IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une artiste reçoit le premier enregistrement américain connu de droits d'auteur pour une œuvre d'art générée par l'IA
Pendant que se tient un vif débat en ligne sur l'éthique de l'art de l'IA

Le , par Nancy Rey

1PARTAGES

7  0 
En quelques mois, le marché des outils de création d’images assistée par IA a évolué à très grande vitesse. Certains se sont ouverts au grand public et sont en train de créer une petite révolution. Dans ce qui pourrait être une première, un artiste basé à New York nommé Kris Kashtanova a reçu l'enregistrement d'un droit d'auteur américain pour son roman graphique qui comporte des œuvres générées par l'IA, selon son flux Instagram. L'enregistrement, qui a prit effet le 15 septembre, s'applique à une bande dessinée intitulée Zarya of the Dawn. Kashtanova a créé l'œuvre d'art pour Zarya en utilisant Midjourney, un service commercial de synthèse d'images. L'enregistrement de la bande dessinée assistée par l'IA intervient au milieu d'un vif débat en ligne sur l'éthique de l'art de l'IA.


La photographe Kris Kashtanova a publié une bande dessinée intitulée Zarya of the Dawn en utilisant Midjourney. Elle a reçut le premier enregistrement américain connu de droits d'auteur pour une œuvre d'art générée par l'IA. Dans son post annonçant la nouvelle mardi, Kashtanova a écrit :

« J'ai obtenu le droit d'auteur de l'Office du droit d'auteur des États-Unis pour mon roman graphique généré par la technologie Aï. J'ai été ouvert à la façon dont il a été fait et j'ai mis Midjourney sur la page de couverture. Il n'a pas été modifié d'une autre manière. Juste de la façon dont vous l'avez vu ici.

J'ai essayé de faire valoir que nous possédons des droits d'auteur lorsque nous faisons quelque chose en utilisant l'IA. Je l'ai enregistré comme un travail d'art visuel. Mon certificat est dans le courrier et j'ai reçu le numéro et une confirmation aujourd'hui qu'il a été approuvé.

Mon ami avocat m'a donné cette idée et j'ai décidé de créer un précédent. »

D'après leur annonce, Kashtanova a presenté l'enregistrement en disant que son travail artistique était assisté par l'IA, mais pas entièrement créé par l'IA. Kashtanova a écrit l'histoire de la bande dessinée, créé la mise en page et fait des choix artistiques pour assembler les images.

Il est probable que des artistes aient déjà enregistré des œuvres créées par des machines ou des algorithmes, car l'histoire de l'art génératif remonte aux années 1960. Mais c'est la première fois, à notre connaissance, qu'un artiste a enregistré un droit d'auteur pour une œuvre créée par la récente série de modèles de synthèse d'images alimentés par la diffusion latente, qui a été un sujet de controverse parmi les artistes.

La question de savoir si les œuvres d'art créées par l'IA peuvent être protégées par des droits d'auteur a fait l'objet de nombreux articles au cours des derniers mois. Hier encore, nous écrivions que Getty Images interdisait les œuvres créées par l'IA sur son site en raison de problèmes non résolus de droits d'auteur et d'éthique. Malgré les idées fausses qui circulent (expliquées dans l'article de Getty), le bureau américain du droit d'auteur n'a pas interdit le droit d'auteur sur les œuvres d'art générées par l'IA. Il a plutôt exclu le droit d'auteur enregistré pour une IA en tant qu'auteur au lieu d'un humain.

La collaboration avec l'IA, est-ce une bonne situation ?

L'impact des technologies de l'IA sera multidimensionnel : nous ne pouvons pas le réduire à un seul axe, bon ou mauvais. De nouvelles formes d'art apparaîtront, tout comme de nouvelles voies d'expression créative. Toutefois, je pense qu'il existe également des risques. Midjourney, DALL-E et d'autres outils de conversion texte-image ne sont qu'une des façons dont l'IA s'est immiscée dans le processus de création. Il suffit de penser à la brève, mais controversée, existence du rappeur AI FN Meka ou à l'apparition d'une société de deepfake dans "America's Got Talent". L'IA est-elle une nouvelle technologie qui va créer le prochain grand mouvement artistique ? Ou annonce-t-elle la destruction de l'artiste ? Il s'avère que la réponse n'est pas si simple.

« Il est important d'être attentif aux implications de l'automatisation et à ce que cela signifie pour les humains qui pourraient être "remplacés". Mais cela ne nécessite pas nécessairement d'avoir peur de devenir obsolète. Au contraire, la question que nous devrions nous poser est de savoir ce que nous voulons des machines et comment nous pouvons les utiliser au mieux au profit des humains », explique Cansu Canca, professeur associé de recherche à Northeastern, et fondateur et directeur du AI Ethics Lab.

Les préoccupations concernant l'incursion de l'IA dans l'art vont au-delà des accusations de plagiat numérique. Derek Curry, professeur associé d'art et de design à Northeastern, n'est pas convaincu que l'art de l'IA remplacera un jour le travail créatif des humains. Par sa nature même, la technologie a ses limites. « Elle ne peut rien produire qui n'ait déjà fait l'objet d'un entraînement, il lui est donc impossible de créer des choses légitimement nouvelles », explique Curry.

C'est loin d'être la première fois que les nouvelles technologies suscitent la controverse dans la communauté artistique. « Une grande partie du battage médiatique est très similaire à ce qui s'est passé à la fin du 19e siècle avec la photographie », explique Curry, qui a une formation de photographe. Comme pour la photographie, Curry estime que les humains jouent un rôle beaucoup plus important dans la création d'œuvres d'art générées par l'IA que la plupart des gens ne le pensent.

Le cycle de la peur et de l'acceptation s'est produit avec chaque nouvelle technologie depuis l'aube de l'ère industrielle, et il y a toujours des victimes qui viennent avec le changement. « Il existe des moyens réels par lesquels une activité qui était réalisée d'une certaine manière par un humain peut maintenant être réalisée d'une manière différente, nécessitant moins d'humains pour faire ce travail qu'auparavant », explique Deirdre Loughridge, professeur associé de musique à Northeastern. Si l'art généré et assisté par l'IA devient plus communément accepté, les artistes devront repenser radicalement la façon dont ils travaillent, passent leur temps et structurent leur processus créatif, explique Loughridge.

Mais elle affirme également qu'il existe un manque général de connaissances technologiques en matière d'IA, ce qui conduit à des perceptions erronées de ce qu'elle peut apporter aux artistes. Dans le domaine de la musique, l'intelligence artificielle a été utilisée pour le transfert de timbre ou de tonalité, permettant aux chanteurs d'utiliser leur voix comme synthétiseur en chantant dans un logiciel qui transforme la tonalité en le son d'un instrument différent.

Comme tout autre élément technologique, l'utilisation de l'IA change lorsqu'elle se retrouve entre les mains des artistes, et non l'inverse. Loughridge compare l'IA à Auto-Tune, un processeur de correction de la hauteur du son qui était autrefois controversé mais qui est devenu un standard de l'industrie musicale.

Pour Jennifer Gradecki, professeur associé d'art et de design à Northeastern, l'IA a également un potentiel en tant qu'aide à la création, en partie à cause de ce qu'elle ne peut pas faire. Selon Jennifer Gradecki, l'intelligence artificielle peut aider à trouver les réponses les plus génériques aux dilemmes artistiques, ce qui l'oriente vers des voies plus créatives. « Nous essayions de trouver un nom collectif à l'aide de l'IA et c'était amusant de voir les combinaisons qu'elle proposait, mais rien n'était bon. Rien n'était aussi créatif que ce que nous serions capables de générer », explique Gradecki.

Source : Instagram

Et vous ?

Quel est votre avis sur la situation ?
Êtes-vous pour ou contre l'introduction des photos générées par IA sur les sites de photographies ? Pourquoi ?
Que pensez-vous des craintes soulevées par les artistes et les sites qui s'inquiètent de l'avenir de la profession et ont décidé de fermer la porte aux images générées par IA ?
Que pensez-vous des outils comme DALL-E 2 ou Midjourney ?

Voir aussi :

Les artistes commencent à vendre des œuvres d'art générées par IA sur des sites Web de photos, en utilisant un logiciel qui crée de l'art à la demande, certains artistes tentent d'en tirer profit

Une œuvre d'art générée par l'IA a remporté la première place à un concours de beaux-arts à une foire d'État et les artistes sont furieux

Dall-E 2 permet de générer des images à partir de quelques mots, mais le produit est-il votre ? Votre illustration numérique générée par l'IA pourrait ne pas être protégée par le droit d'auteur

Une intelligence artificielle a recomposé des photos "réalistes" de personnages historiques comme Napoléon Bonaparte et Jules César, à l'aide de réseaux adverses génératifs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 10:02
C'est rigolo ce concept, visiblement craiyon ne parle pas latin encore
1  0 
Avatar de joelnguela
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 10:30
Intéressant, les points de vue sont en train d'évoluer.
1  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 9:54
Dans 50 ans, nos enfants et arrières-petits enfants rigoleront bien devant tous ces débats autour de l'IA.
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 12:53
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Dans 50 ans, nos enfants et arrières-petits enfants rigoleront bien devant tous ces débats autour de l'IA.
Vraiment, rien que d'imaginer...
0  0 
Avatar de onilink_
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 17:03
Citation Envoyé par BufferBob Voir le message
à peu près autant que de s'inspirer de morceaux existants pour composer une nouvelle musique j'imagine ? (on parle bien d'inspiration, pas de plagiat)
c'est parfaitement légal (et n'a rien d'immoral), il est même possible que le cerveau humain fonctionne exclusivement comme ça et que l'innovation ex nihilo n'existe tout bonnement pas.
Justement, je pense que la ou il y a un débat assez compliqué, c'est sur la question du plagiat, de la valeur ajouté et de la propriété intellectuelle de l’œuvre.

Si j’entraîne une IA du genre Stable Diffusion sur N images dessinées/produites par X, et que je génère de nouvelles images sans effort grâce à cette IA:
- Leur style visuel devrait grandement coller aux images de X
- Je peux générer beaucoup d'images sans effort (une image met une 10 aine de secondes à être générée sur des GPU accessibles [1]), soit plus de 4000 images en une journée (si on considère 3 images par minute)
- J'aurais été incapable de les générer sans les images de X

On peut se poser les questions suivantes:
- L'artiste X sera-t-il capable de reconnaître que les images générées ont été faites à partir des siennes? (à priori oui)
- Y a-t-il un valeur ajouté de ma part sur les images générées?
- A qui devrait revenir le droit d'auteur? (actuellement c'est implicitement considéré dans le domaine public)
- Est-il moral d'utiliser les images de X sans son consentement, puis de publier les images générées?

Le gros problème à mon sens, est vu le peu de temps requis pour générer une image, si on en génère beaucoup, on finira tôt ou tard par tomber sur des images très similaires à celles utilisées dans les données d’entraînement.
Si on considère les images générées par IA comme étant dans le domaine public, on pourrait utiliser cela comme une forme de "blanchiment" de licence, afin d'utiliser les images d'un auteur sans son consentement.

Hors, c'est un peu ce qui se passe actuellement.
MidJourney n'ont demandé l’autorisation de personne pour inclure les images dans leur données d’entraînement.
Des millions d'images ont été générées par MidJourney, et déjà certains artistes se plaignent que certains résultats ressemblent un peu trop à au moins une de leurs œuvres.

[1] https://i.ibb.co/yd7SZ32/chartthin.png via https://rentry.org/GUItard
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 9:58
Elle a des airs de Zendaya l'héroïne de la BD
0  1 
Avatar de onilink_
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 11:21
Citation Envoyé par Arya Nawel Voir le message
Elle a des airs de Zendaya l'héroïne de la BD
Bien vu https://mobile.twitter.com/icreateli...256193/photo/1
0  1 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/09/2022 à 1:59
Quelle époque formidable.

Tu n'a même plus besoin d'avoir un talent pour vendre une oeuvre.
Tu la fais générer par une IA et tu en prends tout le mérite.
0  1