IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Federal Trade Commission lance une enquête sur les contrats de plusieurs milliards de dollars conclus par Microsoft, Amazon et Google,
Dans les jeunes entreprises d'IA OpenAI et Anthropic

Le , par Bruno

5PARTAGES

5  0 
La Federal Trade Commission (FTC) a lancé une enquête sur les investissements de plusieurs milliards de dollars effectués par Microsoft, Amazon et Google dans les jeunes entreprises d'intelligence artificielle OpenAI et Anthropic. Cette initiative vise à élargir les efforts régulateurs pour contrôler l'influence des géants de la technologie sur le domaine de l'intelligence artificielle (IA). Les accords en question ont permis aux grandes entreprises d'établir des liens étroits avec des start-ups concurrentes, tout en échappant en grande partie aux contrôles gouvernementaux.

L'enquête de la FTC se concentrera sur la manière dont ces investissements modifient le paysage concurrentiel et pourrait être le prélude à des enquêtes antitrust plus approfondies. Les entreprises telles que Microsoft, Amazon, Google, OpenAI et Anthropic seront appelées à décrire leur influence sur leurs partenaires et à fournir des documents internes éclairant les accords et leur impact potentiel sur la concurrence.



En 2019, Microsoft et OpenAI ont annoncé un partenariat visant à développer des technologies d'intelligence artificielle sur le service de cloud computing Azure de Microsoft, avec un investissement initial de 1 milliard de dollars de la part de Microsoft. Ce partenariat permettait à OpenAI de bénéficier de la puissance de calcul de Microsoft Azure.

L'année dernière, les médias ont rapporté des discussions en cours concernant un nouvel investissement de Microsoft dans OpenAI, cette fois-ci estimé à 10 milliards de dollars, ce qui valoriserait la société à 29 milliards de dollars. Cette initiative reflète un intérêt croissant pour OpenAI, principalement attribuable aux performances impressionnantes de son chatbot, ChatGPT. Si cet accord se concrétise, il marquera le deuxième investissement de Microsoft dans OpenAI, le premier ayant été réalisé en 2019.

Google a investi environ 300 millions de dollars dans Anthropic, une startup spécialisée dans l'intelligence artificielle. En contrepartie de cet investissement, Google aurait acquis une participation de 10 % dans Anthropic, et la startup serait tenue d'acheter des ressources de cloud computing à Google.

Parallèlement, Amazon a manifesté son intention d'investir jusqu'à 4 milliards de dollars dans Anthropic, intensifiant ainsi la concurrence avec des acteurs majeurs tels que Microsoft, Meta, Google et Nvidia dans le secteur en plein essor de l'intelligence artificielle. Cette injection massive de capital témoigne de l'expansion agressive d'Amazon dans le domaine de l'IA générative.

Dans un premier temps, Amazon prévoit d'injecter 1,25 milliard de dollars pour acquérir une participation minoritaire dans Anthropic. À l'instar de Google avec Bard et de Microsoft avec OpenAI soutenant ChatGPT, Anthropic a développé son propre chatbot IA, appelé Claude 2.

Google a également convenu d'investir jusqu'à 2 milliards de dollars dans Anthropic, comme l'a confirmé un porte-parole de la startup. Initialement, Google a investi 500 millions de dollars dans le concurrent OpenAI et prévoit d'ajouter 1,5 milliard de dollars au fil du temps, soulignant ainsi son intérêt soutenu dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Les enquêtes de la FTC, de l'autorité britannique et de la Commission européenne sur les investissements dans l'IA

La présidente de la FTC, Lina Khan, a souligné que l'objectif de l'étude était de déterminer si les investissements des grandes entreprises risquent de fausser l'innovation et de nuire à une concurrence loyale. Cette enquête marque le premier effort majeur de l'agence pour comprendre comment les entreprises utilisent les partenariats et les investissements pour étendre rapidement leur influence dans le domaine de l'IA.

Des régulateurs internationaux, tels que l'autorité britannique de la concurrence et des marchés et la Commission européenne, examinent également certains des investissements des grandes entreprises technologiques dans des start-ups d'IA. Les résultats de cette enquête pourraient servir de base à d'autres enquêtes antitrust fédérales pour déterminer d'éventuelles violations de la législation.

La FTC a précisé qu'elle solliciterait des détails sur les accords, notamment la possibilité d'obtenir des droits au conseil d'administration ou d'autres droits de regard mutuels entre les grandes entreprises et les start-ups. Cette enquête intervient dans un contexte où les liens entre les géants de la technologie et les jeunes pousses de l'IA font l'objet d'une attention croissante, soulignée par le récent limogeage du directeur général d'OpenAI et les questions sur l'influence de Microsoft.

En réaction, des représentants de Microsoft et Google ont défendu ces partenariats, affirmant qu'ils favorisent la concurrence et accélèrent l'innovation. La FTC, avec ses pouvoirs supplémentaires pour mener des études publiques, cherche à mieux comprendre le comportement spécifique des entreprises et son impact sur l'économie dans le contexte du marché émergent de l'IA.

Les accords ont permis aux grandes entreprises de nouer des liens étroits avec leurs rivaux plus modestes tout en échappant à la plupart des contrôles gouvernementaux. Microsoft a investi des milliards de dollars dans OpenAI, le fabricant de ChatGPT, tandis qu'Amazon et Google ont chacun engagé des milliards de dollars dans Anthropic, une autre start-up de premier plan dans le domaine de l'IA.

Les régulateurs se sont généralement concentrés sur les poursuites antitrust engagées contre les opérations par lesquelles les géants de la technologie achètent purement et simplement des rivaux ou utilisent les acquisitions pour se développer dans de nouvelles activités, ce qui entraîne une augmentation des prix pour les consommateurs et d'autres préjudices, et ils n'ont pas régulièrement contesté les participations que les entreprises achètent dans des start-ups. L'enquête de la FTC portera sur la manière dont ces opérations d'investissement modifient le paysage concurrentiel et pourrait servir de base à d'éventuelles enquêtes menées par les autorités fédérales de régulation antitrust pour déterminer si ces opérations ont enfreint la législation.

La FTC a indiqué qu'elle demanderait à Microsoft, OpenAI, Amazon, Google et Anthropic de décrire l'influence qu'ils exercent sur leurs partenaires et la manière dont ils collaborent pour prendre des décisions. L'agence a également indiqué qu'elle leur demanderait de fournir tout document interne susceptible d'éclairer les accords et leur impact potentiel sur la concurrence. « Notre étude permettra de déterminer si les investissements et les partenariats réalisés par des entreprises dominantes risquent de fausser l'innovation et de nuire à une concurrence loyale », a déclaré Lina Khan, présidente de la FTC, dans un communiqué.

L'enquête est le premier effort majeur de l'agence pour comprendre la façon dont les entreprises utilisent les partenariats et les investissements pour étendre rapidement leur influence dans l'I.A. Mme Khan, qui a été nommée en 2021, a longtemps fait pression pour moderniser la façon dont le gouvernement déploie la loi antitrust. L'année dernière, son agence a notamment intenté une action antitrust contre Amazon, l'accusant d'augmenter artificiellement les prix, et a demandé aux tribunaux d'adopter des théories plus novatrices sur la manière dont les entreprises peuvent nuire à l'économie.

D'autres régulateurs internationaux examinent également certains des investissements des grandes entreprises technologiques dans les jeunes pousses de l'intelligence artificielle. Le mois dernier, l'autorité britannique de la concurrence et des marchés (Competition and Markets Authority) a déclaré qu'elle examinait si l'accord entre Microsoft et OpenAI constituait une fusion relevant de sa compétence et susceptible de nuire à la concurrence dans l'économie. La Commission européenne a également déclaré qu'elle examinait si ses lois antitrust pouvaient s'appliquer.

Dans une déclaration, Rima Alaily, l'une des principales avocates de Microsoft en matière de concurrence, a déclaré que les États-Unis avaient « assumé une position de leader mondial en matière d'intelligence artificielle parce que d'importantes entreprises américaines travaillent ensemble ». Elle a ajouté que les partenariats, y compris celui de Microsoft avec OpenAI, « favorisent la concurrence et accélèrent l'innovation ».

Un porte-parole de Google, Peter Schottenfels, a déclaré que l'entreprise espérait que l'étude « mettrait en lumière » les entreprises qui « ont une longue tradition de verrouillage des clients » et qui adoptent la même approche lorsqu'elles construisent des outils d'IA. Il a ajouté que l'activité cloud computing de Microsoft disposait d'une licence exclusive pour utiliser les modèles d'I.A. d'OpenAI, tandis que l'accord conclu par Google avec Anthropic n'impliquait pas de droits techniques exclusifs.

Brad Smith, président de Microsoft, a déclaré dans un message sur les réseaux sociaux en décembre que l'entreprise avait « forgé un partenariat avec OpenAI qui a favorisé l'innovation et la concurrence en matière d'IA, tout en préservant l'indépendance des deux entreprises ». Il a ajouté que cet accord était « très différent d'une acquisition ».

Le FTC et le ministère de la justice, qui examinent les fusions d'entreprises et déterminent si elles sont susceptibles de nuire à la concurrence, se sont répartis ces dernières années la responsabilité d'enquêter pour déterminer si les géants de la technologie ont enfreint les lois antitrust. La FTC a engagé des poursuites antitrust contre Amazon et Meta, tandis que le ministère de la justice a poursuivi Google et enquête sur le comportement d'Apple.

La FTC dispose de pouvoirs supplémentaires pour produire des études publiques qui examinent le comportement spécifique des entreprises et ses effets sur l'économie. En 2021, par exemple, elle a publié un rapport qui examinait les acquisitions des géants de la technologie et conclu que nombre d'entre elles n'étaient pas assez importantes pour répondre aux critères d'un examen obligatoire par le gouvernement. Plus récemment, l'agence a mené une enquête sur la manière dont les entreprises de médias sociaux et les plateformes vidéo gèrent la publicité trompeuse.

Les liens entre les géants de la technologie et les jeunes pousses de l'intelligence artificielle font l'objet d'une attention accrue depuis novembre, lorsque le conseil d'administration d'OpenAI a évincé son directeur général, Sam Altman. Dans les jours chaotiques qui ont suivi, le directeur général de Microsoft, Satya Nadella, a conseillé Altman et lui a ensuite proposé de l'embaucher directement ainsi que son équipe, ce qui a soulevé des questions sur l'influence de Microsoft sur les opérations de la start-up. Altman est finalement retourné à OpenAI.

Dans le cadre de l'enquête de jeudi, la FTC demandera à Microsoft, Amazon, Alphabet, la société mère de Google, OpenAI et Anthropic des détails, notamment si les accords conclus entre les géants et les start-ups impliquées prévoient des droits sur des sièges au conseil d'administration ou d'autres droits de regard les uns sur les autres. Microsoft a obtenu un siège au conseil d'administration d'OpenAI en novembre, mais n'a pas le droit de voter sur ses décisions.

Microsoft s'est engagé à verser 13 milliards de dollars pour une participation de 49 % dans la start-up. L'entreprise s'est efforcée de maintenir sa part en dessous de 50 % en raison de préoccupations antitrust, comme l'a précédemment rapporté le New York Times. Amazon a déclaré qu'il investirait jusqu'à 4 milliards de dollars dans Anthropic. Google s'est engagé à investir plus de 2 milliards de dollars dans Anthropic.

L'étude pourrait être suivie d'une enquête plus formelle visant à déterminer si les accords entre les entreprises violent les lois antitrust. Des fonctionnaires de la FTC et du ministère de la justice ont discuté pour savoir quelle agence serait chargée d'examiner l'accord entre Microsoft et OpenAI, selon une personne au fait du dossier qui a parlé sous le couvert de l'anonymat en raison du caractère confidentiel des discussions.

Un porte-parole de la FTC a déclaré que l'étude était un premier pas vers la compréhension d'un nouveau marché technologique et que les conclusions pourraient être utilisées par l'une ou l'autre agence. William Kovacic, ancien président de l'agence, a déclaré que l'étude permettrait aux fonctionnaires de mieux comprendre une « question technologique formative » après des années de critiques selon lesquelles l'agence avait été lente à traiter les problèmes de concurrence dans l'économie. « Il s'agit d'une stratégie visant à prendre de l'avance sur le problème », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, la FTC a ouvert l'année dernière une enquête pour déterminer si ChatGPT avait porté préjudice aux consommateurs et, plus généralement, si la technologie pouvait être utilisée pour commettre des fraudes. (Le Times a poursuivi Microsoft et OpenAI pour l'utilisation d'œuvres protégées par le droit d'auteur). « L'engagement national de longue date de l'Amérique en faveur d'une concurrence loyale et ouverte a été un élément essentiel de ce qui a fait de ce pays une puissance économique et un laboratoire d'innovation », a déclaré Khan dans un article publié par le Times l'année dernière. « Nous nous trouvons une fois de plus à un point de décision clé.

Préoccupations légitimes quant à la concentration de pouvoir et aux possibles distorsions de la concurrence dans le domaine de l'IA

L'investissement massif de Microsoft, Amazon et Google dans les jeunes entreprises d'intelligence artificielle OpenAI et Anthropic suscite des préoccupations légitimes quant à la concentration de pouvoir et aux possibles distorsions de la concurrence dans le domaine de l'IA.

Tout d'abord, ces investissements représentent une consolidation importante de pouvoir entre quelques grandes entreprises technologiques, renforçant leur influence sur un secteur technologique crucial. Cela soulève des inquiétudes quant à la diversité et à l'innovation dans le domaine de l'IA, avec la possibilité que les petites entreprises soient évincées et que l'expansion de la technologie soit fortement dictée par les intérêts des géants de la technologie.

De plus, la nature opaque de ces accords soulève des préoccupations supplémentaires. Le manque de transparence quant aux détails des accords entre les grandes entreprises et les start-ups d'IA crée un environnement propice à des pratiques commerciales potentiellement anticoncurrentielles. Les autorités régulatrices, telles que la FTC, ont raison de demander des documents internes pour mieux comprendre la nature de ces partenariats et évaluer leur impact réel sur la concurrence.


La présidente de la FTC, Lina Khan, souligne judicieusement que l'objectif de cette étude est de déterminer si les investissements des grandes entreprises risquent de fausser l'innovation et de nuire à une concurrence loyale. C'est un pas important pour comprendre comment les partenariats et les investissements sont utilisés pour étendre rapidement l'influence dans le domaine de l'IA, un secteur crucial pour l'avenir. La participation d'autres régulateurs internationaux, tels que l'autorité britannique de la concurrence et des marchés et la Commission européenne, souligne l'importance mondiale de réglementer ces investissements dans le contexte de l'économie numérique mondiale.

L'investissement massif de Microsoft, Amazon et Google dans OpenAI et Anthropic soulève des préoccupations légitimes quant à la concentration de pouvoir, la transparence des accords, la gouvernance éthique et l'impact sur la concurrence. Les régulateurs doivent agir de manière vigilante pour garantir que ces investissements ne compromettent pas l'avenir de l'IA en favorisant une influence disproportionnée de quelques géants technologiques.

L'influence disproportionnée de ces grandes entreprises sur le développement de l'IA peut également être problématique du point de vue de la gouvernance et de l'éthique. Ces géants technologiques peuvent avoir une influence démesurée sur les orientations éthiques et les choix de développement dans l'IA, ce qui soulève des préoccupations quant à la responsabilité et à la neutralité de la technologie.

De plus, les investissements massifs de Microsoft, Amazon et Google dans ces start-ups pourraient créer un déséquilibre potentiel dans le jeu concurrentiel, décourageant d'autres entreprises d'entrer sur le marché de l'IA en raison de la domination apparente de ces grandes entreprises. Cela pourrait entraver l'innovation et réduire la variété des approches dans le domaine de l'IA.

Enfin, la défense des représentants de Microsoft et Google, qui soutiennent que ces partenariats favorisent la concurrence et l'innovation, semble avant tout être une stratégie pour maintenir le statu quo. Il est essentiel d'adopter une approche critique et de ne pas accepter ces déclarations sans un examen approfondi de l'impact réel de ces investissements sur la concurrence, l'innovation et la diversité dans le secteur de l'IA.

Source : FTC

Et vous ?

Pensez-vous que les investissements pourraient potentiellement affecter l'innovation et la diversité dans le secteur de l'IA, en particulier en ce qui concerne les petites entreprises et les startups qui pourraient être évincées par la concentration de pouvoir ?

À votre avis, quelles mesures les régulateurs devraient-ils prendre pour garantir une concurrence équitable et éviter tout abus de position dominante dans le domaine de l'IA ?

Voir aussi :

Microsoft serait en pourparlers pour investir 10 milliards de dollars dans OpenAI, le propriétaire de ChatGPT, ce qui devrait donner à la firme de Redmond un accès plus étroit aux produits d'OpenAI

Microsoft investit 1 Md$ dans OpenAI, la société fondée par Elon Musk, qui tente de développer une IA, semblable à l'intelligence humaine

Google investit 300 M$ dans la start-up d'IA Anthropic, fondée par d'anciens chercheurs d'OpenAI, la société a construit son propre chatbot généraliste, un rival de ChatGPT nommé Claude

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !