IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

70 % des médecins pensent que les robots compagnons peuvent soulager les problèmes de santé mentale causés par la solitude
Et si c'était une illusion ?

Le , par Bruno

22PARTAGES

13  0 
Un nouveau rapport explore le potentiel des robots compagnons dotés d’IA pour aider les personnes âgées à faire face à la solitude, qui est associée à de nombreux risques pour la santé. Les robots compagnons sont des machines qui peuvent fournir un soutien social et émotionnel aux personnes âgées, en les aidant à rester actives et connectées. Le rapport indique que les progrès récents de l’IA générative, qui permet aux robots de converser de manière plus fluide et personnalisée, pourraient renforcer le lien social entre les humains et les robots.

Les chercheurs de Future Market Insights ont développé une échelle pour évaluer l’impact des robots sur la santé physique et la solitude des personnes âgées, et ont montré que les robots avaient des effets positifs. Cependant, ils ont aussi souligné les implications éthiques liées à l’utilisation des robots compagnons, telles que la confiance, l’agence, l’engagement et l’efficacité, et ont appelé à une collaboration entre les parties prenantes pour élaborer des lignes directrices.


La spécification des attributs clés d'un concept est un élément important de sa clarification, qui permet de le comprendre en profondeur et de le différencier de concepts similaires ou apparentés. Les attributs d'un robot compagnon sont « l'interaction homme-robot », « la fonction, les caractéristiques et la structure du robot », « le fait d'être un compagnon » et « le coût et la gestion du robot ».

Définition des attributs des robots compagnons

Interaction homme-robot (HRI) : les robots utilisés dans les soins de santé sont généralement dotés non seulement de capacités robotiques générales, telles que la navigation, la manipulation ou la perception autonomes, mais aussi de capacités d'assistance spécifiques. L'HRI est donc cruciale dans ce domaine d'application. Les chercheurs ont indiqué que l'utilisation de robots fait intervenir les concepts de conscience et de personne, et l'HRI est déjà devenue un domaine de recherche dans lequel les chercheurs découvrent des questions psychologiques, philosophiques et même spirituelles ayant des implications significatives pour les valeurs traditionnelles des soins infirmiers. Par exemple, dans une situation d'application pratique, des réponses comportementales positives ont été démontrées par le fait que les résidents touchaient, caressaient, tenaient et étreignaient le robot compagnon.

Pour bénéficier d'une interaction multimodale durable et engageante, le dialogue homme-robot est un facteur clé, qui peut être mis en œuvre par l'analyse sémantique, la compréhension des émotions à partir de l'analyse de la parole et la conception de divers comportements robotiques. Ces dialogues doivent être suffisamment flexibles pour s'adapter à des circonstances imprévues au cours de la conversation. Les auteurs ont constaté que les personnes âgées souhaitent interagir avec les robots à un niveau modéré ; le robot n'a pas besoin d'interagir en permanence avec son utilisateur, mais il doit être disponible en cas de besoin. En outre, pour une HRI réussie, la préparation à l'utilisation d'un robot doit être progressive au départ, avec une implication considérable du personnel professionnel pour aider l'utilisateur à s'habituer au robot.

Fonction, caractéristiques et structure du robot : les fonctions du robot présentées dans les études précédentes comprenaient des fonctions de service et d'accompagnement, telles que la gestion des urgences, l'assistance physique, la stimulation, l'aide à la mémorisation, y compris des médicaments, le soutien nutritionnel, l'aide à la localisation ou à l'apport d'objets, l'entretien ménager, la collaboration avec le personnel soignant, l'enregistrement des activités quotidiennes et le divertissement. La détection précoce et la réaction rapide aux urgences, y compris les chutes, l'assistance et la surveillance des personnes âgées par téléprésence et la collaboration avec le personnel de santé, y compris l'échange de données, ont été mentionnées comme des fonctions importantes.

En outre, l'aide à la mobilité ou à la rééducation et le soutien à l'autonomie par la stimulation cognitive ou émotionnelle sont des fonctions utiles dans la vie des personnes âgées. Elles ont également apprécié un robot compagnon doté de fonctions de divertissement, comme la danse, le chant, la narration d'histoires, les jeux de société ou les reportages d'actualité.

Selon certaines études, les personnes âgées sont plus réceptives à l'utilisation de robots pour une assistance physique simple et non intime, comme les rappels, les tâches ménagères et la communication, alors qu'elles sont moins réceptives à l'utilisation de robots pour des activités comme prendre un bain, faire sa toilette et gérer ses finances. Certaines études sur les robots d'assistance indiquent que les personnes âgées apprécient davantage les fonctions de service que les fonctions d'accompagnement, et que la fonctionnalité du robot est plus importante que son apparence.

Pour remplir ces fonctions, un robot doit être équipé de matériel, comme des bras, des capteurs, des caméras, des microphones, des tablettes, des moniteurs ou des manipulateurs mobiles, et d'une architecture logicielle capable de naviguer, de manipuler et de reconnaître des objets. En d'autres termes, les robots peuvent écouter, répondre à la parole, parler dans certaines circonstances, reconnaître le toucher et détecter le son et la lumière.

Les robots sociaux capables d'apprendre et de s'adapter aux préférences et aux perceptions des personnes, ainsi qu'aux tâches à accomplir, pourraient s'avérer plus efficaces qu'une approche unique. L'apparence est également une caractéristique importante des robots compagnons ; les robots peuvent avoir l'apparence d'un être humain, d'un service ou d'un animal. Il a été rapporté que les préférences en matière d'apparence varient considérablement parmi les personnes âgées : certains préfèrent les robots ressemblant à des animaux, tandis que d'autres veulent un robot humanoïde.

Être un compagnon : le robot compagnon peut interagir et entretenir un dialogue avec les utilisateurs, réduisant ainsi leur solitude et devenant des amis. Les termes « robot social », « robot d'assistance » ou « robot d'assistance sociale » ont été utilisés de manière interchangeable avec « robot compagnon » dans les études. Dans une étude, un robot compagnon a été défini comme un assistant compagnon doté d'une intelligence autonome qui devrait comprendre les « commandes de l'utilisateur" et ce qu'il ressent, comme la disposition à l'égard de la santé.

Plusieurs études ont présenté les avantages d'un robot compagnon, y compris les robots de compagnie, en les comparant à des animaux de compagnie. Il n'est pas nécessaire de nourrir, de promener et de nettoyer le robot ; ainsi, par rapport à un animal de compagnie traditionnel, les personnes âgées n'ont pas besoin de s'occuper des robots compagnons, et ils sont toujours disponibles sans aucune irrégularité comportementale. Un robot compagnon peut accompagner les personnes âgées à l'hôpital ou dans un centre de soins de courte durée et, en cas de dommage, il peut être réparé et remplacé par un duplicata.

Cependant, de nombreux participants s'inquiètent de l'idée qu'un robot puisse être un compagnon. Les robots qui remplissent un rôle de compagnon ont été considérés par certains comme une forme de tromperie, étant donné qu'une telle relation est considérée comme contrefaite.

Coût et gestion du robot : jusqu'à récemment, les robots compagnons, y compris les robopets, étaient d'un coût prohibitif. Le coût était l'une des raisons fréquemment invoquées pour renoncer à l'achat d'un appareil. Une nouvelle vague de robopets moins chers ou de robots de téléprésence à faible coût pourrait faciliter leur utilisation. En outre, des mises à jour et une gestion périodiques du programme sont essentielles pour une interaction à long terme.

Les enjeux des robots compagnons pour les personnes âgées

Future Market Insights prévoit que le marché mondial des robots compagnons atteindra une valeur de 11,73 milliards de dollars US en enregistrant un taux de croissance annuel moyen (TCAC) de 18 % au cours de la période de prévision allant de 2023 à 2033. Les auteurs de l'étude proposent en outre un moyen de déterminer si un robot compagnons aide quelqu'un. Ils ont également mis au point une nouvelle méthode pour mesurer l'impact d'un robot, appelée « Companion Robot Impact Scale », qui vise à établir l'impact sur la santé physique et la solitude, et qui montre que les machines compagnes s'avèrent déjà efficaces.

Murali Doraiswamy, professeur de psychiatrie et de gériatrie à l'université Duke et membre de l'Institut des sciences du cerveau de Duke, a déclaré : « À l'heure actuelle, tout indique que la meilleure solution est d'avoir un véritable ami, mais tant que la société ne donnera pas la priorité au lien social et aux soins aux personnes âgées, les robots sont une solution pour les millions de personnes isolées qui n'ont pas d'autres solutions. »

Les chercheurs ont également mis au point une nouvelle méthode pour mesurer l'impact d'un robot, appelée Companion Robot Impact Scale, qui vise à établir l'impact sur la santé physique et la solitude, et qui montre que les machines compagnes s'avèrent déjà efficaces. Murali Doraiswamy, professeur de psychiatrie et de gériatrie à l'université Duke et membre de l'Institut des sciences du cerveau de Duke, a déclaré :

« À l'heure actuelle, tout indique que la meilleure solution est d'avoir un véritable ami, mais tant que la société ne donnera pas la priorité au lien social et à la prise en charge des personnes âgées, les robots sont une solution pour les millions de personnes isolées qui n'ont pas d'autres options. »

Les personnes âgées peuvent craindre de ne pas pouvoir gérer le dysfonctionnement et la dégradation du robot. En outre, les robots peuvent accroître l'agitation ou entraîner une diminution des contacts sociaux et un renforcement de l'isolement. Les résidents peuvent également faire preuve d'un attachement excessif à l'égard des robots, ce qui a des effets néfastes sur la personne et sur ses relations avec les autres résidents.

Elizabeth Broadbent, professeur de médecine psychologique à Waipapa Taumata Rau, à l'université d'Auckland, a déclaré que l'IA offrait des possibilités intéressantes de doter les robots compagnons de compétences accrues pour établir des liens, mais que des règles pourraient être nécessaires pour garantir que les robots « restent moraux et dignes de confiance ».

Les robots sociaux, une opportunité pour la santé mentale des personnes âgées, mais aussi un défi éthique et technique

Les données de l'enquête Sermo ont révélé que parmi 307 prestataires de soins en Europe et aux États-Unis, 69 % des médecins approuvaient l'idée que des robots sociaux puissent offrir une compagnie pour soulager l'isolement et potentiellement améliorer la santé mentale d'un patient. En outre, 70 % des médecins estiment que les compagnies d'assurance devraient couvrir le coût des robots d'accompagnement s'ils s'avèrent être des compléments d'amitié efficaces, ont indiqué les chercheurs.

La difficulté survient lorsqu'il s'agit de mesurer l'impact du robot. L'absence de modèle d'estimation souligne la nécessité de développer des mesures de résultats évaluées par les patients. C'est pourquoi les chercheurs ont construit le Co-Bot-I-7.

Des études antérieures ont montré que les résidents refusaient d'interagir avec le robot parce qu'il ne correspondait pas à leurs attentes ou à leurs désirs. Dans certains cas, les personnes se désintéressent rapidement du robot non vivant et de son répertoire comportemental limité. Les avantages des robots pour la société et l'autonomisation des personnes âgées doivent être mis en regard des préoccupations éthiques possibles dans ce domaine, notamment en ce qui concerne la tromperie, l'infantilisation, l'augmentation du sentiment d'objectivation ou d'anxiété, la perte de contrôle et de dignité, la perte de la vie privée et de la liberté personnelle, ainsi que la réduction des contacts humains et de la responsabilité.

Les inquiétudes portent également sur la perte d'emplois et de soins personnels, tandis que les avantages perçus sont spécialement de permettre au personnel de passer du temps de qualité avec les résidents et d'aider ces derniers à prendre soin d'eux-mêmes. « Avec les bonnes directives éthiques, nous pourrions être en mesure de nous appuyer sur les travaux actuels pour utiliser les robots afin de créer une société plus saine », ont déclaré les chercheurs.

HRI a été le premier attribut pris en compte dans les robots compagnons, des études soulignant que l'HRI est essentielle pour une utilisation à long terme. Une étude a montré qu'il existe des différences entre les préférences des personnes âgées et celles des roboticiens en ce qui concerne les HRI. Les personnes âgées ont réagi positivement aux caractéristiques de simulation de la vie, au contact visuel, à la personnalisation du robot et à l'obéissance aux commandes, et ces caractéristiques sont sous-évaluées par les roboticiens.

Il a été proposé d'accorder une plus grande attention aux préférences des utilisateurs en ce qui concerne la conception et les caractéristiques des robots. L'environnement culturel, physique et social et l'examen longitudinal et simultané des utilisations, des résultats et des contraintes doivent être pris en compte dans la phase de conception et de développement des robots.

Malgré l'importance et la haute priorité de l'interaction entre les utilisateurs et les robots compagnons, des études ont révélé des difficultés concernant la reconnaissance faciale ou vocale, des problèmes techniques ou d'utilisation (par exemple, échec de la navigation, niveau sonore, consommation d'énergie et déconnexion), ainsi que les aspects pratiques et la modularité dans la vie réelle.

Certaines études ont montré que le robot était davantage considéré comme un jouet que comme un dispositif d'aide à l'autonomie en raison de son manque de robustesse technologique et de la lenteur de ses performances. L'amélioration des compétences sociales et des aspects pratiques, y compris la résolution des problèmes techniques, a été suggérée pour promouvoir une utilisation à long terme.

Sources : futuremarket, NIH

Et vous ?

Robots compagnons : une fausse bonne idée pour soulager la solitude ?

« 70 % des médecins pensent que les robots compagnons peuvent soulager les problèmes de santé mentale causés par la solitude et que l'assurance maladie devrait en couvrir le coût », partagez-vous cet avis ?

Êtes-vous pour ou contre les robots compagnons ?

Voir aussi :

Tesla pourrait disposer d'un prototype fonctionnel de robot humanoïde en septembre, d'après Elon Musk, qui entend s'appuyer sur ce projet pour une percée en intelligence artificielle générale

La dernière vidéo du robot humanoïde Atlas de Boston Dynamics montre qu'il est capable de courir, sauter, prendre un objet au sol et le lancer à un ouvrier sur un chantier de construction simulé

Elon Musk présente le nouveau robot humanoïde Optimus de Tesla, déclare qu'il est sur le point d'entrer en production et relance le débat : « les robots surpasseront-ils l'intelligence humaine ? »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de phil995511
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/07/2023 à 14:46
Me concernant si j'en étais là, je préférerai prendre un chien ou un chat !! Et puis les robots humanoïdes emphatiques bons à tout faire, ce n'est pas pour demain !!
8  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 15/07/2023 à 16:01
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Le premier dégât de la solitude, avant les troubles psy, est la perte de vocabulaire du fait de ne pas avoir de conversation régulière. Un robot compagnon pourrait facilement palier à cela grâce à l'IA générative.
Notre vie professionnelle nous fait vivre à 100 à l'heure 100% de notre temps et ne nous permet plus, comme au début du XXe s., de vivre en famille sous le même toit que nos anciens. Des aides à domicile, des appartements autonomes et des EPHAD pallient partiellement à la disparition de la cellule familiale. Mais les anciens, en perte d'autonomie, ne vivent plus de vie sociale même si des associations du 3e et du 4e âge existent pour les occuper un peu.
Un robot compagnon qui ferait le ménage, préparerait à manger, accompagnerait pour faire les courses, en plus de tenir une conversation, soulagerait mentalement ceux qui sont encore assez autonomes pour vivre chez eux mais plus assez pour entretenir leur foyer comme à 70 ans. Il faut beaucoup d'amour pour s'occuper d'une personne âgée qui commence à perdre les pédales comme avec Alzheimer. Amour que n'ont pas les personnels soignants ou d'aide à la personne et donc moins patient qu'un robot compagnon qui pourra servir d'aide-mémoire.
Et ce n'est pas une perte d'emplois. Les métiers du 3e âge recrutent mais ne trouvent pas. Il s'agit d'un travail pénible tant physiquement - un bébé on lui change sa couche ou prendre son bain facilement, un adulte c'est une autre paire de manches - que psychologiquement - la fin de vie il faut aimer son métier - et mal payé de surcroît. Donc inhumain tant pour le personnel que pour la personne. Et puis un robot compagnon, cela peut venir en complément de l'humain représenté par la famille qui rend visite.
Sauf que dans ce monde, un robot compagnon viendrait avec un abonnement, collecterait absolument toutes les données possibles sur les personnes âgées histoire de pouvoir revendre ça à leurs assurances et à tous ceux qui voudraient abuser de leur faiblesse pour leur vendre des cochonneries dont ils n'auraient pas besoin.
7  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 15/07/2023 à 11:52
Citation Envoyé par Bruno Voir le message

« 70 % des médecins pensent que les robots compagnons peuvent soulager les problèmes de santé mentale causés par la solitude et que l'assurance maladie devrait en couvrir le coût », partagez-vous cet avis ?
Ah ouais, on en est là... Triste monde.
6  1 
Avatar de doc
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/07/2023 à 21:41
ça fait penser aux publicités : 90% des dentistes vous recommandent ce dentifrice.
Le titre aurait pu être : il est possible que les robots ....
En plus le titre parle de santé mentale, et pas de pathologies dégénératives du cerveau. J'aimerai bien être témoin de la conversation entre un psychotique délirant et un robot : ça ne durerai pas 5 minutes, à moins que l'IA du robot ait appris à écouter sans nécessairement répondre
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 16/07/2023 à 0:54
Encore une invention à la con pour pallier un problème sociétal sans avoir à le résoudre, plus précisément pour éviter de répondre au problème de la solitude généralisé dans la société actuelle.

D'ailleurs c'est indiqué :

« À l'heure actuelle, tout indique que la meilleure solution est d'avoir un véritable ami, mais tant que la société ne donnera pas la priorité au lien social et à la prise en charge des personnes âgées, les robots sont une solution pour les millions de personnes isolées qui n'ont pas d'autres options. »
À mettre dans le même panier (poubelle ?) que les petit(e) ami(e) virtuel, les poupées sexuel et les jouets intelligents pour les enfants.
3  1 
Avatar de binarygirl
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/07/2023 à 18:39
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
en Afrique et en chine, les vieux vivent avec les enfants. Et je pense que c'est tres bien comme système.
Je pense que ce n'est pas forcément par choix de leur part

Il peut y avoir la pression sociale, ou la tradition (respect des anciens), mais la raison est peut-être plus basique et vient du fait qu'il n'y a tout simplement pas de régime de retraite qui permette aux personnes âgées de vivre correctement en étant seules.
Pour cette raison, les gens font des enfants pour que quelqu'un s'occupe d'eux quand ils seront vieux. Et donc, parler de limitation du nombre de naissances n'a guère de sens tant qu'on ne prend pas ces réalités en compte et qu'on n'a pas éradiqué la pauvreté.

Et on parle souvent de maltraitance en ehpad mais c'est surtout dans le milieu familial qu'on va en trouver je pense.
Rien n'empêche les enfants de s'occuper de leurs parents, à part la distance. Mais tout le monde n'en n'a pas envie, et je ne blâme personne pour cela.

C'est un sujet très profond: à l'heure des communications universelles, chacun est de plus en plus seul.
On le voit très bien dans les transports en commun ou chacun est dans sa bulle numérique, et les gens ne se parlent pas. Sans exagérer, on pourrait dire qu'ils deviennent autistes avec la technologie.
4  2 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/07/2023 à 18:11
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
c'est très occidentale comme approche.
en Afrique et en chine, les vieux vivent avec les enfants. Et je pense que c'est tres bien comme système.

L'occident devrait faire disparaitre ces camps de concentration que sont les epad (voir les scandales orpea...)
et donné la possibilité aux enfants de s'occuper d'eux dans leurs foyers.
Faire vivre toutes les générations sous le même toit, surtout si le toit est très petit, c'est plus par absence de ressources et absence d'alternative.

De plus, quand on parle d'EPAD, c'est à dire établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, on parle de la grande vieillesse. C'est à dire de personnes malades sans autonomie pour tout ou partie des gestes élémentaires de la vie, dont éventuellement démentes en sus. Il s'agit de patients trop lourds à gérer pour les maisons de retraite, alors de là à imaginer que toutes les familles vont accepter de porter cette charge. Vous vous voyer vous à faire les toilettes, porter les personnes, donner la béquée pour chaque repas, chaque jour ? ça implique de ne pouvoir travailler qu'au plus à temps assez partiel et à domicile, et de ne pouvoir partir en vacances ou week-end.

Même dans les pays peu développés ils n'y arrivent pas. Quand je discute avec des gens de ces pays, il me disent qu'à ce stade, souvent la personne âgée meurt rapidement. Les EHPAD ne sont pas des "camps de concentration" mais exactement l'inverse.
Par ex, si la personne est en partie paralysée et impotente, sans matelas anti-escarre, il faut changer les points d'appui dans le lit toutes les quelques heures, sinon c'est la mort.

Comme dit marsupial, avoir des robots esclaves pour aider à ces tâches, ce ne serait pas mal, mais c'est une tâche qui nécessite une intelligence artificielle générale encore à inventer, et une robotique qu'on n'a pas à un coût acceptable.
Quand à juste avoir un robot conversationnel, ça peut sans doute passer en cas de démence, mais avec quelqu'un de lucide ça ne remplace pas un vrai contact humain.
2  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/07/2023 à 18:12
c'est très occidentale comme approche.
en Afrique et en chine, les vieux vivent avec les enfants. Et je pense que c'est tres bien comme système.

L'occident devrait faire disparaitre ces camps de concentration que sont les epad (voir les scandales orpea...)
et donné la possibilité aux enfants de s'occuper d'eux dans leurs foyers.

le problème c'est qu'il faut travailler +35h en entreprise dans les locaux.
Avec la hausse de l’immobilier les gens vivent dans des petits appart miteux dans des grosses villes donc impossible d'y aceuilir ces parents.
Pareil pour les enfants, leurs éducations est faite par des nounous et non par les parents qu'ils voient que quelques heures tous les soirs après le boulot.

On est vraiment rentré dans un système incroyable. L'entreprise est devenue plus importante que ces propre parents et ces enfants.
2  1 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 15/07/2023 à 12:46
Le premier dégât de la solitude, avant les troubles psy, est la perte de vocabulaire du fait de ne pas avoir de conversation régulière. Un robot compagnon pourrait facilement palier à cela grâce à l'IA générative.
Notre vie professionnelle nous fait vivre à 100 à l'heure 100% de notre temps et ne nous permet plus, comme au début du XXe s., de vivre en famille sous le même toit que nos anciens. Des aides à domicile, des appartements autonomes et des EPHAD pallient partiellement à la disparition de la cellule familiale. Mais les anciens, en perte d'autonomie, ne vivent plus de vie sociale même si des associations du 3e et du 4e âge existent pour les occuper un peu.
Un robot compagnon qui ferait le ménage, préparerait à manger, accompagnerait pour faire les courses, en plus de tenir une conversation, soulagerait mentalement ceux qui sont encore assez autonomes pour vivre chez eux mais plus assez pour entretenir leur foyer comme à 70 ans. Il faut beaucoup d'amour pour s'occuper d'une personne âgée qui commence à perdre les pédales comme avec Alzheimer. Amour que n'ont pas les personnels soignants ou d'aide à la personne et donc moins patient qu'un robot compagnon qui pourra servir d'aide-mémoire.
Et ce n'est pas une perte d'emplois. Les métiers du 3e âge recrutent mais ne trouvent pas. Il s'agit d'un travail pénible tant physiquement - un bébé on lui change sa couche ou prendre son bain facilement, un adulte c'est une autre paire de manches - que psychologiquement - la fin de vie il faut aimer son métier - et mal payé de surcroît. Donc inhumain tant pour le personnel que pour la personne. Et puis un robot compagnon, cela peut venir en complément de l'humain représenté par la famille qui rend visite.
5  5 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 16/07/2023 à 20:24
Citation Envoyé par binarygirl Voir le message
Je pense que ce n'est pas forcément par choix de leur part

Il peut y avoir la pression sociale, ou la tradition (respect des anciens), mais la raison est peut-être plus basique et vient du fait qu'il n'y a tout simplement pas de régime de retraite qui permette aux personnes âgées de vivre correctement en étant seules.
Pour cette raison, les gens font des enfants pour que quelqu'un s'occupe d'eux quand ils seront vieux. Et donc, parler de limitation du nombre de naissances n'a guère de sens tant qu'on ne prend pas ces réalités en compte et qu'on n'a pas éradiqué la pauvreté.
Justement, si éradiquer la pauvreté passe par la solitude, ça signifie qu'il y a une meilleurs manière d'éradiquer la pauvreté. Ensuite il faut savoir de quoi l'on parle : de pauvreté ou de niveau de développement ? Ce n'est pas tout à fait la même chose. En l’occurrence, il s'agit plus d'une question de développement ici. Sinon, je suis d'accord, c'est important de parler de régime de retraite. D'ailleurs ça tombe bien, puisque dans de nombreux pays "développés", les personnes âgés on de plus en plus de difficultés à vivres de leur retraite en étant seul. Cet article, parmi d'autres sources, le prouve.

Et on parle souvent de maltraitance en ehpad mais c'est surtout dans le milieu familial qu'on va en trouver je pense.
Rien n'empêche les enfants de s'occuper de leurs parents, à part la distance. Mais tout le monde n'en n'a pas envie, et je ne blâme personne pour cela.
Je suis d'accord vis à vis du milieux familial, mais cela n'enlève rien à la réalité de la maltraitance dans les ehpad.

C'est un sujet très profond: à l'heure des communications universelles, chacun est de plus en plus seul.
On le voit très bien dans les transports en commun ou chacun est dans sa bulle numérique, et les gens ne se parlent pas. Sans exagérer, on pourrait dire qu'ils deviennent autistes avec la technologie.
Ce serais bien d'arrêter les comparaison douteuses, merci. L'autisme est un trouble neurologique qui concerne un ensemble de critère, cela ne se limite absolument pas à un "effet bulle". Quand au nouvelles technologies, je pense que c'est surtout un moyen pour les gens de combler une solitude. Solitude lié au système du +35h en entreprise dans les locaux (comme le dit très bien calvaire), dans le seul but de consommer.
0  1