IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'IA ne devrait pas détruire la plupart des emplois
Mais les employés de bureau sont menacés, selon l'OIT

Le , par Bruno

5PARTAGES

4  0 
L’Organisation internationale du Travail (OIT) montre que l’IA générative ne devrait pas éliminer la plupart des emplois, mais plutôt les rendre plus efficaces en prenant en charge certaines tâches répétitives ou fastidieuses. Cela pourrait libérer du temps et des ressources pour les travailleurs humains, qui pourraient se concentrer sur d’autres aspects de leur métier. Toutefois, l’étude met en garde contre les effets négatifs potentiels de l’IA sur certains secteurs et groupes de population. En particulier, les employés de bureau, qui effectuent souvent des tâches routinières ou basées sur des données, sont plus susceptibles d’être remplacés par l’IA que d’autres. Ce risque est plus élevé pour les femmes, qui occupent une grande partie de ces emplois, surtout dans les pays à revenu élevé.

Chaque nouvelle vague de progrès technologique intensifie les débats sur l'automatisation et l'emploi. Les débats actuels sur l'intelligence artificielle (IA) et l'emploi rappellent ceux du début des années 1900, avec l'introduction de la chaîne de montage mobile, ou même ceux des années 1950 et 1960, qui ont suivi l'introduction des premiers ordinateurs centraux. S'il y a eu quelques clins d'œil à désaffection que la technologie peut apporter en standardisant et en contrôlant les processus de travail, dans la plupart des cas, les débats se sont centrés sur deux points de vue opposés : les optimistes, qui voient dans les nouvelles technologies le moyen de soulager les travailleurs des tâches les plus pénibles, et les pessimistes, qui s'alarment de la menace imminente qui pèse sur les emplois et du risque de chômage de masse.

Selon l’OIT, seule la profession générale du travail de bureau est fortement exposée à la technologie, 24 % des tâches de bureau étant considérées comme très exposées et 58 % supplémentaires comme moyennement exposées. Pour les autres groupes professionnels, la part la plus importante des tâches réellement exposées oscille entre 1 et 4 %, et les tâches moyennement exposées ne dépassent pas 25 %. Par conséquent, l'impact le plus important de la technologie est probablement l'augmentation du travail - l'automatisation de certaines tâches au sein d'une profession tout en laissant du temps pour d'autres tâches - par opposition à l'automatisation complète des professions.

% de tâches à exposition élevée et moyenne dans toutes les tâches (CITP)


L’étude suggère également que les secteurs liés à la création d’images, de textes, de sons, d’animations ou de modèles 3D sont plus exposés à l’automatisation que d’autres, car l’IA générative peut produire des contenus de qualité comparable ou supérieure à celle des humains. L’étude recommande donc de renforcer les compétences et la formation des travailleurs, ainsi que de mettre en place des politiques sociales et économiques adaptées pour atténuer les impacts négatifs de l’IA sur l’emploi et le bien-être.

L'explosion de l'intérêt pour l'IA générative et ses applications de chatbot a suscité des craintes de destruction d'emplois, semblables à celles qui sont apparues lors de l'introduction de la chaîne de montage mobile au début des années 1900 et après les ordinateurs centraux dans les années 1950. Les conséquences potentielles de l’IA sur l'emploi, qu'il s'agisse d'augmentation ou d'automatisation, varient considérablement d'un pays à l'autre, en raison de structures professionnelles différentes. Dans les pays à faible revenu, seulement 0,4 % de l'emploi total est potentiellement exposé aux effets de l'automatisation, alors que dans les pays à revenu élevé, cette proportion s'élève à 5,5 %.

Les conséquences sont très différenciées selon le sexe, la proportion de femmes potentiellement touchées par l'automatisation étant plus de deux fois supérieure à celle des hommes. L'impact le plus important est celui de l'augmentation, qui pourrait affecter 10,4 % de l'emploi dans les pays à faible revenu et 13,4 % de l'emploi dans les pays à revenu élevé. Toutefois, ces effets ne prennent pas en compte les contraintes d'infrastructure, qui entraveront la possibilité d'utilisation dans les pays à faible revenu et creuseront probablement l'écart de productivité.

L’IA, entre opportunités et craintes pour les employeurs et les salariés français

Plus de la moitié des employeurs français ont déclaré qu'ils n'utilisaient pas l'intelligence artificielle (IA) et qu'ils n'envisageaient pas de le faire à l'avenir, selon un sondage publié par l'agence française de recherche d'emploi Pôle Emploi. Parmi ceux qui n'utilisent pas l'IA, 78 % déclarent que leur activité est incompatible avec cette technologie.

Un tiers des employeurs qui ne l'utilisent pas déclarent ne pas avoir les compétences nécessaires pour le faire, et près d'un sur trois n'en a pas les moyens financiers. Quelque 15 % des employeurs qui n'utilisent pas l'IA ont déclaré avoir peur de cette technologie. Par ailleurs, environ 35 % des employeurs ont déclaré qu'ils utilisaient déjà l'intelligence artificielle ou qu'ils étaient en train de la déployer sur le lieu de travail, selon un sondage réalisé par l'institut BVA pour le compte de l'agence gouvernementale.

L'intelligence artificielle sera sans doute appelée à réaliser des tâches compliquées mais répétitives ou effectuées régulièrement, ce qui affectera évidemment les métiers qui comportent de telles tâches. Mais cette transformation n'est pas radicalement différente de la numérisation de l'économie, déjà ancienne, à laquelle les secteurs de la banque, des transports et de la santé se sont adaptés avec plus ou moins de bonheur en modifiant le contenu des emplois, en formant les travailleurs et en développant de nouvelles activités.

Les salariés ont également développé depuis longtemps leurs compétences en réponse à la robotisation, en particulier dans les secteurs industriels, ce qui peut garantir leur maintien dans l'emploi si cela assure la croissance de l'activité d'une entreprise ou d'un secteur. En témoigne la robotisation avancée de l'industrie automobile allemande : en 2016, bien qu'elle soit l'une des industries les plus robotisées au monde, elle comptait plus de 800 000 salariés, soit 100 000 de plus qu'il y a vingt ans, contre 440 000 en France.

Les 800 000 personnes qui exercent le métier de chauffeur en France risquent de voir leur travail changer radicalement avec le développement de l'utilisation des véhicules autonomes. La transformation ne sera pas forcément brutale, mais conduira à orienter le contenu du travail vers des tâches de supervision et d'accueil, ou des tâches que les machines sont incapables de gérer (comme trouver la sonnette, pour un livreur).

« l'IA a aidé les travailleurs hautement qualifiés à accomplir leur travail plutôt que de les remplacer », indique OECD. Mais les effets sur l'emploi pourraient prendre du temps à se matérialiser. Jusqu'à présent, il n'y a guère de preuves d'une diminution de la demande de main-d'œuvre due à l'IA. Les professions hautement qualifiées ont été les plus exposées aux progrès récents de l'IA, mais elles ont également connu des gains d'emploi par rapport aux travailleurs moins qualifiés. Toutefois, l'adoption de l'IA est encore relativement faible et la technologie évolue rapidement, notamment grâce aux progrès récents de l'IA générative. Tout effet négatif sur l'emploi pourrait donc prendre du temps à se matérialiser.

  • L'IA semble compléter les compétences des professions plus exposées et hautement qualifiées. Si l'on considère l'ensemble des technologies d'automatisation, y compris l'IA, les professions les plus exposées au risque d'automatisation sont généralement moins qualifiées et occupées par des travailleurs plus jeunes. En France, 27,4 % des emplois se situent dans des professions présentant le risque d'automatisation le plus élevé, ce qui est très proche de la moyenne de l'OCDE (27 %) ;
  • En 2022, le Conseil d'État a publié une déclaration officielle préconisant l'utilisation de l'IA pour améliorer les services publics. Cette déclaration reconnaît l'importance des ressources humaines et techniques pour mettre en œuvre l'IA dans le secteur public et déclare que la formation des gestionnaires publics est une priorité, de même que le recrutement d'experts en données.



La figure montre les parts d'emploi des professions présentant le risque le plus élevé, c'est-à-dire les professions du quartile supérieur classées selon leur indice d'automatisation. Les résultats sont basés sur une enquête menée auprès d'experts qui ont évalué le degré d'automatisation de 98 compétences et aptitudes. La mesure du risque d'automatisation est ensuite calculée par profession comme la note moyenne pour chaque compétence ou capacité utilisée dans la profession dans toutes les réponses des experts, pondérée par l'importance des compétences ou des capacités dans la profession telle qu'elle est évaluée par O*NET.

Comment l’IA transforme le travail cognitif et suscite des craintes pour l’emploi

Ce qui a changé dans les débats sur la technologie et les travailleurs, c'est le type de travailleurs concernés. Alors que les avancées technologiques du début, du milieu et même de la fin du siècle dernier étaient principalement axées sur les travailleurs manuels, le développement technologique depuis les années 2010, en particulier les progrès rapides de l'apprentissage automatique, est centré sur la capacité des ordinateurs à effectuer des tâches cognitives non routinières et, par conséquent, à affecter potentiellement les cols blancs ou les travailleurs du savoir.

En outre, ces avancées technologiques se sont produites dans le contexte d'une interconnexion beaucoup plus forte des économies à travers le monde, conduisant à une exposition potentiellement plus importante que les applications basées sur la localisation, au niveau de l'usine. Pourtant, malgré ces développements, pour un travailleur moyen, même dans les pays les plus développés, les implications potentielles de l'IA sont restées, jusqu'à récemment, largement abstraites.

Le lancement de ChatGPT a marqué une avancée importante dans l'exposition du public aux outils d'IA. Dans cette nouvelle vague de transformation technologique, les modèles d'apprentissage automatique ont commencé à quitter les laboratoires et à interagir avec le public, démontrant leurs forces et leurs faiblesses dans leur utilisation quotidienne. La fonction de chat a considérablement réduit la distance entre l'IA et l'utilisateur final, tout en fournissant une plateforme pour un large éventail d'applications et d'innovations personnalisées. Compte tenu de ces avancées significatives, il n'est pas surprenant que les inquiétudes concernant les pertes d'emploi potentielles aient refait surface.

L’IA générative, une technologie à usage général aux impacts multiples sur l’emploi

Bien qu'il soit impossible de prédire l'évolution de l'IA générative, les capacités actuelles et le potentiel futur de cette technologie sont au cœur des discussions sur son impact sur l'emploi. Les sceptiques ont tendance à croire que ces machines ne sont rien de plus que de puissants résumeurs de texte, incapables d' « apprendre » et de produire un contenu original, avec peu d'avenir pour une utilisation générale et des coûts informatiques insoutenables.

D'un autre côté, la littérature technique plus récente axée sur l'essai des limites des derniers modèles suggère une capacité croissante à effectuer « des tâches nouvelles et difficiles qui couvrent les mathématiques, le codage, la vision, la médecine, le droit, la psychologie et plus encore », ainsi qu'une capacité générale à produire des réponses présentant certaines formes de « raisonnement » précoce.

Certaines évaluations vont jusqu'à suggérer que les modèles d'apprentissage automatique, en particulier ceux basés sur les grands réseaux neuronaux utilisés par les transformateurs génératifs pré-entraînés (GPT, voir encadré 1), pourraient avoir le potentiel de devenir à terme une technologie à usage général. Cela aurait des effets multiplicateurs sur l'économie et les marchés du travail, étant donné que de nouveaux produits et services naîtraient probablement de cette plateforme technologique.

Les grands modèles de langage (LLM) peuvent être combinés avec d'autres modèles de traitement du langage naturel, tels que la génération de texte à partir de la parole, ce qui permet d'étendre leur interaction avec différents types de tâches humaines. Enfin, le potentiel d'interaction avec le contenu web par le biais d'agents personnalisés et de plugins, ainsi que le caractère multimodal (non exclusif au texte, mais également capable de lire et de générer des images) du GPT-4 font qu'il est probable que ce type de technologie s'étende à de nouveaux domaines, augmentant ainsi son impact sur le travail.

Sources : OIT, OECD

Et vous ?

Êtes-vous d’accord avec l’OIT qui affirme que l’IA ne devrait pas supprimer la majorité des emplois, mais qu’elle met en danger les employés de bureau ?

À votre avis, quelles sont les raisons qui expliquent le faible recours à l’IA par les employeurs français, et comment les inciter à adopter cette technologie ?

Quels sont selon vous, les secteurs, les métiers et les compétences les plus susceptibles d’être affectés par l’IA générative, et comment anticiper et accompagner ces changements ?

Quels peuvent être les scénarios possibles pour l’avenir de l’IA générative, et quels sont les facteurs clés qui influenceront son évolution ?

Voir aussi :

40 % des travailleurs devront se reconvertir au cours des trois prochaines années en raison de l'IA, selon une étude d'IBM

L'IA générative est au sommet des attentes exagérées en matière de technologie des revenus et des ventes, selon Gartner

55 % des organisations ayant déployé l'IA adoptent une stratégie "AI-First" avec de nouveaux cas d'utilisation

« L'intelligence artificielle est un raz-de marée aussi important qu'Internet », d'après le PDG de Microsoft, qui ravive les craintes sur la possible mise au rebut des développeurs humains

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de eddy72
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 24/08/2023 à 0:17
"les employés de bureau sont menacés",
employés de bureau : c'est vaste comme catégorie !
2  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 04/09/2023 à 9:11
plutôt de dire l'ia va remplacer les développeurs ou autres métiers de bureaux, l'ia va réduire le besoin en métier de bureaux.

pour coder une app, il ne sera plus nécessaire d'avoir une équipe de 10 personnes mais de 6-7 personnes par exemple.

cela va néanmoins dans la direction d'un gros dumping social, ce sont les métiers les mieux payé (les cadres) qui vont se faire démolir.
et cela va l'opposé de la vision de l'ia et des robots qu'on nous a vendu, que ca devait supprimer les métiers pénibles et difficile et mal payé, au contraire il ne restera que ces métiers la

cela dit, la crise économique actuel nous montre le revers de la médaille envers les patrons, les ventes de smartphones se sont effondrés par exemple, l'immobilier est en crise dans plains de pays, en Europe, en france et aussi et surtout en chine....
tous ce qui n'est pas indispensable, les gens ne consomme plus/beaucoup moins.

si les cadres sont demain au chômage, c'est la clientèle d'Apple par exemple qui va disparaitre, la clientèle de Renaud, de Peugeot, de air France, de la sncf.... toutes les industries non dispensable et qui coute "cher", un iphone, une voiture neuve, des vacances en avions...etc.
les artisans qui vendent des produits locaux, le poissonnier, le boucher,...etc...

car oui je c'est pas le smicard éboueur qui va acheter sa viande chez le boucher ou le dernier Fairphone ou la nouvelle Peugeot 208.
et qui va aller en vacances à la réunion avec air france.
les cadres sont aujourd'hui la classe moyenne, c'est elle qui tire l'économie vers le haut en consommant.

vous pouvez me répondre c'est bon pour l'écologie tous ca.... oui mais avec le système économique actuel, tous le monde va beaucoup y perdre, les particuliers en confort de vie et les entreprises qui n'auront plus de clients et vont fermer.
les entreprises ne vont plus innover, ne vont plus envoyer de satellites dans lespace, donc la aussi c'est tous le programme ariane qui va s'effondrer car plus de client, donc en France on perdra toute l'industrie aéronautique et aérospatial...etc.

les restaurateurs et les cinémas...etc.
et oui la aussi les cantines et resto le midi sont occupé par les cadres essentiellement, le soir c'est les classes moyennes qui vont au resto en famille.
bref c'est une réaction en chaine qui n'est pas bonne

tous ce qui va rester c'est les industries vendant de la merde pas cher, de la bouffe industriel pas cher de mauvaise qualité, du made in india (la chine c'est trop cher) qui se casse au bout de 1 semaines
2  0 
Avatar de Anselme45
Inactif https://www.developpez.com
Le 04/09/2023 à 10:53
l'IA va donc être responsable de la disparition de 30 millions de places de travail dans les pays à haut revenu?

C'est quoi un pays à haut revenu? Limitons nous aux 27 membres de l'Union Européenne, la Roumanie et la Bulgarie qui ont un salaire moyen de 700 euro/mois, est-ce des pays à haut revenu ou non? Les médiateurs de réseaux sociaux employés par les leaders du numérique en Éthiopie ou au Kenya ne perdront pas leur emploi?

La même OIT à l'origine de ce rapport estime le nombre de travailleurs dans le monde à... 3,3 milliards d'individus.

30 millions au niveau mondial? Autant dire que l'IA n'aura pas plus d'influence sur l'emploi que le foulage de doigt en tapant sur un clavier.

Soit l'IA est un tueur d'emploi et l'OIT minimise les conséquences à venir, soit l'IA n'est qu'un phénomène médiatique qui n'aura aucune influence sur la société en général et il n'y a pas lieu de faire tout le tapage médiatique que l'on fait sur l'IA...

L'avenir nous le dira mais une chose est sûre...Ce chiffre sort d'un chapeau et n'a pas la moindre chance de correspondre à la réalité future¨
0  0 
Avatar de mach1974
Membre averti https://www.developpez.com
Le 05/09/2023 à 7:57
l'IA souffre d'hallucination et a besoin d'être reprise . Même les développeurs existeront toujours avec les 30 langages de ces dernières années, les full stacks étant rares... ahhahh Surtout quand l'IA est basée sur une méthode des scores et n'intègre pas le sens commun. Le sens commun étant un esprit inductif sur les diverses conséquences des faits avec du modèle checking.
Bref aujourd'hui la structure de l'IA ne permet pas de substituer tous les métiers de bureau, sachant que les soit disant nouveaux métiers ont été dépassés par l'évolution des métiers traditionnels.
l'IA est adaptée à des comportements linéaires mais pas des choses exceptionnelles .
Bref l'OIT fantasme comme les investisseurs . On voit cependant que le cours de Bourse de Tesla et des autres Stars de l'IA chutent et que l'éclatement de la Bulle est proche avec une nouveau krach des obligations Américaines comme en 1994.
Donc la seule cause de disparition de certains jobs ou métiers sera de l'innovation organisationnelle sur les protocoles, les simplifications réglementaires...
0  0 
Avatar de epsilon68
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 05/09/2023 à 8:29
Il y en a franchement marre d'entendre parler de l'IA.

est-ce que ca va remplacer tous les devs ?
on se fait déjà remplacer dès que possible par des devs indiens ou équivalents.
alors l'IA changera quoi ? que les devs indiens se fassent remplacer ? est-ce vraiment notre problème ?

le plus gros problème dans notre métier, c'est de comprendre le vrai problème, alors je souhaite que le business se fasse comprendre par chatGPT, et puis peut-être même que l'IA remplacer le business aussi, et finira par diriger le monde. Si les devs sont remplacable, alors tout le monde est remplacable. D'ailleurs le business se fait aussi offshorer en inde.
0  0 
Avatar de SimonKenoby
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 05/09/2023 à 8:52
Ce qui est un peux marrant de mon point de vue, c'est que pour justifier que l'IA va prendre notre place, on nous montre toujours du code très simple généré par une IA. Comme dans l'exemple ici, avoir du code qui génère 3 nombres aléatoires.
Entre avoir une IA qui génére 3 lignes de codes, et un IA qui remplace une équipe comportant des dizaines de développeurs pour écrire des centaines de millier de ligne de code, on y est pas encore.
0  0 
Avatar de pboulanger
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 05/09/2023 à 12:06
L'IA comme les outils de développement intelligent (IDE évolués avec des fonctions de refactoring ou générateurs de patterns) ou les langages simplificateurs (garbage collector qui permet de ne plus avoir à gérer sa mémoire, rust qui propose des outils simplifiant l'écriture de code concurrent, etc...) : tout cela participe à diminuer le besoin en main d'oeuvre mais aussi à diminuer son niveau de qualification. Cette révolution à venir dans l'informatique a déjà eu lieu dans d'autres domaines:
  • dans les chaînes de production on a remplacé les ouvriers par des robots; et pour gérer plusieurs robots on a plus besoin que d'un technicien
  • dans le monde des dessinateurs projeteurs, l'arrivée des outils de CAO ont permis d'avoir besoin de moins de dessinateurs pour faire la même tâche et aujourd'hui il existe des formations en 462h alors qu'avant il fallait un BAC+2 ou BAC+3. De plus le rôle de l'ingénieur superviseur (trouver les erreurs) étant moins long, on a une ration dessinateur/ingénieur plus important (donc moins d'ingénieurs).

Pour faire un site web, aujourd'hui ce sont des artistes qui s'en chargent quand, au début des années 2000, c'étaient des développeurs.
0  0