outputs sans les données d'apprentissage..."

Ah bon, parce qu'un humain sans apprentissage est capable de faire la même chose ?
Tout n'est qu'apprentissage.

Ce que tu as écrits n'est pas valable, ni juridiquement, ni moralement.

Une fois de plus, il y surtout une raison étique.
Ceux qui vendent des œuvres générés par des machines, sont par définitions des escrocs, puisqu'ils n'en sont pas les créateurs.

Il ne faut pas confondre utiliser Photoshop pour assister sa création et laisser la création à une personne ou un process tiers.

Il est sûr et certain que c'est une question de temps avant que vendre l'oeuvre générée par une I.A. ne soit illégal et j'ai envie de dire, encore heureux.
0  0 
Avatar de onilink_
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/09/2022 à 19:18
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
"elle serait incapable de générer ses outputs sans les données d'apprentissage..."

Ah bon, parce qu'un humain sans apprentissage est capable de faire la même chose ?
Tout n'est qu'apprentissage.
Je parle évidemment des IA du type MidJourney et SD (ce dont l'article parle). C'est incomparable avec l’apprentissage humain. Ce qu'elles font est plus une forme d'interpolation avancée entre un très grand nombre d'entrées et de paramètres (je grossis le trait évidemment). Ce genre d'IA est incapable de produire quelque chose qu'elle n'a jamais vu, même avec la meilleure description de la chose.

Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Ce que tu as écrits n'est pas valable, ni juridiquement, ni moralement.
Alors, soit on s'est mal compris, soit on a une morale très différente.

Tu parlais de céder les droits de ce qui est généré par l'IA aux développeurs.
Mais pour rester sur l'exemple de MidJourney, les développeurs n'ont pas conçu les images qui ont été utilisées pour l’entraînement de l'IA. Ils ont pris ça sur internet en scannant le plus de galeries possible (moralement, peut on parler d'une forme de vol?).

Je ne vois pas en quoi ce serait moral de leur donner les droits sur les images générées. D’où mon analogie avec le filtre Instagram.

Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Une fois de plus, il y surtout une raison étique.
Ceux qui vendent des œuvres générés par des machines, sont par définitions des escrocs, puisqu'ils n'en sont pas les créateurs.
Comme je le disais dans mon premier message, je suis plutôt d'accord.
C'est similaire à celui qui applique un bête filtre sur une image et qui va la revendre comme s'il en était l'auteur original.

Mais bien entendu, quand on parle d'art, c'est toujours plus compliqué. Surtout juridiquement.

Si tu prends une statue en photo, tu auras les droits d'auteurs sur la photographie. Pourtant, tu viens littéralement de "voler" l'image de la statue.

Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Il ne faut pas confondre utiliser Photoshop pour assister sa création et laisser la création à une personne ou un process tiers.

Il est sûr et certain que c'est une question de temps avant que vendre l'oeuvre générée par une I.A. ne soit illégal et j'ai envie de dire, encore heureux.
Vision totalement binaire de la chose. Tout comme photoshop l'IA peut être utilisé comme assistant.
Un exemple concret:


D'ailleurs beaucoup de formes d'art se basent sur l'utilisation de ressources existantes pour créer du nouveau contenu. Comme le matte painting, le photo montage, le sampling...
0  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre averti https://www.developpez.com
Le 21/09/2022 à 2:38
Oui ... Comme un assistant.

Cela revient à ce que j'ai écrit.

Dans le cas cité, c'est l'IA qui est à l'origine et la créatrice de l'œuvre, même si c'est via un algo d'apprentissage, la finalité est que celle qui a créée l'œuvre, c'est l'IA.
Dans le cas que tu me cites à la fin, celui qui est à l'origine de l'œuvre, c'est l'artiste, et l'IA ne fait qu'améliorer la vision de l'artiste.

Donc je n'en démords pas quant au fait qu'une œuvre, générée de A à Z par une IA, est la propriété soit de l'IA, soit du créateur de l'IA.
Dans le cas contraire, une œuvre générée par un artiste, s'appuyant sur l'IA pour la réaliser, est la propriété de l'artiste.

Et donc en finalité, il ne devrait pas être légal, de vendre une œuvre générée par une IA de A à Z, comme ton exemple avec MidJourney, sans l'accord des créateurs de MidJourney.
0  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre averti https://www.developpez.com
Le 21/09/2022 à 13:42
Mais ...
Tu comprends l'inverse de ce que je dis !

Je ne sais pas si tu en fais exprès ou si tu as des soucis de compréhension, j'arrête là ça tourne en rond.
0  0 
Avatar de BufferBob
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 22/09/2022 à 12:58
Citation Envoyé par onilink_ Voir le message
Donc si (...) je l’entraîne moi même sur des images qui ne m'appartiennent pas (...) N'est ce pas immoral envers les artistes dont j'ai utilisé les créations
à peu près autant que de s'inspirer de morceaux existants pour composer une nouvelle musique j'imagine ? (on parle bien d'inspiration, pas de plagiat)
c'est parfaitement légal (et n'a rien d'immoral), il est même possible que le cerveau humain fonctionne exclusivement comme ça et que l'innovation ex nihilo n'existe tout bonnement pas.
0  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 9:54
Dans 50 ans, nos enfants et arrières-petits enfants rigoleront bien devant tous ces débats autour de l'IA.
0  0