IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'IA ne remplacera pas tous les emplois de sitôt. Des chercheurs notent que les modèles d'IA sont encore coûteux à exécuter
Et produisent souvent des erreurs

Le , par Stéphane le calme

5PARTAGES

10  0 
Si des études prédisent une catastrophe au niveau de l'emploi, à l'instar de celle de Goldman Sachs qui estime que l'IA pourrait remplacer l'équivalent de 25 % de l'ensemble du marché de travail (soit 300 millions d'emplois), cet avis ne fait pas l'unanimité. Certains donnent des raisons pour lesquelles, selon eux, cela n'arrivera pas de sitôt.

Les systèmes d'intelligence artificielle générative pourraient entraîner des « perturbations importantes » sur le marché du travail et affecter environ 300 millions d'emplois à temps plein dans le monde, selon une étude de Goldman Sachs.

L'IA générative, un type d'intelligence artificielle capable de générer du texte ou d'autres contenus en réponse aux invites de l'utilisateur, a explosé en popularité ces derniers mois après le lancement public de ChatGPT d'OpenAI. Le chatbot est rapidement devenu viral auprès des utilisateurs et a semblé inciter plusieurs autres entreprises technologiques à lancer leurs propres systèmes d'IA.

Goldman Sachs n'est pas la seule entité à s'inquiéter de l'avenir de l'emploi. En effet, Elon Musk, le fondateur de Tesla et de Space X, s’est également inquiété des menaces sur le marché du travail en affirmant en juillet 2017 « Que faire au sujet du chômage de masse ? Ce sera un défi social massif. Il y aura de moins en moins d’emplois que les humains sauront mieux faire qu’un robot ».

D'ailleurs, dans une lettre ouverte, Elon Musk et un groupe d'experts en intelligence artificielle et de dirigeants de l'industrie ont demandé une pause de six mois dans le développement de systèmes plus puissants que le GPT-4 récemment lancé par OpenAI, en invoquant les risques potentiels pour la société et l'humanité. « Des systèmes d'IA puissants ne devraient être développés qu'une fois que nous sommes certains que leurs effets seront positifs et que leurs risques seront gérables », peut-on lire dans la lettre.

Eliezer Yudkowsky, théoricien de la décision et chercheur à la Machine Intelligence Research Institute, va plus loin en disant « qu'il ne suffit pas de suspendre le développement de l'IA. Nous devons tout arrêter ». « Ce moratoire de six mois serait préférable à l'absence de moratoire », a-t-il reconnu dans une tribune publiée dans Time Magazine. « Je me suis abstenu de signer parce que je pense que la lettre sous-estime la gravité de la situation et demande trop peu pour la résoudre ».

Comme vous, l'IA ne « travaillera » pas gratuitement

La formation d'un LLM puissant à partir de zéro peut présenter des opportunités uniques, mais elle n'est viable que pour les grandes organisations bien financées. La mise en œuvre d'un service qui exploite un modèle existant est beaucoup plus abordable (ChatGPT-3.5 Turbo d'Open AI, par exemple, tarife l'accès à l'API à environ 0,002 USD pour 750 mots anglais). Mais les coûts s'additionnent quand un service basé sur l'IA devient populaire. Dans les deux cas, le déploiement de l'IA pour une utilisation illimitée n'est pas pratique, obligeant les développeurs à faire des choix difficiles.

« En général, les startups qui construisent [un produit] avec l'IA doivent être très prudentes avec les dépendances sur des API de fournisseur spécifiques. Il est également possible de construire des architectures telles que vous n'allumez pas les GPU, mais cela demande une certaine expérience », déclare Hilary Mason, PDG et cofondatrice de Hidden Door, une startup qui construit une plateforme d'IA pour la narration et les jeux narratifs.

La plupart des services basés sur l'IA générative incluent un plafond ferme sur le volume de contenu qu'ils généreront par mois. Ces frais peuvent s'accumuler pour les entreprises et ralentir les personnes qui cherchent à automatiser les tâches. Même OpenAI, malgré ses ressources, limite les utilisateurs payants de ChatGPT, en fonction de la charge actuelle : au moment d'écrire ces lignes, le plafond est actuellement de 25 requêtes GPT-4 toutes les trois heures. C'est un gros problème pour quiconque cherche à s'appuyer sur ChatGPT pour le travail.

Les développeurs d'outils alimentés par l'IA sont également confrontés à un défi aussi vieux que les ordinateurs eux-mêmes : concevoir une bonne interface utilisateur. Un LLM puissant capable de nombreuses tâches devrait être un outil sans précédent, mais la capacité d'un outil à accomplir une tâche n'est pas pertinente si la personne qui l'utilise ne sait pas par où commencer. Matthew Kirk, responsable de l'IA chez Augment.co, souligne que bien que ChatGPT soit accessible, l'ouverture de l'interaction avec une IA via le chat peut s'avérer écrasante lorsque les utilisateurs doivent se concentrer sur une tâche spécifique.

« J'ai appris par expérience que laisser des outils complètement ouverts a tendance à dérouter les utilisateurs plus qu'à les aider », déclare Kirk. « Pensez-y comme un hall de portes qui est infini. La plupart des humains resteraient là perplexes quant à ce qu'il faut faire. Nous avons beaucoup de travail à faire pour déterminer les portes optimales à présenter aux utilisateurs.


Se former à l'IA pourrait devenir un métier en soi

Un problème particulier a déjà suscité la controverse et menace les efforts visant à créer des outils d'IA pour un travail sensible et important : les hallucinations. Les LLM ont une incroyable capacité à générer un texte unique, à faire des blagues et à tisser des récits sur des personnages imaginaires. Cependant, cet avantage est un obstacle lorsque la précision et l'exactitude sont essentielles à la mission, car les LLM présentent souvent des sources inexistantes ou des déclarations incorrectes comme des faits.

« Des fonctions spécifiques dans les entreprises de certains secteurs fortement réglementés (banque, assurance, santé) auront du mal à concilier la confidentialité très stricte des données et d'autres exigences réglementaires qui empêchent la discrimination », déclare Douglas Kim, membre du MIT Connection Science Institute. « Dans ces secteurs réglementés, vous ne pouvez pas laisser l'IA faire le genre d'erreurs passables lors de la rédaction d'un document scolaire ».

Les entreprises peuvent répondre à ce défi en courtisant les employés qui ont une expertise dans l'utilisation des outils d'IA.

Le battage médiatique actuel autour de l'IA a déjà donné naissance à de nouveaux rôles, y compris les ingénieurs de requêtes (prompt engineers). Le Prompt Engineer est un professionnel de l’écriture de prompt pour les IA génératives comme ChatGPT ou MidJourney.

L'ingénierie de requête est donc le processus de conception et de création de requêtes pour les modèles IA. Le but peut être de créer des données d’entraînement de haute qualité, ou tout simplement d’obtenir le résultat souhaité auprès d’une IA générative. Un ingénieur de requête est un expert spécialisé dans la communication avec les systèmes d’intelligence artificielle et plus particulièrement les chatbots IA basés sur les larges modèles de langage, comme ChatGPT et Google Bard. Contrairement aux ingénieurs informatiques traditionnels utilisant le code, ces ingénieurs écrivent en langage naturel. À l’origine, leur rôle est notamment de tester les IA pour développer et améliorer les modèles d’interaction humain-machine.

Ces ingénieurs aident à s’assurer que les chatbots sont rigoureusement testés, que leurs réponses soient reproductibles, et que les protocoles de sécurité sont respectés. Avec l’essor de ChatGPT et des autres IA génératives, ce métier connaît un véritable essor : ces professionnels luttent contre les biais, les dérapages et les erreurs commises par ces outils.

Anthropic, une société de sécurité et de recherche sur l'IA créée par d'anciens membres d'OpenAI, a récemment fait la une des journaux avec une offre d'emploi à la recherche d'un ingénieur responsable de la construction « d'une bibliothèque d'invites ou de chaînes d'invites de haute qualité pour accomplir diverses tâches », entre autres. Le salaire ? 175 000 $ à 335 000 $.

Cependant, Lucas A. Wilson, responsable de l'infrastructure de recherche mondiale chez Optiver, voit une friction entre l'expertise requise pour utiliser efficacement les outils d'IA et l'efficacité que l'IA promet d'offrir. « Comment l'embauche de personnes pour le tout nouveau travail consistant à nourrir les LLM libère-t-elle quelqu'un d'autre qui travaillait déjà pour se concentrer sur des tâches plus complexes ou abstraites ? » se demande Wilson. « Je ne vois pas facilement de réponse claire ».


Les modèles sont encore chers à faire fonctionner

Transformer un chatbot en une activité viable va être un défi : Google dispose depuis sept ans d'une interface de recherche de chat, Google Assistant, et la plus grande société de publicité au monde n'a pas encore été en mesure de la monétiser. Un rapport a souligné un autre problème financier lié à la génération d'une session de chat pour chaque recherche : cela coûtera beaucoup plus cher à exécuter par rapport à un moteur de recherche traditionnel.

Après avoir parlé au président d'Alphabet, John Hennessy (Alphabet est la société mère de Google) et à plusieurs analystes, Reuters écrit « qu'un échange avec l'IA connue comme un grand modèle de langage coûte probablement 10 fois plus qu'une recherche par mot-clef standard » et qu'il pourrait représenter « plusieurs milliards de dollars de surcoûts ».

Ce qui rend cette forme d'IA plus coûteuse que la recherche conventionnelle, c'est la puissance de calcul impliquée. Une telle IA dépend de milliards de dollars de puces, un coût qui doit être étalé sur leur durée de vie utile de plusieurs années, ont déclaré les analystes. L'électricité ajoute également des coûts et de la pression aux entreprises ayant des objectifs d'empreinte carbone. Le processus de traitement des requêtes de recherche alimentées par l'IA est connu sous le nom « d'inférence », dans lequel un « réseau de neurones » vaguement modélisé sur la biologie du cerveau humain déduit la réponse à une question d'une formation antérieure.

Hennessy a déclaré à Reuters : « Ce sont les coûts d'inférence que vous devez réduire », appelant cela « un problème de quelques années au pire ».

Le nombre exact de milliards sur les 60 milliards de dollars de revenu net annuel de Google qui seront aspirés par un chatbot fait l'objet d'un débat. Une estimation du rapport de Reuters provient de Morgan Stanley, qui table sur une augmentation annuelle des coûts de 6 milliards de dollars pour Google si une « IA de type ChatGPT devait traiter la moitié des requêtes qu'elle reçoit avec des réponses de 50 mots ».

Sources : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Partagez-vous le point de vue des entités comme Goldman Sachs qui pensent que le marché de l'emploi connaîtra un bouleversement sans précédent en termes de pertes d'emploi ?
Partagez-vous le point de vue des entités qui parlent d'une transformation de l'emploi ?
Que pensez-vous de l'initiative d'Elon Musk et autres pour limiter le développement de GPT en attendant qu'une étude sur l'impact sociétal soit menée ?
Que pensez-vous des entités qui estiment qu'à cause d'un certain nombre de paramètres (coûts, réponses parfois erronées, etc.), l'IA ne va pas créer le bouleversement cataclysmique prédit en termes de pertes d'emploi ?
Comment voyez-vous l'intelligence artificielle dans 5 à 10 ans ? Comme un outil ou comme un danger pour votre poste de développeur ?

Voir aussi :

L'IA va-t-elle éliminer des emplois, en particulier pour les développeurs ? Non, selon une enquête qui estime que l'intelligence artificielle pourrait créer plus d'emplois qu'elle n'en supprime
« L'IA ne va pas prendre votre emploi, ce sont plutôt les personnes capables de s'en servir pour être plus productives qui le feront », d'après Roberto Saracco, membre senior de l'IEEE

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 06/09/2023 à 8:33
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Il y a peu d'ai entendu une de ces élite dire, que l'élite était l'élite parce que ce que nous trouvons inexplicable est une évidence pour eux. Que nous sommes aveugles et qu'ils sont clairvoyants. La réalité est que le monde virtuel (finance) sur lequel ils sont clairvoyant repose sur un monde physique duquels ils semblent être devenu aveugle, tant que la corrélation marche ils restent une élite mais le jour où elle se déchirera les plus déconnectés d'entre eux risquent de chuter de haut et finir fou.
l'élite est l'élite grâce à l'héritage de papa.

si tu nait dans une bonne famille, tu vas pouvoir bénéficier d'une bonne école privé, d'une bonne université privée ou papa te fera profiter de son réseau pour une fois terminer tes études être à un bon poste chez ton pote fils du pdg de total (ou autre boite du cac40)

une fois mort, papa te cèdera ces 5 apparts à paris et ces épargnes bien investie car comme il a fait de bonnes écoles il a appris a avoir une bonne gestion financière (chose que l'école publique n'apprends pas, meme le livret A le truc basique de chez basique n'y est pas enseigné)
5 appart ou plus, en France 3.5% de la population détient 50% du parc locatif.

partir de rien et devenir millionnaire ca a du arriver a 2-3 personnes mais au global ca reste un bon gros mythe pour faire rêver les gueux.

exemple tout con d'un manque d'éducation des gueux: en ce moment beaucoup croit que quand inflation ralentie = les prix baissent, ca aide bien Bruno Lemaire et le reste de l'élite que les Français soit au global des ignorants débile.
Plus t'es stupide plus tu es soumis a l'élite, tu leurs fait confiance car toi tu sais pas faire. Et tu te poses pas les bonnes questions aussi, ca aide bien à la stabilité politique.

L'élite sait prendre soin de l'élite, on te donnera toujours des postes bien payé bidons, Agnes Buzins est conseillère maître à la Cour des comptes, jean castex Président-directeur général de la Régie autonome des transports parisiens, pap ndiaye nommé ambassadeur auprès du Conseil de l'Europe...
suffit de regarder, tous on des noms de postes à rallonge bien bidons
6  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 19/09/2023 à 12:03
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Que pensez-vous des déclarations de Mustafa Suleyman ?
C'est l'andouille qui raconte tout et n'importe quoi sur les IA pour vendre les services de sa propre boîte, comme par exemple que "L'IA privera les élites de leur pouvoir".

Ses propos n'ont aucun intérêt. Ils sont adressés à ses actionnaires, même si je ne doute pas du fait que l'on va encore nous gaver de propos sur "L'IA".
6  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 15:58
Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
L'IA va faire très mal à la caste des employés de bureau. Idem chez les devs, tous ne survivront pas même s'ils ne vont pas disparaître, loin de là. Par contre, les boulangers, carreleurs, maçons,plombiers n'ont a priori pas trop de souci à se faire.
Au que si ils ont a craindre car:
qui va acheter son pain et pâtisserie en boulangerie ?
Qui a les moyens de se payer les services d'un carreleur/macon/plombier ?
Qui va acheter les voitures électrique à plus de 30000€ ?

réponse: les csp+ qui font des métiers de bureaux pas les smicards.

les smicards achetent des vielles voiture d'occasion, font eux meme leurs travaux car pas les moyens de se payer un professionnel et achete leurs pains et gâteaux à lidl/autre grande surface discount et vivent dans des logements sociaux car ne peuvent pas se payer eux même un loyer sur le marché privé.

L'europe est le 1er pole de commerce dans le monde, bien loin devant les usa/chine/inde.
C'est grâce aux "gros" salaires qu'on peut se payer les produits chinois/indiens et des produits/prestations national (plombiers, boulanger...), si plus de gros salaire c'est le marché mondial qui va s'effondrer et le plombier va avoir bien moins client donc chute de son chiffre d'affaire et la fin va s'appauvrir comme tous le monde.

d'ailleurs si demain je suis au chômage j'aurais le temps de poser moi même mon carrelage et de fabriquer mon propre pain.
mais si je suis au chômage, de toute façon je vais pas dépenser de l'argent dans ces futilités, je vais bloquer mon épargne et dépenser le moins possible et donc créer une récession qui va rien arranger.
6  0 
Avatar de Nym4x
Membre averti https://www.developpez.com
Le 11/05/2023 à 7:45
ils sont rigolos ces pdgs… Ils créent des problèmes à l’échelle mondiale en nuisant à des millions de gens puis ils demandent aux gouvernements de trouver des solutions et de réparer les dégâts.
6  1 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/09/2023 à 7:53
Nous sommes confrontés à un changement radical de ce qu'il est possible de faire pour les individus, et ce à un rythme jusqu'ici impensable. L'IA devient plus puissante et radicalement moins chère chaque mois
Mais je travaille pour un industriel qui produit des pièces, les machines coutent de millions d'euros. Seule une élite est capable de se lancer dans ce marché. Jean Marc l'usineur sénior a beau avoir toute la conaissance pratique et avoir l'IA la plus développée du monde, il ne peut pas s'acheter un poste d'usinage moderne, il n'est pas capable de concevoir un produit innovant de façon rentable, et s'il en était capable la multinationale aura fait aussi bien, plus vite et moins cher que lui.

Je pense que ce monsieur ne se rend pas compte que la voiture qu'il conduit, les carottes qu'il mange, ou le café qu'il boit n'ont rien de conceptuels, ils sont bel et bien physique et l'IA a un impact limité la dessus. L'IA ne rendra pas les moyens de productions accessible à tous. Donc l'élite est encore bien confortable sur son piedestal.
A quel point faut il être déconnecté du monde pour ne pas intégrer, au moins un tout petit peu, de matérialisme la dessus.
Il y a peu d'ai entendu une de ces élite dire, que l'élite était l'élite parce que ce que nous trouvons inexplicable est une évidence pour eux. Que nous sommes aveugles et qu'ils sont clairvoyants. La réalité est que le monde virtuel (finance) sur lequel ils sont clairvoyant repose sur un monde physique duquels ils semblent être devenu aveugle, tant que la corrélation marche ils restent une élite mais le jour où elle se déchirera les plus déconnectés d'entre eux risquent de chuter de haut et finir fou.
5  0 
Avatar de onilink_
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/08/2023 à 11:43
C'est une vision très naïve de la chose je trouve @totozor.

Il ne faut pas oublier que l'IA est aussi un outil de domination.

A terme elle permettra aux puissants (j'inclus la dedans les états, multinationales, milliardaires) d'avoir encore plus de contrôle:
- sur la population (reconnaissance faciale, propagande, filtrage d'internet, tracking etc)
- géopolitique (l'analyse des données et la data a grande echelle c'est le nerf de la guerre)
- guerre (cf drones autonomes etc) et cyber guerre (découverte de failles automatisées)
Puis dans l'absolu tout simplement de se passer d'avoir besoin de nous avec de la main d’œuvre capable de travailler 24h/24 sans aucune revendication et compensation. Ce qui permettra encore plus aux multinationales d'avoir du pouvoir sur les états et de façonner le monde selon leurs règles et leur vision.

Même actuellement, avec un état de l'art qui est ridicule comparé à ce que l'on verra dans quelque décennies on voit déjà la tendance.

Les seuls personnes qui se réjouissent de l'IA sont les mecs qui découvrent à peine les possibilités (y a un effet wow) et ne voient que les bénéfices que ça leur apporte directement (ex: ça me fait gagner du temps dans mon pissage de javascript, ou pour taper un mail chiant) sans aucune vision plus large et sur le long terme (à commencer généralement par: 'ça va remplacer mon taf').

Même ceux qui bossent dans le secteur savent très bien qu'on a ouvert la boite de pandore, mais on ne peut que continuer de progresser car c'est une guerre technologique. Si tu n'as pas une force de frappe équivalente à celle de tes ennemis/concurrents tu es finis.
4  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/02/2024 à 8:05
Citation Envoyé par petitours Voir le message
oui apprécier ne rien faire est un beau fantasme sauf que au delà de ça il y a le sens même de la vie qui est sur la balance.
J'observe une transformation intéressante chez mes parents, plus si jeunes retraités.
Les deux étaient très fiers de leur travail et de ce qu'ils "apportaient au monde" (plus ou moins grand suivant le cas).
Ils ne travaillent plus et ils sont encore plus fiers de leur vie, leurs loisirs apportent encore plus au monde d'après eux.
Ils ne travaillent plus mais leur vie a encore plus de sens pour eux (parce qu'ils choisissent ce qu'ils apportent).

Si demain je n'ai plus besoin d'être salarié pour vivre je ne m'arrêterais pas pour autant de travailler, mais je choisirais mes travaux (parce que je me disperserais surement plus qu'aujourd'hui).
Et je pense que ma vie aurait encore plus de sens pour moi.

Et je peux te présenter un paquets de caissiers, de femmes de ménage, d'opérateurs, de transporteurs dont le sens de la vie aujourd'hui est de se buter au travail pour espérer donner une vie digne à leurs enfants.
Je met ma main à couper que ces personnes auraient le sentiment que leur vie a 1000 fois plus de sens s'ils avaient les moyens de choisir leur travail. Et certains feraient le même travail, pas de la même façon, pas pour les mêmes personnes.
4  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 14:51
les clients qui paient les journaux, veulent des articles de qualités (sans faute, écrit de manière clair et concis sans blabla a rallonge et neutre politiquement), ca l'ia pourra le fournir.

par contre ceux qui paient veulent aussi une info vrai, le métier de journaliste doit évoluer sur cette voie, la rédaction d'article n'a pas vraiment de valeur, la vérification des faits par contre me semble importante !

Je vois pas l’intérêt de lire des articles qui raconte n'importe quoi, un site me ferait le coup, après 2-3 fois de fakenews je ne vais plus sur ce site. Cela fait longtemps que j'ai déserté tf1/bfm/cnews/lci pour cette raison.

A l'aube des élections, je liste tous les journaux qui font des articles sur "les danger de l’extrême droite" sans parler des autres partis politique, arte par exemple c'est terminé pour moi, c'est devenu une chaine de propagande de gauche et pro europe et plus du tous informative. J'évite les journaux orienté extrême droite du style Valeurs actuelle, c'est pas pour tomber dans le travers inverse. Ceux qui font que des articles pour dire que l'UE c'est bien c'est parfait, ne valent pas mieux que ceux qui écrivent H24 que l’Europe faut la quitter.
Chacun prêche sa paroisse en mentant sur les chiffres ou bien en oublient de donner ceux qu vont pas dans leurs sens.

vérifier des données/chiffres, vérifier l’authenticité d'une photo, en cas d'erreur découverte après publication mettre à jours l'article et prévenir les lecteurs.

Le mieux c'est les articles sur les sondages, je suis sur que je peux obtenir un sondage pour dire que 51% des français voudrait voudrait exterminer tous les vieux et handicapés pour réduire la dette. suffit de tourner bien comme il faut les questions, voir de poser des questions qui n'ont rien à voir et de bien choisir les répondants et d'en choisir peu (10 personnes par exemple).
Ca me fait un gros titre putaclic pour la journée, la méthode du sondage osef. en réalité c'est un sondage poser sur le forum 18-25 dans le topic troll et 200 personnes y ont répondu à la question: "doit on tout faire ce qui est possible de faire pour réduire la dette sans impacter les jeunes en bonne santé ?"

En ce moment, je recommande le journal Elucid, pour l'instant je ne suis pas déçu par le sérieux de leurs travail de qualité, que jamais une IA ne pourra faire !
la section économie est irréprochable, un exemple
4  0 
Avatar de RenarddeFeu
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 15:43
L'IA va faire très mal à la caste des employés de bureau. Idem chez les devs, tous ne survivront pas même s'ils ne vont pas disparaître, loin de là. Par contre, les boulangers, carreleurs, maçons,plombiers n'ont a priori pas trop de souci à se faire.
4  0 
Avatar de Glutinus
Inactif https://www.developpez.com
Le 19/04/2023 à 14:40
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
le truc c'est qu'il faut compter le prix des requêtes mais aussi le salaire du type qui va demander à l'ia de faire des taches.
Car mine de rien taper la conversation avec chatgpt sa prend beaucoup de temps... plus de temps que de coder pour un dev expérimenter.
Nan mais ce qui me fait trop golri, c'est tous les influenceurs LinkedIn qui sont tous (et je ne rigole pas en disant tous) devenus des experts ChatGPT. Genre ils ont passé deux semaines dessus et ils savent exactement comment se positionner en terme de prompt pour obtenir les résultats les plus pertinents...
3  0