IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

IA et musique : des artistes de renom parmi des centaines d'autres mettent en garde contre le remplacement des musiciens par l'IA,
Et une menace existentielle pour leurs moyens de subsistance

Le , par Bruno

11PARTAGES

6  0 
Des artistes musicaux de renom, dont Pearl Jam, Nicki Minaj et Billie Eilish, se sont joints à plus de 200 autres dans une lettre ouverte de l'Alliance des droits des artistes, critiquant l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) dans la création musicale. Cette lettre appelle à mettre fin à l'utilisation de l'IA qui porte atteinte aux droits des artistes humains, dénonçant ainsi une menace existentielle pour leur art. La protestation contre l'IA générative s'étend désormais à divers domaines créatifs, y compris la musique, en raison de préoccupations concernant la violation des droits d'auteur et la dévalorisation du travail artistique. Les artistes soulignent les risques posés par l'utilisation irresponsable de l'IA, mentionnant des cas où des entreprises ont utilisé des données protégées par le droit d'auteur pour former des modèles d'IA sans autorisation.

Bien que certains voient le potentiel de l'IA pour stimuler la créativité humaine, les artistes mettent en garde contre une éventuelle diminution des redevances et une dégradation de la valeur de leur travail. Ils appellent à une action pour empêcher l'IA de remplacer ou de dévaluer le travail des artistes humains, soulignant la nécessité d'une rémunération équitable. Cette lettre met en lumière le débat émergent sur le rôle de l'IA dans la création artistique et appelle à une réflexion sur la protection des droits et de la créativité humaine dans un paysage technologique en évolution.

Damien Riehl et Noah Rubin, deux musiciens, viennent de trouver une astuce en vue de libérer les mélodies et les musiciens qui les utilisent des éventuelles poursuites pour plagiat : générer toutes les combinaisons possibles de mélodies à partir de huit notes et de douze temps à l’aide d’un algorithme, afin d’enregistrer chacune d’elles sous format MIDI. Les deux musiciens, Riehl étant également développeur et avocat spécialiste du droit d’auteur, s’efforcent ensuite de mettre sous la licence libre Creative Commons Zero ces productions ainsi générées. L’idée est d’éviter que les utilisateurs des œuvres protégées de manière involontaire ne soient victimes de poursuite judiciaire.


L'alliance, qui est dirigée par des vétérans de l'industrie, a déclaré dans la lettre qu'elle pense que l'IA a un « énorme potentiel » pour faire progresser la créativité humaine d'une manière qui pourrait créer des expériences nouvelles et passionnantes pour les fans, mais qu'elle devrait être utilisée de manière responsable. Ses préoccupations portent sur l'atteinte à la vie privée des artistes, l'utilisation de leur identité sans leur consentement et l'utilisation de leur musique pour entraîner des modèles d'IA. « Certaines des entreprises les plus grandes et les plus puissantes utilisent, sans autorisation, notre travail pour former des modèles d'IA », peut-on lire dans la lettre.

Ces efforts visent directement à remplacer le travail des artistes humains par des quantités massives de « sons » et d'« images » créés par l'IA, qui diluent considérablement les droits d'auteur versés aux artistes. L'alliance demande aux développeurs, aux entreprises technologiques et aux plateformes proposant de la musique en ligne de s'engager à ne pas développer ou déployer d'outils ou de contenus de génération de musique par l'IA qui « saperaient ou remplaceraient le travail artistique humain des auteurs-compositeurs et des artistes, ou nous priveraient d'une juste rémunération pour notre travail ».

Jen Jacobsen, directrice exécutive de l'alliance, a déclaré : « S'il existe des services et des plateformes qui inondent le marché de contenu généré par l'IA, cela devient une mer de bruit, honnêtement, dont une grande partie n'est pas créée par l'homme, et cela dilue donc la réserve de droits d'auteur. » « Il y a donc beaucoup de musique qui n'est pas payée aux artistes humains. Et ceux qui créent de la musique ne reçoivent pas les redevances qui leur sont dues ».

Phil Kear, secrétaire général adjoint du syndicat des musiciens, a déclaré que de nombreux musiciens au Royaume-Uni utilisaient déjà l'IA de différentes manières. « Mais je pense qu'en termes d'IA générative, où il s'agit d'ingérer en masse des œuvres protégées par le droit d'auteur qui existent déjà, je pense que cela ne peut pas continuer sans aucun paiement ni aucune forme de reconnaissance des artistes et créateurs originaux », a-t-il ajouté.

La dernière chanson des Beatles, Now and Then, avec les quatre membres et l'IA, a été dévoilée au public, mettant en vedette les quatre membres du groupe. Le morceau inclut la voix de John Lennon et le jeu de guitare de George Harrison. Sir Paul McCartney et Sir Ringo Starr ont achevé la chanson en utilisant une technologie de restauration audio spécialement développée pour le réalisateur Peter Jackson. Cette technologie a permis de nettoyer et d'intégrer la démo originale de Lennon. Attendue avec grande impatience par les fans du monde entier, Now And Then a été initialement écrite et enregistrée par John Lennon à la fin des années 1970. La chanson est sortie en tant que double face A avec le premier album du groupe, Love Me Do, paru en 1962.

Après le décès de Lennon en 1980, à l'âge de 40 ans, sa femme Yoko Ono a remis la cassette du morceau aux membres restants du groupe, accompagnée d'enregistrements bruts de Free As A Bird et Real Love, qui ont été retravaillés et publiés au milieu des années 1990. À cette époque, les membres survivants des Beatles (dont George Harrison, décédé en 2001) ont également travaillé sur Now And Then, mais ont choisi de ne pas la publier. Ils ont attribué cette décision aux limitations technologiques de l'époque, qui rendaient difficile l'extraction claire des voix de Lennon. Cependant, grâce à une nouvelle technologie de restauration audio, la démo originale de Lennon a pu être nettoyée et intégrée, ainsi que les enregistrements des guitares électrique et acoustique de Harrison pour la version de 1995.

Cette lettre est le dernier développement en date d'un mouvement plus large de l'industrie contre l'utilisation de l'IA générative lorsqu'elle entraîne une violation des droits d'auteur et des droits des travailleurs. En mars, le Tennessee est devenu le premier État américain à adopter une loi visant à protéger les musiciens contre la génération de leur voix par l'IA à des fins commerciales. Cette loi entrera en vigueur au début du mois de juillet.

L'Union européenne a récemment approuvé le premier grand ensemble de règles régissant l'intelligence artificielle au monde. Les organismes de l'industrie musicale, dont la CISAC, l'association des compositeurs, ont salué cette initiative qui donne aux musiciens les outils nécessaires pour faire respecter leurs droits sur leurs œuvres. La loi européenne sur l'intelligence artificielle divisera la technologie en catégories de risque, avec des exigences différentes pour chaque niveau.

Perspectives contradictoires et débats intenses

Les nombreux avis exprimés sur ce sujet soulignent l'intérêt considérable que suscite la question de l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) dans la création musicale. Deborah W.A. Foulkes, du MITI, exprime fermement son opposition à l'idée de remplacer la musique créée par des artistes humains par des productions générées par l'IA.

Pour elle, la connexion émotionnelle entre l'artiste et l'auditeur est une expérience profondément humaine qui ne peut être reproduite par la technologie. Elle souligne que l'IA risque de créer un monde déshumanisé et aliénant, remettant en question la valeur même de notre civilisation. Malgré ces inquiétudes, elle reste déterminée à défendre l'idée que l'IA doit être régulée de manière à servir le bien-être, la créativité et l'épanouissement de l'homme.

En revanche, Chase Emmons adopte un point de vue plus controversé en suggérant que l'IA pourrait effectivement supplanter la musique populaire, mais que la demande pour la musique humaine restera forte en raison de son caractère unique et de son authenticité. Il croit que les artistes humains deviendront encore plus précieux dans un paysage culturel dominé par l'IA.

Albert Fong souligne les préoccupations croissantes de l'industrie musicale face à l'utilisation non autorisée de leur travail par les entreprises d'IA pour former des modèles. Il met en garde contre les conséquences potentielles d'une réglementation inadéquate de l'IA, qui pourrait paralyser les industries créatives ou étouffer l'innovation dans le domaine de l'IA.

David Usher partage son expérience avec la musique générée par l'IA et note les progrès significatifs dans ce domaine. Il exprime à la fois un sentiment de tristesse face à l'avènement de cette technologie et un espoir pour l'avenir, en soulignant la nécessité de trouver des moyens de soutenir la musique humaine dans un paysage numérique de plus en plus saturé par l'IA.

Il est indéniable que l'intelligence artificielle (IA) représente une avancée technologique majeure avec un potentiel considérable pour diverses applications. Cependant, l'utilisation de l'IA dans le domaine de la création artistique suscite légitimement des préoccupations. L'initiative des artistes, menée par des figures telles que Pearl Jam, Nicki Minaj et Billie Eilish, mérite d'être saluée pour avoir soulevé ces questions cruciales.

L'IA générative soulève des problèmes éthiques et juridiques sérieux, notamment en ce qui concerne les droits d'auteur et la reconnaissance du travail artistique. Le fait que des entreprises puissantes utilisent des œuvres protégées par le droit d'auteur sans autorisation pour entraîner des modèles d'IA est inacceptable. Cette pratique non seulement viole les droits des artistes, mais risque également de dévaluer leur travail et de réduire leurs revenus.


L'argument selon lequel l'IA pourrait stimuler la créativité humaine est contestable. En réalité, la prolifération de contenu généré par l'IA pourrait noyer les voix des artistes humains et créer un paysage culturel uniformisé, privant les créateurs de leur individualité et de leur capacité à être rémunérés équitablement pour leur travail.

Les mesures législatives prises, telles que la loi adoptée par le Tennessee pour protéger les musiciens contre l'utilisation commerciale de leur voix générée par l'IA, ainsi que les règles de l'Union européenne sur l'IA, sont des pas dans la bonne direction. Elles reconnaissent l'importance de protéger les droits des artistes et de garantir une rémunération juste pour leur travail.

En définitive, il est impératif que les développeurs, les entreprises technologiques et les plateformes musicales prennent des mesures pour garantir que l'IA est utilisée de manière responsable et respectueuse des droits des artistes. L'initiative des artistes pour défendre leurs droits et promouvoir une créativité authentique et rémunératrice est louable et mérite un soutien continu de la part de l'industrie et des législateurs.

Source : CBS Chicagob

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Comment l'utilisation de l'IA dans la musique peut-elle potentiellement violer les droits d'auteur des artistes et dévaloriser leur travail ?

Quels sont les contre-arguments possibles en faveur de l'utilisation de l'IA dans la musique, malgré les préoccupations soulevées par les artistes ?

Voir aussi :

Deux musiciens utilisent un algorithme pour générer toutes les combinaisons possibles de mélodies et les mettent sous licence CC0, afin de mettre fin à des poursuites en matière de droits d'auteur

La dernière chanson des Beatles, "Now and Then", avec les quatre membres et l'IA, est sortie, le morceau comprend la voix de John Lennon et la guitare de George Harrison

La maison de disque Capitol Records est contraint d'abandonner son rappeur virtuel, FN Meka, créé par une intelligence artificielle, suite à des réactions négatives dues à des "stéréotypes grossiers"

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de _toma_
Membre averti https://www.developpez.com
Le 12/04/2024 à 2:30
le système comporte des mesures intégrées pour identifier et bloquer les pistes qui ressemblent de trop près au travail d'artistes spécifiques, garantissant ainsi que la musique générée reste originale.
Parce que les petits artistes, en plus de pas être des stars et de pas avoir fait fortune, ils sont pas originaux. Ils seront flattés du compliment j'imagine ;-).

J'ai du mal à comprendre l'intérêt de ce genre d'outil. Si tu sais pas faire de musique, pourquoi te mettre à en générer ?
Je peux comprendre qu'on veuille apprendre à jouer d'un instrument, qu'on prenne plaisir à reproduire des morceaux et pour finalement peut-être un jour arriver à en composer.
Mais Mme Michu, pourquoi est-ce qu'elle aurait besoin de générer de la musique ? Pour l'écouter en boucle ? Pour la partager avec ses amis qui peuvent eux-même en faire autant ?
Non vraiment, je comprends pas.
Pour l'intégrer dans un court métrage, un spectacle ou dans un podcast peut-être. Mais là c'est plus Mme Michu.
3  0 
Avatar de foxzoolm
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 12/04/2024 à 6:57
quali...
mais perso, je prefere suno.ai
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/04/2024 à 11:25
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Ces nouveaux outils d'IA ont-ils la capacité de révolutionner la création musicale ?
Non. Ce n'est pas en générant aléatoirement de la musique que l'on pourra y trouver un rapport sensible.
Ces outils d'IA peuvent par contre révolutionner la génération industriel de musique.

Quelles sont les préoccupations que posent ces systèmes d'IA de génération de musique ?
Quels impacts pourraient-ils avoir sur l'industrie musicale ? Constituent-ils une menace existentielle ?
Oui, ils constituent une menace sur une partie du secteur. A peu près comme pour l'IA générative d'images.
Ce genre d'IA n'est utile que dans un système industrialisé, où ça fait longtemps que la création et l'art sont relégués loin derrière. Dans se domaine, on standardise tout, c'est de pire en pire, il y a de moins en moins de place pour la créativité.
On demande à la musique de film de faire un "style musique de film" à la musique "de rue" de faire un "style musique de rue" à la musique d'ambiance de faire un "style musique d'ambiance" ect... (je suis musiciens, j'en sais quelque chose).
Ça semble exactement pareil pour le domaine visuel.
Dan ce contexte, l'IA ne peux que gagner.

Pour faire perdre l'IA, le seul moyen est de sortir du système industriel qui normalise tout.
1  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 15/05/2024 à 11:06
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Quelle est votre position sur la musique créée par l'IA : êtes-vous en faveur ou opposé ?
L'industrie musicale est-elle prête pour la montée en puissance de la musique générée par l'IA en 2024 ?
Comment l'industrie musicale peut-elle garantir que les droits d'auteur des artistes originaux sont protégés face à la montée en puissance de la musique générée par l'IA ?
L'IA fait de la bonne musique d'ascenseur et parfois, par accident, une bonne musique.
Mais une partie des musiques générées suffisent à l'auditeur moyen.
Je penses que les producteurs sont plus que prêt à se passer de groupes pour les remplacer par des "personnalités" bien plus malléables. Et même 0.1% "d'artistes IA" compenseront la perte que représente les autres.
Mon environnement musical vit une révolution en fusionnant des genres considérés comme incompatibles (merci les artistes asiatiques qui mélangent tout sans complexe), ça génère pas mal de mauvais groupes mais ceux qui ont compris la recette explosent et ils n'ont rien à craindre de l'IA (tant qu'ils ne font pas leurs clips avec).
Depuis que le sample existe les droits d'auteur sont plus ou moins bien respectés donc je ne suis pas sur qu'il faille vraiment s'en tracasser.

Je penses aussi que la facilité des groupes à diffuser leur musique est ce qui protègera le mieux les groupes de l'IA.
L'IA va se nourrir de millions de musiques médiocres pour en créer une qui sera à l'image de ses sources.
Voir à un moment l'IA va s'auto nourrir de ses propres compositions pour devenir une machine à produire des choses que personne ne voudra écouter.
1  0 
Avatar de foxzoolm
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 12/04/2024 à 7:10
Citation Envoyé par _toma_ Voir le message

J'ai du mal à comprendre l'intérêt de ce genre d'outil.
parce que c'est fun;..
comme avec n'import quel jouet...

parce que faut pas deconner...
c'est quand meme un jouet...

je pense que ca pourrais avoir un impact super positif sur la création...
maintenant que la "merde" est a porté de n'import qui...
les artistes vont etre obligés de faire du quali...
2  2 
Avatar de Guesset
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 13/04/2024 à 19:16
Bonjour,

Les AI ne créent pas, ils régurgitent un apprentissage en le sollicitant au hasard jusqu'à s'approcher de l'objectif assigné. Un peu comme beaucoup de productions (et non créations) actuelles.

Ce qu'on peut espérer est que cela entraîne une production ad nauseam qui finisse par être vue comme un repoussoir, laissant un boulevard aux créateurs... avant que les AI n''intègrent leurs styles.

Les AI sont fondamentalement des conservateurs par construction. Elles s'appuient sur un existant éventuellement biaisé par la base d'apprentissage et les filtres d'acquisition.

Si on leur enseigne à juger des photos noir & blanc et qu'on leur présente des photos couleurs elles seront dans l'impossibilité de porter un jugement sain. Mais, hélas, cela ne les empêchera pas de porter un jugement sur la photo en omettant (filtre/conversion) les composantes colorimétriques.

Tant que l'auto-apprentissage ne sera pas généralisé, ce type de comportement de faiseur restera. L'auto-apprentissage posera d'autres problèmes dont le cadrage de l'acquisition de compétences. Comme des enfants ?

Salutations
0  0