IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'automatisation par l'IA peut-elle rendre le travail plus satisfaisant et moins pénible ? 60 % des travailleurs répondent par l'affirmative
D'après une enquête menée par UiPath

Le , par Nancy Rey

8PARTAGES

4  0 
Une enquête menée par UiPath, un éditeur de logiciels d'automatisation, révèle qu'une majorité de travailleurs, environ 60 %, pensent que les solutions d'automatisation basées sur l'IA peuvent efficacement lutter contre l'épuisement professionnel et améliorer considérablement la satisfaction au travail. Ces résultats soulignent l'optimisme des employés quant à l'importance d'intégrer l'automatisation des entreprises pour promouvoir leur bien-être général et rationaliser les processus opérationnels au sein de leurs organisations respectives.


Alors que les exigences du travail deviennent de plus en plus lourdes, une proportion significative, près de 28 %, des individus se retrouvent à assumer des responsabilités supplémentaires en raison de l'impact des licenciements et du gel des embauches. Cette charge de travail sans cesse croissante a entraîné une augmentation de la confiance dans les outils d'IA, qui offrent une solution prometteuse pour alléger la pression et réintroduire l'équilibre. Par conséquent, un groupe distinct de professionnels a émergé, appelé à juste titre la "génération de l'automatisation". Indépendamment de l'âge ou de la démographie, ces individus avant-gardistes adoptent activement les technologies de l'automatisation et de l'IA comme moyen de promouvoir la collaboration, de stimuler la créativité et d'améliorer la productivité globale dans leurs efforts de travail.

Selon les résultats de l'enquête, 31 % des participants utilisent actuellement des solutions d'automatisation sur leur lieu de travail. Ce sous-groupe spécifique de la génération de l'automatisation se montre confiant dans le fait de disposer des ressources et du soutien nécessaires à l'accomplissement efficace des tâches et à la réalisation d'autres responsabilités. Un pourcentage impressionnant de 87 % de ces personnes se sentent suffisamment équipées pour exploiter la puissance des outils d'automatisation. En outre, une majorité significative, soit 83 % des personnes interrogées, est convaincue que l'intégration de solutions d'automatisation permet de résoudre efficacement les problèmes d'épuisement professionnel et d'améliorer la satisfaction globale au travail.

McInnis-Day, Chief People Officer d'UiPath, souligne l'impact positif de la technologie d'automatisation alimentée par l'IA sur les travailleurs. Il souligne également que plus de la moitié des répondants à l'enquête partagent la conviction que l'automatisation peut remédier à l'épuisement professionnel et contribuer à l'amélioration de l'épanouissement au travail. En réduisant le temps consacré aux tâches répétitives, l'automatisation permet aux employés de se concentrer sur des tâches plus essentielles et plus gratifiantes.

L'enquête mondiale en mars 2023 a recueilli les réponses de 6 460 cadres. Les données sont pondérées en fonction du PIB de chaque pays afin de garantir une représentation précise. Les États-Unis, l'Allemagne, le Japon, l'Inde, la France, le Royaume-Uni, Singapour et l'Australie sont respectivement représentés à 55 %, 9 %, 10 %, 8 %, 6 %, 7 %, 2 % et 4 %.

Les résultats de l'enquête mettent en évidence une tendance mondiale selon laquelle les travailleurs adoptent activement les outils d'IA et l'automatisation pour simplifier les tâches routinières. Les participants expriment clairement leur volonté de tirer parti de l'automatisation dans divers domaines, notamment la saisie/création de données, l'analyse de données, la génération de rapports et la résolution de problèmes informatiques/techniques.

Les participants ont mis en évidence les principaux facteurs contribuant à l'épuisement professionnel, tels que les longues heures de travail, le sentiment d'être soumis à la pression des dirigeants et des gestionnaires, et les tâches tactiques qui prennent beaucoup de temps. L'automatisation par l'IA offre une solution prometteuse en localisant et en analysant efficacement les données tout en rationalisant les tâches répétitives et chronophages. Cela permet non seulement d'atténuer l'épuisement professionnel, mais aussi d'améliorer la satisfaction au travail.

L'enquête révèle également des différences générationnelles dans l'adoption de l'automatisation. Les jeunes employés, y compris les milléniaux (génération Y), la génération Z et les post-boomers, croient davantage au potentiel de l'automatisation pour améliorer leurs performances professionnelles. Notamment, une part importante (31 %) des travailleurs interrogés déclarent déjà utiliser des solutions d'automatisation. Parmi eux, les Millennials représentent 39 % et la Génération Z 42 % de ce groupe.

En conclusion, compte tenu du climat économique actuel et de la nécessité d'accroître l'efficacité, la demande d'automatisation et d'outils alimentés par l'IA devrait croître considérablement. Pour relever ces défis et répondre aux préférences des employés en matière d'amélioration de la productivité et d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, les chefs d'entreprise sont encouragés à fournir à leur personnel des solutions d'automatisation alimentées par l'IA. Cet investissement stratégique peut contribuer à l'amélioration des performances professionnelles, aux opportunités d'avancement de carrière et à un environnement de travail plus épanouissant.

Source : UiPath

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Êtes-vous d'avis que les robots pourraient supprimer autant d'emplois dans les prochaines années ? L'IA et la robotique permettront-elles de créer assez d'emplois pour compenser ceux qui pourraient disparaître ?
Que pensez-vous des impacts probables que l'IA pourrait avoir sur les emplois en Europe ?
Selon vous, pourquoi les économies avancées pourraient-elles être plus touchées que les marchés émergents ?

Voir aussi :

L'IA pourrait radicalement changer la société en créant des richesses à travers l'automatisation des métiers, mais à qui profiteront ces richesses ? L'IA ne va-t-elle pas accentuer les inégalités ?

L'automatisation pourrait supprimer 12 millions d'emplois en Europe d'ici les 20 prochaines années, selon une étude de Forrester Research

Une étude de Goldman Sachs affirme que l'IA pourrait automatiser 25 % des emplois actuels dans le monde, les économistes, les employés administratifs et les avocats devraient être les plus touchés

CNET publie discrètement des articles entiers générés par l'IA et l'indique sur un descriptif déroulant puis se ravise suite aux réactions

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/05/2023 à 10:30
La société humaine a déjà vécu plusieurs révolutions qui ont transformé le monde du travail: Alors qu'au début du 20ème siècle, 95% de la population française était composée de paysans, l'automatisation a réduit drastiquement ce pourcentage: Les agriculteurs représentent 1,5% des actifs en 2021 contre 7,1% il y a encore quarante ans.

Ces agriculteurs se sont transformés en ouvrier d'usine puis avec la globalisation de l'économie en personnel de bureau dans le tertiaire.

Mais dans le futur proche avec une agriculture délocalisée au Brésil ou en Pologne, la production industrielle délocalisée en Chine ou en Inde, les jobs du tertiaire réalisés majoritairement par de l'IA, il va rester quoi pour occuper les gens?

Est-ce à l'état d'offrir un job de fonctionnaire à l'ensemble de la population?
3  1 
Avatar de fodger
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 31/05/2023 à 10:41
ça risque d'être le contraire : l'IA introduit beaucoup, beaucoup d'erreurs qu'il faut scruter, vérifier, revérifier car en plus elle permet facilement donc de créer de la fausse information en masse.

En plus il y a un autre aspect extrêmement négatif : ça accroît considérablement le risque d'abrutissement de l'Humanité, la méconnaissance.
2  0 
Avatar de Fagus
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 31/05/2023 à 14:29
Mais dans le futur proche avec une agriculture délocalisée au Brésil ou en Pologne, la production industrielle délocalisée en Chine ou en Inde, les jobs du tertiaire réalisés majoritairement par de l'IA, il va rester quoi pour occuper les gens?
Citation Envoyé par walfrat Voir le message


Tu tire ça d'ou ? Aux dernières nouvelles, la France n'a aucune envie de diminuer sa production de bovin alors que la cours des compte le recommande (soyons honnêtes, ça ne ferais que déplacer le problème de pollution en dehors de la france en plus de détruire le gagne pain des éleveurs actuels, je trouve pas ça fou perso).
Dans les derniers chiffres, la France en % du PIB est arrivé sous la Grèce cette année, soit le pays le plus désindustrialisé de l'Union. ( cf ). Donc, délocaliser la production pour importer d'ailleurs la même chose en plus polluant et en coulant le modèle social français (plus de chômage, moins de cotisations), ça on sait faire.

Comme le modèle de la mondialisation dans la désindustrialisation a beaucoup plu à nos gouvernants, on fait la même chose pour la production agricole. On en redemande avec les accords transfrontaliers défendus par l’exécutif, qui permettent de mettre en concurrence la France avec des pays qui tirent vers le bas les normes (qualité du produit, environnement, droits des travailleurs évidemment). Ces dernières années, la France a perdu son autonomie alimentaire sur le papier. cf cf
2  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/05/2023 à 10:20
Pour moi, un travail pénible c'est goudronner une route lors d'une journée de juillet par 45 degrés à l'ombre, déboucher les égouts en scaphandre ou bosser sur un chantier et non pas végéter derrière un écran, les fesses collées à son siège.

En quoi, l'IA va rendre les vrais jobs pénibles moins pénibles?
3  2 
Avatar de totozor
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/06/2023 à 8:46
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Mais dans le futur proche avec une agriculture délocalisée au Brésil ou en Pologne, la production industrielle délocalisée en Chine ou en Inde, les jobs du tertiaire réalisés majoritairement par de l'IA, il va rester quoi pour occuper les gens?
Est-ce à l'état d'offrir un job de fonctionnaire à l'ensemble de la population?
Ce que je constate chez mes parents, localisation désindustrialisée qui a longtemps subi un chomage élevée est qu'aujourd'hui les jeunes créé leur petite boite pour se créer leur propre emploi, qu'ils rendent des petits services aux gens qui payent pour et qu'un tissu social s'est créé.
Exemple : un gamin a récupéré le garage d'un petit vieux qui partait à la retraite pour une bouchée de pain. Il a acheté une 4L pourrie qu'il a rénové et revendu à un pote qui a monté sa boite de réparation de vélo nomade, boite qui a maintenant un "magasin" en dur en plus de la voiture et qui a un contrat avec trois potes qui ont monté leur boite livreur à vélo, boite qui a une base solide en répondant aux besoins des légistes/médecins etc mais assure des livraisons pour les locaux (commerçants, restaurateurs, habitants etc). Le tout se retrouve à boire un café chez l'un ou l'autre régulièrement, l'occasion pour l'un de dire qu'il aurait besoin de ci ou de ça et pour quelqu'un de lui donner le contact de son frère/cousin/voisin qui en a marre de bosser pour un manager qui l'engueule a longueur de journée. etc.

Je penses que la jeune génération est bien plus dynamique que la mienne pour le boulot et donc ils n'ont pas besoin d'attendre que le pole emploi leur refile un boulot de merde pour travailler. Le tout a en plus l'interet de relancer une (micro) agriculture locale.
Je crois aussi que depuis quelques années le travail, quand les gens se parlent, a ceci de mécanique qu'il n'aime pas le vide (autant par le manque de réponse aux besoins que par le vide de sens) et le rempli plus ou moins tout seul. Favorisant les TPE aux grande entreprises (l'équilibre qu'on me vendait quand j'étais étudiant).

Je crois aussi que l'IA a potentiellement sa place dans cet écosystème, permettant aux livreurs de mieux gérer leurs courses, au mécano de préparer ses commandes plus facilement etc., IA qui pourra être remplacée par une personne à l'occasion d'un stage par exemple

Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Il y a des burn-out parce que la génération "tout écran" est devenue une population de chochottes faibles physiquement et pire encore mentalement! Lors de la première guerre mondiale de 1914-1918, l'armée française était composée des 95% de paysans de sa population, ils portaient leur paquetage de 25 à 30 kilos minimum sur 50 km en sifflant et en chantant... Aujourd'hui, on est incapable de transporter un stylo dans sa poche sur 10 km sans pleurer et faire une dépression.
Tu peux vérifier, personne ne fait un burn-out dans les vrais métiers pénibles... Ils n'ont pas le temps, ils meurent prématurément en n'atteignant pas l'age de la retraite!!!
Oui nous sommes tous des faibles qui pleuront dès qu'on se casse un ongle.
Ca n'a rien à voir avec le fait qu'on met les personnes les plus incompétentes et toxiques aux postes de middle management qui ne justifient leur travail qu'en maltraitant inutilement leurs équipes pour se sentir utiles. Et pour sortir un "Non mais il était fragile, il est meme pas capable de transporte son stylo se branleur, mon grand père lui transportit 30kg sur 50km tous les jours, un vrai dur."
Dixit le gars qui te demande le gars de courir à droite à gauche sans jamais décoller son cul de sa chaise, qui pendant que tu te crève le cul à faire son boulot regarde les courbes des ses actions évoluer sans jamais rien en faire.
Dixit le gars qui t'annonce que tu dois préparer la visite d'un client dans une semaine que tu dois préparer parce qu'il part en vacances le lendemain client qui arrivera finalement deux jours plus tard, le tout annoncé par un coup de fil de la secrétaire à l'acceuil. Client qui te montre que la date était fixée depuis 1 mois. Le gars expliquera qu'on est vraiment une génération de fragile mais qui va se plaindre qu'il y avait vraiment trop de moustiques à son hotel et que les autochtones qui font de la vente à la sauvette font vraiment beaucoup de bruit très tôt.

Mais tu as raison sur un point les gens qui font des métiers physiques ne font pas de burn out, ils sont physiquement cassés avant.
Mais s'ils étaient physiquement moins fragiles, ils y viendraient surement à un moment ou à un autre.
Pour l'instant ils expriment leur colère dans la rue mais que se passera-t-il quand la colère sera remplacée par la résignation?
Leur burn out ne sera pas reconnu on dire qu'ils se sont marginalisés d'eux même.

Alors les gens solides vous me faites bien rire, vous n'êtes pas solide vous vous débarassez juste de vos merdes sur les autres.
2  1 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 02/06/2023 à 10:00
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message


Ce n'est pas pour rien qu'il y a en moyenne un suicide/jour chez les agriculteurs français... Tu connais beaucoup de "branleurs" assis derrière leur écran qui se suicident?
C'est pas comme s'il y avait eu l'affaire des suicide chez SFR.

Puis bon, tu dis que le burnout c'est pour les faibles, le suicide aussi non dans ce cas ?

Tes paysans comme tu dis ils vivaient en marche ou crève parce que "crève" c'était vraiment crever. Quand on a donné le choix à ces paysans ou à leur descendant de changer de vie, pouf les 95% de paysans de France ont fondu comme neige au soleil. Pourquoi ? Parce qu'ils ont eu une occasion d'avoir une vie qui n'était pas de la merde à être broyé par des industrie en travail à la chaine ou se faire recruter de force par l'armée pour aller en première ligne. Mes parents ont quitté la campagne et on a jamais rien pu vraiment tiré d'eux sur ce qui s'y passait, alors ton c'était mieux avant tu peux te le garder. Oui il y a des faineants, mais il y a aussi des gens qui refusent de se laisser marcher sur les pieds, et ils ont raison, nos prédécesseur se sont battus pour obtenir ces droits là, ils ont quitté la campagne pour une meilleur vie. Te soumettre et te laisser revenir en mode marché ou crève de la guerre 14-18, y'a pas plus grande insulte que tu puisses leur faire.
1  1 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 31/05/2023 à 13:35
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Pour moi, un travail pénible c'est goudronner une route lors d'une journée de juillet par 45 degrés à l'ombre, déboucher les égouts en scaphandre ou bosser sur un chantier et non pas végéter derrière un écran, les fesses collées à son siège.

En quoi, l'IA va rendre les vrais jobs pénibles moins pénibles?
Si des gens qui passent leur temps devant un écran peuvent faire un burn out, c'est donc bien qu'il est possible d'avoir un boulot pénible derrière son écran.

On ne parle juste pas de même pénibilité. Ou alors il y a une définition formelle de la pénibilité au travail qui est différente du mot "pénible" dans le sens commun du terme.

Mais dans le futur proche avec une agriculture délocalisée au Brésil ou en Pologne, la production industrielle délocalisée en Chine ou en Inde, les jobs du tertiaire réalisés majoritairement par de l'IA, il va rester quoi pour occuper les gens?
Tu tire ça d'ou ? Aux dernières nouvelles, la France n'a aucune envie de diminuer sa production de bovin alors que la cours des compte le recommande (soyons honnêtes, ça ne ferais que déplacer le problème de pollution en dehors de la france en plus de détruire le gagne pain des éleveurs actuels, je trouve pas ça fou perso).
0  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/05/2023 à 15:26
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Si des gens qui passent leur temps devant un écran peuvent faire un burn out, c'est donc bien qu'il est possible d'avoir un boulot pénible derrière son écran.
Il y a des burn-out parce que la génération "tout écran" est devenue une population de chochottes faibles physiquement et pire encore mentalement! Lors de la première guerre mondiale de 1914-1918, l'armée française était composée des 95% de paysans de sa population, ils portaient leur paquetage de 25 à 30 kilos minimum sur 50 km en sifflant et en chantant... Aujourd'hui, on est incapable de transporter un stylo dans sa poche sur 10 km sans pleurer et faire une dépression.

Tu peux vérifier, personne ne fait un burn-out dans les vrais métiers pénibles... Ils n'ont pas le temps, ils meurent prématurément en n'atteignant pas l'age de la retraite!!!

Citation Envoyé par walfrat Voir le message

Tu tire ça d'ou ? Aux dernières nouvelles, la France n'a aucune envie de diminuer sa production de bovin alors que la cours des compte le recommande (soyons honnêtes, ça ne ferais que déplacer le problème de pollution en dehors de la france en plus de détruire le gagne pain des éleveurs actuels, je trouve pas ça fou perso).
Tu devrais mettre tes connaissances à jour, tes nuggets au poulet viennent déjà du Brésil (et oui, le Brésil est devenu l'usine à produire de la viande de poulet et de tous ses dérivés) et le principale concurrent en Europe de la production agricole française n'est autre que la Pologne!!!

N'hésite pas à lire ce qui suit...

La France est la première puissance agricole européenne avec 18 % de la production (2019). Du lait, aux céréales en passant par la pomme de terre, l’Hexagone caracole en tête de nombreuses productions. Pourtant, cette place de leader est de plus en plus fragile. En effet, après être devenue une grande puissance agro-exportatrice à partir du milieu des années 1970 ne comptant plus aucun déficit de ses échanges internationaux de produits agricoles et alimentaires, la France a dû faire face à l’arrivée de productions étrangères et notamment des pays européens. Au cours des deux premières décennies du nouveau millénaire, le marché intérieur français s’est largement ouvert aux importations afin de répondre aux exigences européennes (+96 % entre 2000 et 2018).

Notre pomme Golden du Limousin aurait-elle du souci à se faire ? Reconnue en France et à l’étranger, elle peine pourtant de plus en plus à se faire une place sur les étals françaises et européennes. La raison est simple, elle est de plus en plus concurrencée par des productions étrangères à commencer par la Pologne. L’ancien pays du bloc soviétique est devenu le premier pays exportateur de pommes en Europe et s’est facilement hissé en tête de ce classement grâce à une main d’œuvre 60 % moins chère qu’en France. Cet exemple illustre parfaitement la lente érosion de l’agriculture française face à la concurrence européenne. Toutes les filières sont touchées, car de l’Espagne, à l’Italie en passant par la Pologne donc, le coût de la main d’œuvre agricole est beaucoup moins élevé chez nos voisins. Les prix proposés des productions étrangères répondent donc mieux à la question du pouvoir d’achat des Français, et les parts de marché des producteurs tricolores sont toujours plus menacées.

Une balance agricole en grande souffrance

Un rapport d’information sénatorial déposé le 16 juillet 2020 confirme le danger auquel doivent faire face les producteurs français. On peut notamment y lire que « malgré des progrès récents, le droit (européen) de la concurrence ne protège pas assez les agriculteurs (français) ». Entre bonnes politiques agricoles et concurrence, l’Union européenne a fait son choix. A ce jeu-là, les producteurs français sont réduits à espérer le maintien de dispositifs d’aide fiscale temporaires qui permettent à la filière des fruits et légumes frais, par exemple, d’avoir un coût horaire du travail supérieur de « seulement » plus de 50 % en France par rapport à la concurrence européenne…
Ce n'est pas pour rien qu'il y a en moyenne un suicide/jour chez les agriculteurs français... Tu connais beaucoup de "branleurs" assis derrière leur écran qui se suicident?
0  3